Le Tchad et le Soudan raffermissent les relations sécuritaire, économique et technique

Le président du Conseil souverain de transition du Soudan, Abdel Fattah Al-Burhan Abdulrahman et son homologue tchadien, Mahamat idriss Deby…

Le président du Conseil souverain de transition du Soudan, Abdel Fattah Al-Burhan Abdulrahman et son homologue tchadien, Mahamat idriss Deby conviennent de renforcer les relations bilatérales.

Le 29 janvier 2023, le numéro 1 soudanais a effectué une visite d’amitié et de travail au Tchad à l’invitation de son homologue tchadien. Les deux hommes ont discuté des relations qui unissent leurs pays respectifs, éventuellement les perspectives de leur raffermissement. Mahamat idriss Deby et Abdel Fattah Al-Burhan Abdulrahman estiment qu’il est utile de renforcer d’avantage le lien séculaire et la fraternité qui unissent les deux peuples. C’est dans cette logique qu’ils se sont longuement entretenus sur des questions d’intérêt commun dans divers domaines.

« Les deux Chefs d’État ont souligné la nécessité de tenir la Grande Commission Mixte de Coopération, en vue de réactiver tous les accords et mécanismes sur les plans diplomatique, sécuritaire, économique, technique, social et culturel. », peut-on lire dans le communiqué conjoint qui a sanctionnant les travaux. Ils ont également, salué les pertinentes recommandations issues de la Conférence de El-Genena tenue en 2018, qui touchent plusieurs domaines et dont la mise en œuvre connait quelques difficultés.

Concernant la situation sécuritaire dans la zone frontalière, ils ont exprimé leurs préoccupations face à la multiplication des conflits intercommunautaires qui ont causé plusieurs pertes en vie humaine.

Les présidents Mahamat idriss Deby et Abdel Fattah Al-Burhan Abdulrahman, soulignent : « l’urgence de renforcer la capacité opérationnelle de la Force Mixte Tchad-Soudan, pour faire face aux défis sécuritaires qui sont de plus en plus fréquents dans la zone frontalière des deux pays en établissant des relations directes et continues entre les différents corps concernés, notamment la Défense, la Sécurité et la protection des réfugiés et déplacés. »

Ils ont mis un accent particulier sur les échanges d’information et de renseignements entre les services de sécurité des deux pays ainsi que la coopération judicaire. De même, les deux parties conviennent de la nécessité d’engager des actions fortes et conséquentes pour contenir l’immigration irrégulière et le trafic des armes.

Sur le plan régional, ils ont également exprimé leur préoccupation face à la persistance des groupes terroristes au Sahel et leur extension sur le continent.

S’agissant des échanges économiques et commerciaux entre les deux pays, les deux ont évoqué la nécessité de la redynamisation de ces échanges à travers le Port Soudan et conformément aux accords signés à cet effet.