Tchad : démarrage des travaux de validation du mécanisme de financement mondial

Les travaux de l’atelier national de validation technique du dossier d’investissement du mécanisme de financement mondial (GFF) au Tchad ont démarré ce mardi 21 décembre à N’Djamena.

Le présent atelier a pour but de valider techniquement le dossier d’investissement en santé reproductive, maternelle, infantile, de l’adolescent et la nutrition au Tchad.

Le point focal de la plateforme nationale du mécanisme de financement mondial (GFF) Djourbé Taiki Zeuné reconnait que les indicateurs de la mortalité maternelle et infantile sont moins reluisants. C’est la raison pour laquelle le Tchad a été éligible et a adhéré au mécanisme de financement mondial (GFF) en mai 2019. La mise en œuvre des actions du GFF se fera à travers le dossier d’investissement qui est soumis aujourd’hui aux participants pour son examen.

La présidente de la plateforme nationale de santé de reproduction, maternelle, néonatale, de l’adolescent et de la nutrition au Tchad Dr Mbaidedji Dekandje Francine par ailleurs secrétaire générale adjointe du ministère de la santé publique et de la solidarité nationale a souligné que le dossier d’investissement est un document d’une grande importance pour le secteur de la santé et contribuera au renforcement du système de santé et du système d’état civil pour le pays. Elle a tenu à remercier tous ceux qui ont contribué à l’élaboration de la version actuelle de ce dossier d’investissement du mécanisme de financement mondial.

Ouvrant les travaux, la secrétaire générale adjointe du ministère de l’économie, de la planification du développement et de la coopération internationale Mme Royoumta Mandingué s’est réjouie du fait que la préparation du dossier d’investissement ait vu son processus démarré en 2020. Selon elle, il tient à cœur les plus hautes autorités du pays particulièrement le général d’armée Mahamat Idriss Deby Itno, président du conseil militaire de transition qui malgré la transition, consent des efforts importants et prend des engagements forts en ce qui concerne la santé du couple mère enfant et des adolescents.

Elle a exhorté les professionnels de santé et autres acteurs à contribuer efficacement et de participer de manière active aux travaux de ces assises afin d’atteindre le résultat escompté.

source 

Tchad : les jeunes du Logone Occidental tiennent leur pré-forum à Moundou

Les jeunes de la province du Logone Occidental se sont retrouvés à Moundou le 20 décembre 2021. Ils s’entretiennent dans le cadre du pré-forum qui dure deux jours.

Le pré-forum du Logone Occidental regroupe les jeunes des départements du Lac Way, de Guéni, Dojé et Ngourkosso. Ils organisent des travaux préalables au Forum national de la jeunesse du 27 au 29 décembre à N’Djamena. Le pré-forum du Logone Occidental se tient du 20 au 21 décembre 2021. A l’issue de ces assises, des jeunes seront désignés pour représenter la province au Forum national inclusif.

Le préfet du département de Lac, Wey Mbairam Alladoum invite les participants à  réfléchir sur les véritables maux qui minent leur plein épanouissement. Il rassure que le gouvernement est attentif aux problèmes de la jeunesse, devait-il conclure

Dans son allocution, le délégué de la Jeunesse et des Sports de la province du Logone Occidental, Larwey Eugénie souhaite l’implication active des jeunes afin de sortir des propositions concrètes, à tous les niveaux.

Tchad : un homme essaye de tuer un élève à l’aide d’une arme à feu

La scène s’est déroulée le lundi 20 décembre au Lycée bilingue de Mongo, dans la région du Guéra. L’homme armé cherchait l’élève Haroun Hissein Saboun en brandissant sa kalachnikov.

D’après les témoignages, tout serait parti d’une dispute au quartier. Le monsieur détenant l’arme à feu, ne pouvant pas digérer l’ « humiliation », s’est rendu dans l’établissement de l’élève pour en découdre avec ce dernier. Ayant pris acte de la situation, les enseignants ont essayé de dissuader l’homme armé en vain. C’est alors qu’ils ont alerté le gouverneur.

Mais avant l’arrivée du gouverneur, les élèves ont quitté les salles de classe pour se ruer sur l’agresseur. Quelques minutes plus tard, le gouverneur est également arrivé sous forte escorte militaire.

Malheureusement, les élèves n’ont pas apprécié la présence militaire au sein de leur établissement. Ainsi, une autre colère et née. Les apprenants ont d’un coup jeté les pierres sur les véhicules des Forces de défense et de sécurité. Ces derniers ont laissé entendre qu’ils s’opposent à l’intervention militaire.

Quelques hommes en tenues et l’inspecteur départemental de l’Education ont été blessés. Ceux-ci ont rapidement été évacués à l’hôpital provincial de Mongo.

