Cybercriminalité : le Tchad apprête sa défense

La défense est devenue ces dernières années une véritable priorité pour les pouvoirs publics africains. Lors de la semaine du…

La défense est devenue ces dernières années une véritable priorité pour les pouvoirs publics africains.

Lors de la semaine du 5 décembre, le Conseil national de transition (CNT) a adopté deux projets de loi importants pour renforcer la cybersécurité du pays : le premier ratifie l’ordonnance N°007/PCMT/2022 du 31 août 2022 relative à la cybercriminalité et la cyberdéfense et le second ratifie l’ordonnance N°008/PCMT/2022 du 31 août 2022 relative à la cybersécurité.

Pour justifier ces textes de loi, le ministre de la sécurité publique et de l’immigration Idriss Dokoni Adiker a expliqué qu’« au regard d’autres pays du monde qui ont ratifié les textes internationaux régissant les lois pénales de la cybercriminalité et la sécurité comme l’une des priorités de chaque pays, le Tchad doit emboîter le pas pour s’y conformer ».

Plus tard, le ministère des Télécommunications et de l’Economie numérique et l’Agence Nationale de Sécurité Informatique et de Certification Electronique (ANSICE) ont procédé, mercredi 14 décembre, au lancement des travaux de l’élaboration de ladite stratégie en présence du ministre en charge des Télécommunications, Mahamat Allahou Taher.

Elaborée en partenariat avec l’Union internationale des télécommunications (UIT), la future Stratégie nationale de cybersécurité vise à trouver les moyens permettant de mieux lutter contre toutes formes d’attaques cybernétiques. « Il est important de mesurer les enjeux relatifs à la cybersécurité afin de définir et prioriser les réponses à adopter pour mettre en place une stratégie capable de fournir à l’ensemble des structures une plus grande sécurité numérique », a déclaré Mahamat Allahou Taher.