Société Actualité




Tchad : les journalistes demandent la libération d’Ali Hamata Achène

Ce correspondant de la radio Dja FM à Mongo dans la province du Guéra, a été interpellé dimanche 29 décembre.…

Ce correspondant de la radio Dja FM à Mongo dans la province du Guéra, a été interpellé dimanche 29 décembre.

L’union des radios privées du Tchad, dans un communiqué, a demandé la libération d’Ali Hamata Achène, correspondant de la chaîne de radio Dja FM. Le 26 décembre dernier, le journaliste avait été convoqué par un officier de police judiciaire puis placé en détention suite à une plainte du juge d’instruction de Mongo. Une détention qui est arrivé après la publication par Hamata Achène d’un post sur les réseaux sociaux, dans lequel il s’interroge sur la lenteur de la justice dans le traitement des dossiers.

Une décision que ne comprennent pas les membres de l’association des journalistes qui exigent la libération de leur confrère. « Si un journaliste ne vient pas chercher les informations qu’il diffuse, ils diront que ce sont des rumeurs, de fausses informations. Mais quand on vient à la recherche d’informations pour les mettre à la disposition du public, on dit que c’est une diffamation, un outrage à magistrat », regrette Mekondo Sony, président de l’Union des radios privées du Tchad.

Pour Mekondo Sony,  Ali Hamata Achène était en quête d’information et son arrestation est incompréhensible. « Nous demandons sa libération pure et simple, on ne peut pas le garder, il n’a rien fait ! », insiste-t-il.

L’Association des journalistes des radios privées, ne se limitent pas à la condamnation de l’arrestation d’Ali Hamata Achène. Celle-ci indique qu’elle tiendra pour seul responsable le juge à l’origine de la procédure.