Burkina : le G5 Sahel accompagne les femmes

Le Secrétariat permanent du G5 Sahel, après un renforcement de capacités en gestion administrative, financière et comptable, a accordé une subvention de 80 millions F CFA à vingt associations féminines.C’est un « appui à la résilience des communautés » du Sahel dans lesquelles les femmes jouent un rôle central, indique un communiqué du Secrétariat permanent du G5 Sahel reçu lundi à APA.

Lors de la cérémonie de remise de chèques, tenue ce week-end dans la capitale burkinabè, Pascal Yembiline, le Responsable pays de la Banque africaine de développement (Bad), a déclaré que « les femmes représentent l’épine dorsale de l’agriculture burkinabè et 65,4 % des activités commerciales dans l’économie parallèle sont dominées par des entreprises dirigées par des femmes ». Pour lui, le choix porté sur cette frange de la population « se justifie ».

Les associations féminines, ayant reçu chacune 3,5 millions F CFA du Secrétariat permanent du G5 Sahel, sont issues de cinq régions du Burkina : la Boucle du Mouhoun, le Centre-Nord, l’Est, le Nord et le Sahel.

Cet appui financier, indique le document, vise notamment à renforcer leurs activités qui ont été « négativement impactées par la Covid-19 ». Sabine Compaoré a remercié le G5 Sahel, la Bad et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) au nom de toutes les associations féminines. La sienne, a-t-elle expliqué, œuvre dans le domaine de la transformation des produits forestiers non ligneux et pourra s’approvisionner en intrants car la pandémie a augmenté le coût des intrants.

Pour sa part, Maurice Azonnankpo, le Représentant  adjoint de l’UNHCR, a exprimé son souhait de voir se renouveler ce genre d’initiative « gage d’une résilience renforcée des communautés ».

Le G5 Sahel regroupe la Mauritanie, le Mali, le Burkina, le Niger et le Tchad. Créée en 2014, cette organisation se veut un « cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale en matière de politiques de développement et de sécurité ».

Tchad : la BAD accorde près de 8 milliards pour l’inclusion financière des femmes et des jeunes

Un accord de financement de 7,843 milliards de FCFA a été signé entre la BAD et le Tchad. Elle répond à la demande du Tchad pour le développement de la microfinance en soutien à l’entrepreneuriat des femmes et des jeunes.

La signature dudit accord s’est fait entre le ministre en charge de l’Economie, Dr Issa et le représentant de la BAD, Lamine Ali Zeine. L’émissaire de la banque a souligné que «ce projet contribuera à la facilitation de l’accès des populations vulnérables aux services financiers et non financiers innovants et à favoriser la dynamique entrepreneuriale des femmes et des jeunes en milieu rural au Tchad. ».

Le ministre Issa Doubragne d’ajouter que, c’est une réponse à la demande pressante mais légitime des jeunes. Lequel est en alignement parfait avec la politique du Gouvernement et sera mis en œuvre dans quelques provinces. Notamment, le Chari-Baguirmi, du Borkou, du Kanem, du Mandoul, du Lac, du Sila, du Ouaddaï et du Wadi Fira.

Ce projet est également aligné au Plan d’Action de la Stratégie Nationale de Développement du Secteur Privé (SNDSP, 2018-2021) du Tchad et la Vision 2030 « le Tchad que nous voulons », décliné dans les trois (3) Plan Nationaux de Développement (PND1, PND2 et PND3).

Tchad : général Idriss Dokony reprend les rênes du COST

Il a été élu à l’issue de l’Assemblée générale élective du 18 décembre 202. Le général Idriss Dokony Adiker remplace Me Abakar Djermah au Comité Olympique et Sportif tchadien.

Après son passage à la tête du Comité Olympique et Sportif tchadien, le général Idriss Dokony Adike revient aux commandes. Il a été désigné président du Cost le week-end dernier. Il remplace Abakar Djarma Aumi qui y a passé quatre ans.

Le président entrant a récolté Idriss Dokony Adiker a recueilli 33 voix contre 20 voix pour son principal adversaire. Par le passé, Idriss Dokony Adiker a occupé ce poste deux fois. Il a également été secrétaire général et secrétaire général adjoint. Il a joué dans l’équipe nationale de volleyball de 1986 à 2003.

Tchad : le général Idriss Dokony Adiker est candidat au poste de président du Cost
« Nous souhaitons plein succès à la nouvelle équipe », félicite le ministre de la Jeunesse et des Sports. Routouang Mohamed Ndonga Christian exprime également sa gratitude à l’équipe sortante. « Plein succès pour les nouvelles perspectives qui ne tarderont pas à s’ouvrir devant vous! », écrit le ministre.

Tchad : le gouvernement offre 50 millions FCFA pour retrouver l’assassin d’un colonel

Pour retrouver les auteurs et ou les complices de la mort d’un officier supérieur, 50 millions de FCFA sont mis en jeu. L’enveloppe est débloquée par le ministre en charge de la Sécurité publique.

