Politique Politique , Sécurité




Le gouvernement tchadien confirme la mise aux arrêts des soldats accusés de viol au Niger

D’après le communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères du 03 avril 2021, les militaires tchadiens, présumés auteurs de…

Le gouvernement tchadien confirme la mise aux arrêts des soldats accusés de viol au Niger

D’après le communiqué de presse du ministère des Affaires étrangères du 03 avril 2021, les militaires tchadiens, présumés auteurs de viols et abus sexuels sur des femmes nigériennes ont été arrêtés 

Le ministère tchadien des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et des tchadiens de l’Etranger a signalé qu’il suit avec une très grande attention les faits et d’abus sexuels dont sont auteurs certains soldats du 8ème bataillon du contingent tchadien basé à Tera au Niger.

En effet, ces militaires sont accusés d’avoir violé une fillette de 11 ans et deux femmes au Niger en présence de leurs maris. Ces derniers auraient pointé les bouts des armes sur leurs victimes avant de passer à l’acte. C’est du moins ce qui ressort du rapport de la Commission nationale des droits humains (CNDH), du Niger. Lequel rapport a été présenté le 02 avril 2021.

Le gouvernement du Tchad précise que c’est un cas isolé qui ne devrait pas être utilisé pour ternir l’image du contingent tchadien, et d’une manière générale, celle de l’armée celle de l’armée tchadienne qui démontré à suffisance sa discipline sur les différents terrains d’opération.

Cet acte a également été condamné par les autorités administratives du Niger, les militaires, les ONG et les mouvements citoyens. Ces éléments tchadiens du 8ème bataillon étaient en poste dans la zone des trois frontières (Burkina Faso, Mali, Tchad), dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.