Tchad : un parti politique accuse le gouvernement de bafouer les résolutions du dialogue national

Le parti politique de l’ancien Premier ministre, Pahimi Padacké accuse le gouvernement de violation du consensus du dernier dialogue, en adoptant unilatéralement un avant-projet de Constitution.

 

le RNDT-Le Réveil a produit un communiqué le 05 juin 2023, pour critiquer la décision du Conseil extraordinaire des ministres du 02 juin 2023, adoptant un avant-projet de Constitution de la République du Tchad. Pour le parti politique, le gouvernement a d’ores et déjà choisi sa forme de l’Etat unitaire en violation du consensus du Dialogue national inclusif et souverain (DNIS).

Or : « le précaire consensus du DNIS, induisait clairement un référendum sur la forme de l’Etat, unitaire ou fédéral au choix du peuple, et ensuite, un référendum constitutionnel intégrant la forme de l’Etat, que le peuple aura préalablement choisi. Démarche certes couteuse en temps, mais conforme au consensus du DNIS. » Cette formation politique regrette que les autorités en place, aient rompu le fragile consensus du DNIS sur la forme de l’Etat.

« L’adoption aujourd’hui de la forme de l’Etat unitaire dans un projet de Constitution, est une rupture claire avec le DNIS et une trahison de ses résolutions, qui s’imposent d’abord au Gouvernement par leur caractère exécutoire », déclare le vice-président du RNDT-Le Réveil, Doudlengar Miayo.

En guise de rappel, au regard de l’importance de la question et des opinions divergents, le DNIS a décidé de renvoyer la question de la forme de l’Etat au référendum.

Tchad- élection présidentielle : le candidat Pahimi a voté dans son village

Le candidat à la présidentielle tchadienne de ce 11 avril 2021, Pahimi Padacké Albert a voté dans un bureau de vote à Gouin, Sous-préfecture de Torrock, sa circonscription d’origine

Le candidat Pahimi Padacké Albert a déposé son bulletin de vote, à la suite du chef de canton, qui était la première personne à voter. Le président du parti de l’opposition RNDT-LE Réveil était accompagné de quelques militants et sympathisants et de ses proches

L’ancien premier se ministre, a invité l’organe en charge de l’organisation des élections au respect du choix du peuple. « En temps que démocrates, nous sommes aujourd’hui très conscients et restons à l’écoute du résultat qui tombera d’ici peu », laisse entendre le président du parti RNDT-LE Réveil

Toutefois, la mobilisation demeure timide dans cette localité. Les candidats à cette élection sont répartis dans plusieurs localités

Tchad : le député de Mbaïmbokoum a été éjecté de l’Assemblée nationale

La Cour suprême a décidé ce 9 octobre, de l’éviction de Yombombé Madjitolum Théophile de l’Assemblée nationale. Il perd son porte-feuille suite à sa démission du parti RNDT-Le Réveil

La justice vient de trancher l’affaire opposant le parti RNDT-Le Réveil et son député démissionnaire. Le président du parti obtient gain de cause face à Yombombé Madjitolum Théophile, député de la circonscription de Mbaïmbokoum pour le compte du parti RNDT-Le Réveil. C’est désormais clair, ce dernier perd son siège, il ne siègera plus au palais de la démocratie car ayant déserté du parti qui l’a investi. La Cour suprême notifiera la décision par écrit au président de la République et au président de l’Assemblée nationale et sera publiée au journal officiel.

En effet, le député Yombombé Madjitoloum Théophile avait déposé sa démission le 26 décembre 2019 auprès du parti de Pahimi Padacké Albert pour regagner les rangs du Mouvement patriotique du salut, parti au pouvoir. Néanmoins, il a conservé sa place à l’Assemblée au compte du parti qui l’a investi. C’est alors qu’une requête a été déposée par le président dudit parti auprès de la Cour suprême pour exiger sa démission.

Ce jour, la Cour a jugé « recevable » la requête et a prononcé la démission de Yombombé Madjitoloum Théophile de l’hémicycle de l’Assemblée nationale.

La justice a donné raison à Pahimi Padacket Albert, président du parti politique RNDT-Le Réveil et nouveau président du Conseil d’administration de l’Agence d’entretien routier.

Tchad : Le MLPC et le RDD se fondent au RNDT-Le Réveil

Une cérémonie de réunification des trois partis politiques a eu lieu le 29 septembre dernier au siège national du Coq Blanc.

 

Un autre ralliement sur la scène politique tchadienne. En effet, depuis le samedi dernier, le Mouvement pour la liberté, la paix et le changement (MLPC) et le Rassemblement démocratique pour le développement (RDD) n’existent plus. Les deux formations politiques ont décidé de s’unir aux couleurs du Rassemblement national des démocrates tchadiens (Rndt le réveil).

Cette décision vient à la suite de l’ordonnance 20, portant charte des partis politique au Tchad. Cette ordonnance prescrit aux formations politiques tchadiennes qui ne sont pas les normes de choisir un cas auquel s’allier.

Il n’aura désormais donc plus de RDD, de MLPC mais seulement de RNDT-Le Réveil. Le président de l’ancien parti MLPC, Oumarou Kaou Abderamane,  explique les raison de cette fusion. « L’ordonnance 20 est très difficile pour nous. C’est ce qui nous a obligés à aller en assemblée générale pour l’étudier. Après examen, le parti a décidé de proposer une fusion avec un autre parti politique afin de continuer la lutte démocratique. C’est ainsi qu’à l’unanimité, la base a porté le choix sur le RNDT le réveil ».

Pour Selon Abakar Djidda Saleh, ex-président du RDD, « Le Rndt le réveil est le seul parti politique parmi les 200 qui nous a impressionné. Nous gardons de très bons souvenirs de cette formation lors de la gestion de la primature. C’est un parti qui rassemble sans distinction aucune les gens de tous les horizons et nous espérons atteindre nos objectifs avec lui ».

Pour le président national de Rndt le réveil, Pahimi Padacket Albert, « les deux camarades ne se sont pas trompés du chemin. Ils ont opéré un très bon choix, car le Rndt le réveil est une formation au sein de laquelle tous les musulmans et tous les chrétiens doivent adorer leur Dieu dans une liberté la plus totale. C’est aussi au sein de ce parti que sortiront les dirigeants et les bâtisseurs de cette nation qui est en chantier ».