Suite à l’assassinat de Monsieur Nousradine Khamis le 08 décembre 2021 à N’Djaména au quartier Klemat aux environs de 21 Heures, le Ministère de la Sécurité Publique et de l’Immigration lance un appel à toutes personnes ayant des informations ou des indices susceptibles de retrouver les présumés auteurs de cet acte lâche et barbare pour une récompense de cinquante millions (50 000 000) de FCFA.

Le ministre de la Sécurité Publique et de l’immigration, dit compter sur l’esprit civique et à la franche collaboration de tout un chacun.

Tchad : un sous-lieutenant radié des effectifs de l’armée pour faute grave

La décision est tombée ce vendredi 17 décembre 2021, un sous-Lieutenant de l’armée tchadienne a été cassé puis radié des effectif des forces de défense et de sécurité.

Par Décret N°982/PCMT/MDPCCDNACVG/2021 du 17 décembre 2021, le Sous-Lieutenant Youssouf Djimi Trami ID: 07001745 est cassé au grade de soldat de 2ème Classe, et radié du contrôle des effectifs des Forces de Défense et de Sécurité pour faute grave.

C’est une décision du ministère Délégué à la Présidence, Chargé de la Défense Nationale, des Anciens Combattants et Victimes de Guerre/Radiation d’un Officier Subalterne.

Tchad : un lieutenant radié des effectifs de l’armée pour haute trahison

 L’intéressé n’aura droit ni à la pension et à la solde de réforme, ni à une quelconque prime d’indemnité compensatrice

Tchad : la CTDDH condamne une brutalité policière sur un enfant mineur

Dans un communiqué du 16 décembre, la CTDDH s’offusque contre la torture et les traitements inhumains exercés sur un enfant par un policier. La convention invite la justice a retrouvé le bourreau.

L’entente tchadienne pour défendre les droits de l’homme a été touchée par la torture et les traitements inhumains subis par l’enfant mineur Ahmed Adam Juma. En effet, « l’enfant Ahmed Adam Juma a subi un traitement inhumain et une torture cruelle et humiliante de la part du policier appelé Abdullah Wardakou Kabir. Le dernier (l’enfant) a été accusé de voler son argent estimé à 7 millions de francs africains », selon une source proche des proches de la victime.

La CTDDH après la visite de la victime, exprime son mécontentement brutal et barbare qui nuit gravement à « l’intégrité physique et morale de ce petit garçon. » Elle pense qu’il n’y a aucune raison pour justifier cette cruauté. Cet acte ignoble tache l’image de la police qui est censée protéger les citoyens pacifiques.

L’entente tchadienne pour la défense des droits de l’homme indique que la fuite de ce bourreau n’est plus une échappatoire de la justice. Et condamne également la pratique de cette violence dont ce petit enfant était victime.

Enfin, la convention demande aux autorités de transition d’entamer une enquête qui permette l’arrestation de cet officier et de le comparaître devant les tribunaux compétents. Comme on demande de l’éloigner de la police.

Tchad : l’ambassade de Chine offre du matériel informatique à la mairie de N’Djamena

Le don a été réceptionné a été réceptionné le 16 décembre 2021 par le maire de N’Djamena, Ali Haroun. Ce sont des matériels informatiques, de bureau et autres accessoires de travail.

Un lot de matériels composé de 8 ordinateurs portables, 7 ordinateurs de bureau, 7 scanners, 6 tables de bureau, 6 chaises de bureau, 25 lampes de table, 250 pulvérisateurs à main et une grande quantité de pesticides offerts à la mairie centrale. C’est un don de l’Ambassade de la République Populaire de Chine au Tchad. Cette offre est destinée à appuyer les activités de la Commune.

Réceptionnant le don, le Maire a déclaré qu’il a été offert au moment où la Commune en a plus besoin pour réaliser sa mission.

La cérémonie de remise est, pour le Maire, une occasion de témoigner, au nom de la population, sa gratitude à la représentation de la Chine au Tchad pour ses multiples actions à l’égard de la Commun

Le chargé d’Affaires de l’ambassade de Chine au Tchad, Qin Hao rappelle que son pays, la Chine, a apporté plusieurs autres dons, notamment, des vaccins contre la Covid-19 et bien d’autres matériels pour aider le Tchad.

