Tchad : les personnels de l’administration pénitentiaire réclament leurs droits

Les deux syndicats des professionnels de l’administration pénitentiaires ont organisé un point de presse le 16 août 2022, pour réclamer…

Les deux syndicats des professionnels de l’administration pénitentiaires ont organisé un point de presse le 16 août 2022, pour réclamer leurs droits.

Six ans après leur déploiement sur le terrain, la situation des personnels de l’administration pénitentiaire n’est pas régularisée. C’est pourquoi les deux corporations de ces travailleurs à fait une communication pour exprimer leur mal-être. Il s’agit du Syndicat des professionnels de l’Administration Pénitentiaire du Tchad (SYPAP-T) et du Syndicat National des Professionnels de l’Administration Pénitentiaire (SYNAPAP). Les membres des deux syndicats ont été recrutés suite aux états généraux de la justice. C’était par voie de concours.

Sur le plan juridique, « Il a fallu une longue lutte sans relâche pour obtenir le cadre normatif par l’adoption et la promulgation de la loi 036 et la loi 19 portant statut et régime pénitentiaire ainsi que les décrets y subséquents », ont-ils fait savoir. « Mais juste des forfaits qui nous sont attribués compte tenu du mode de recrutement », déclare le Syndicat des professionnels de l’Administration Pénitentiaire du Tchad.

Les deux syndicats font savoir que, les arrêtés de reversement soumis au contrôle financier pour visas sont bloqués au ministère des Finances. Exaspérés, ils donnent un préavis de grève de six jours aux entités qui bloquent leurs dossiers.