SportFootball , Sport




Tchad : Tahir Oloy Hassan conteste le rejet de sa candidature pour la fédération de football

Il entend saisir le Tribunal d’Arbitrage du Sport, les juridictions compétentes, et toutes les instances dirigeantes du football tchadien, pour…

Il entend saisir le Tribunal d’Arbitrage du Sport, les juridictions compétentes, et toutes les instances dirigeantes du football tchadien, pour la suspension du processus en cours.

Le 20 novembre dernier, le Comité de normalisation de la Fédération tchadienne de football association (CONOR/FTFA), a rendu public la seule liste sur 13 validée pour les élections à la Fédération tchadienne, élections prévues le 30 novembre 2023. Celle de  Wang Laouna Foullah Ibrahim Norbert. L’un des candidats dont la liste n’a pas été retenue a fait une communication pour contester la décision.

Il s’agit de Tahir Oloy Hassan. A la conférence de presse organisée le 21 novembre à son quartier général, il fait état des observations et irrégularités. « Dans la correspondance du rejet de notre candidature, aucun motif n’est précisé alors que un rejet de candidature doit toujours être motivé », déclare-t-il.Orl’article 39 du statut de la FTFA adopté le 25 octobre 2023 à N’Ndjamena, stipule que « le conseil compte 13 membres dont une ligue de football féminin à savoir :1 président deux vice-présidents dont une femme10 membres dont au moins une femme.»

Tahir Oloy Hassan estime que sa candidature remplie les critères puisque,le CONOR ne nous a pas présenté les motifs n’ayant pas permis de valider notre dossier. Aussi, que : « la délibération sur la recevabilité ou le rejet d’une candidature doit se faire en séance plénière et non par décision prise par présidente seule comme c’est le cas. » Le candidat pointe du doigt Me Jacqueline Moudeïna, qui selon lui ne peut pas agir au nom d’une commission électorale qui est dissoute. Tahir Oloy Hassan exige la publication du procès-verbal et la liste de présence de la séance statuant sur les dossiers et de délibération. Et relève les manquements du comité de normalisation depuis le déclenchement du processus électoral qui entre autres : « la fuite des informations confidentielles, la non prise en compte de nos requêtes. »