Tchad : les enseignants du Mayo-Kebbi Ouest dénoncent les enlèvements contre rançons

Le Syndicat des Enseignants du Tchad (SET) s’indigne de l’ampleur alarmante du phénomène enlèvement de personnes contre rançon, dans la…

Le Syndicat des Enseignants du Tchad (SET) s’indigne de l’ampleur alarmante du phénomène enlèvement de personnes contre rançon, dans la province du Mayo-Kebbi Ouest.

Le 8 avril 2023, la section SET du Mayo Kebbi Ouest a produit un communiqué pour dénoncer l’insécurité. Notamment le phénomène d’enlèvement de personnes pour revendiquer la rançon aux proches. Cette pratique qui prend de l’ampleur a commencé par l’: « enlèvement d’enfants bouviers dans la zone de Gagal. »

Les enseignants regrettent que « ce commerce de la honte perpétré dans la province » se déroule sous le regard impuissant et même complice des autorités administratives, sécuritaires et traditionnelles du Mayo Kebbi Ouest.

Le SET/MKO rappelle quelques faits, le 27/12/2017, l’enseignant Vaïguédé Keda a reçu une balle suite à un enlèvement à Zangati, bien qu’ayant échappé à la mort est resté infirme jusqu’à nos jours. En 2018 dans le village Mabassiackre dans la Sous-préfecture de Torrock, un autre enseignant, le nommé Sahoulba Wel Pazeu fut froidement assassiné par ces malfrats. Dans la nuit du 06 au 07 septembre 2022, l’élève Fanbaibo Lirsi, âgé de 08 ans au cours élémentaire dans le village Zeuhain est depuis ce temps entre les mains des ravisseurs. Dans la nuit du 06 au 07 avril 20023, deux jeunes furent enlevés à Mbatnai dont Naguita Béatrice élève en classe de 1ère au complexe scolaire « Les Disciples de des ACT » de Pala se retrouve dans le filet de ces enleveurs.

Le SET demande de libérer sans condition et sans délai ces enfants dont les place n’est pas dans la forêt mais dans les salles de classe. Et précise que cette communication tient lieu d’un préavis de grève allant de samedi 08 au mardi 12 avril 2023.