Tchad : Amnesty International demande de libérer les marcheurs du 14 mai

Une déclaration conjointe d’Amnesty internationale et de Human Right Watch demande aux autorités tchadiennes de libérer les membres et partisans…

Le porte-parole de Wakit Tamma, arrêtés et transférés à Moussoro

Une déclaration conjointe d’Amnesty internationale et de Human Right Watch demande aux autorités tchadiennes de libérer les membres et partisans de l’opposition détenus.

Pour ces deux ONG de défense des droits de l’Homme, les autorités devraient abandonner les charges et respecter le droit de manifester pacifiquement. Elles regrettent que, les autorités tchadiennes maintiennent en détention provisoire plusieurs membres d’organisations de la société civile à la suite des manifestations organisées le 14 mai 2022 pour réclamer une transition pacifique vers un régime civil.  Certains de ces rassemblements ont tourné à la violence, conduisant les autorités à engager des poursuites contre les organisateurs.

Les manifestations se sont déroulées dans la capitale, N’Djamena, et dans d’autres villes du pays à l’initiative d’organisations de la société civile tchadienne réunies sous la coalition Wakit Tamma (« l’heure est venue » en arabe tchadien). Les manifestants ont déclaré qu’ils souhaitaient « une transition vers un régime civil », dénonçant le soutien présumé de la France aux autorités militaires de transition.

« Les autorités tchadiennes doivent remettre immédiatement en liberté les six membres et sympathisabts de Wakit Tamma et abandonner toutes les charges retenues contre eux. », exige, Samira Daoud, directrice régionale d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre

Elle pense également que : « Plutôt que de rejeter la faute sur les organisateurs de la manifestation, les autorités devraient se souvenir qu’il leur incombe d’assurer la sécurité des citoyens et l’ordre public lors des manifestations, en recourant à la force de manière conforme aux principes régissant son utilisation. »

Tchad : le coordonnateur de Wakit Tamma Me Max Loalngar enlevé

D’après Illaria Allegrozzi, chercheuse senior sur l’Afrique centrale à Human Rights Watch. « Les manifestations pacifiques devraient être autorisées dans le cadre du processus démocratique et les responsables de violences rendre des comptes lorsque les forces de sécurité recourent de manière excessive à la force pendant les manifestations. »

Les six détenus sont entre autres, Gounoung Vaima Ganfare, secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad (UST) ; Koudé Mbaïnaïssem, avocat au barreau du Tchad ; Hissène Massar Hissène, président du Rassemblement des cadres de la société civile ; Allamine Adoudou, ancien ambassadeur en Égypte ; Youssouf Korom, secrétaire général du Syndicat des commerçants fournisseurs tchadiens ; et Max Loalngar, avocat, porte-parole de Wakit Tamma et ancien président de la Ligue tchadienne de droits de l’homme.

D’après le procureur, ils sont poursuivis pour : « attroupement en vue de troubler l’ordre public, atteinte aux biens et agression physique. »

Tchad : les leaders de Wakit Tamma entament une grève de la faim en prison