Politique Politique , Sécurité




Tchad : l’identité du ministre des Affaires étrangères utilisée par les arnaqueurs sur les réseaux sociaux

Le service de presse du ministère des Affaires des Affaires Étrangères, alerte sur les faux comptes créés au nom de…

Le service de presse du ministère des Affaires des Affaires Étrangères, alerte sur les faux comptes créés au nom de Chérif Mahamat Zene, sur les réseaux WhatsApp et Messenger pour escroquer des internautes.

En marge des pages Facebook et Twitter certifiées avec le Badge bleu, du ministre des Affaires étrangères, des faux comptes, au nom de Chérif Mahamat Zene ont été créés pour arnaquer les internautes tchadiens sur la toile. Les auteurs utilisent les numéros de téléphone du Tchad, et le nom, prénom et photos du chef de la diplomatie tchadienne à des fins inavoués.

Après constat, l’attaché de presse dudit ministère, Mahamat Ismail Youssouf, a décidé de dénoncer à travers un communiqué du 1er mars 2022. Il met également en garde, les potentielles victimes.

« Les services de presse du MAEIATE ont détecté sur les réseaux sociaux des comptes WhatsApp et Messenger ouverts avec des numéros de téléphone du Tchad, usurpant les noms, prénom et photos du Ministre des Affaires Étrangères, Monsieur Chérif Mahamat Zene. », peut-on lire dans le note.

L’attaché de presse regrette que, ces faux comptes aient permis à des individus sans scrupule « d’escroquer des compatriotes peu ou mal informés sur les risques d’abus auxquels les réseaux sociaux les exposent. »

Le mode opérateur des arnaqueurs consiste à, proposer bourses d’études, des opportunités d’emploi ou de recrutement dans des institutions internationales. En contrepartie, les personnes ‘’piégés’’, envoient aux faux collaborateurs, de l’argent par, western union ou money gram. Les destinations sont entre autres, Bénin, en Europe ou au Cameroun.

Les services de presse du Ministère des Affaires Étrangères invitent le public à plus de vigilance et de ne pas tomber dans les pièges des escrocs qui écument et détournent les réseaux sociaux à des fins criminelles.