« On a le sentiment qu’on veut punir le Mali » (Abdoulaye Diop)

Le chef de la diplomatie malienne est sur tous les fronts. Dans une sortie médiatique sur la chaîne BBC, Abdoulaye Diop évoque les dernières mesures de la Cedeao et les pressions de Paris sur une possible arrivée de la société militaire russe Wagner.Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop ne cache pas son amertume sur l’intransigeance des chefs d’Etat de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) à vouloir la tenue des élections maliennes le 27 février 2022. « Aujourd’hui, on a le sentiment qu’on veut punir le Mali et c’est ce qui n’est pas normal. Parce qu’il y a eu des coups d’Etat dans d’autres pays de la région. On a vu que dans certains cas, on a accouru pour applaudir ou on a été complaisant. Dans le cas du Mali, on sent un acharnement », accuse Abdoulaye Diop.

Pour le chef de la diplomatie, son pays a de sérieux « problèmes de sécurité et cherche à sécuriser des zones entières qui sont exploitées par les groupes terroristes ». La question sécuritaire brandie par les autorités de transition pour justifier le report des échéances électorales de février prochain est plus que jamais actuelle. « Nous sommes en train de renforcer les capacités des forces de défense et de sécurité du Mali sur la base de nos moyens propres. Nous voudrions qu’on puisse nous aider par rapport à ça. Est-ce qu’on peut lutter contre les terroristes avec des bâtons » dit-t-il.

Par rapport à des liaisons avec Wagner, la société militaire privée russe, Abdoulaye Diop a fermement nié certaines accusations extérieures en dépit de la coopération bilatérale avec la Russie. « Il n’y a pas de contrat entre le Mali et le groupe Wagner. Il faut qu’on soit sérieux, les Etats ne se jugent pas par des intentions. Cette affaire dite Wagner est utilisée comme une sorte de chantage sur l’Etat malien pour l’empêcher d’explorer ou de travailler avec certains partenaires. Si c’est ça l’objectif, je crois que c’est raté », martèle-t-il.

Une réponse à la France qui a récemment obtenu des sanctions de l’Union européenne contre Wagner. La société militaire russe est accusée par l’Europe des Vingt-Sept de recourir à d’anciens militaires russes pour commettre « des violations des droits humains et des opérations clandestines » au bénéfice du Kremlin. Paris par le biais de Jean-Yves, chef de la diplomatie, avait prévenu en septembre dernier qu’une éventuelle implication de la société russe Wagner au Mali serait incompatible avec sa présence au Mali.

C’est dans ce contexte assez tendu qu’Emmanuel Macron est annoncé à Bamako le 20 décembre pour évoquer la fin de l’opération Barkhane, l’avenir de la France au Sahel et plusieurs autres questions liées à la sécurité et la menace jihadiste.

Tchad : formation des acteurs de la route sur les bonnes pratiques de la sécurité routière

Du 15 au 28 décembre 2021, les moniteurs des auto-écoles et des associations de la sécurité routière renforcent leurs capacités. C’est une initiative de l’Office national de la Sécurité routière (Onaser).

 

Au moins 2698 personnes perdent la vie des suites d’accidents de la circulation au Tchad. C’est une information de l’Office national de la sécurité routière.  « La majorité des victimes a, au plus 30 ans d’âge, ce qui indique que c’est la jeunesse qui est le plus touchée par ce fléau » regrette, l’ONASER. C’est dans cette optique qu’il a été jugé nécessaire de former les acteurs impliqués dans la sécurité routière. Ces travaux entrent dans le cadre du plan d’action 2021 de l’office.

La formation sera découpée en deux. La première concerne les moniteurs des auto-écoles et durera deux semaines. La deuxième partie,  concerne les associations œuvrant dans le domaine de la sécurité routière durera trois jours. Les travaux sont pilotés par le camerounais, Jean Francis Bonaventure Lekeufack, spécialiste de la sécurité routière.

 

Ouvrant les travaux, la ministre des Transports et de la Sécurité Routière, Fatimé Goukouni Weddeye fait une déclaratiion. « Il est inadmissible que les richesses produites par nos économies, du moins fragiles, soient perdues du fait des accidents de la route et que l’avenir du pays soit compromis car les coûts socioéconomiques des accidents de la voie publique font que la situation de l’accidentalité routière au Tchad est à la limite endémique.»

Les bénéficiaires sont venus de Moundou, Sarh, Doba, Bongor et Abéché. La ministre souhaite qu’ils s’impliquent personnellement au cours des assises.

 

Tchad : grève sèche et illimitée à l’Université de N’Djamena

Pas de cours à l’université de N’Djamena depuis le début de semaine. Les étudiants ont entamé une grève sèche et illimitée, comme annoncée le 13 décembre dernier.

À l’issue de l’assemblée générale du 13 décembre 2021, les étudiants de l’Université de N’Djamena ont annoncé une cessation de cours si leurs revendications sont ignorées. Il s’agit entre autres, de la réhabilitation de leurs camarades exclus et le départ sans condition, du président de l’institution universitaire.

N’ayant pas eu de suite favorable, les apprenants ont cessé de se rendre au campus d’Ardepjoumal. C’est une grève sèche et illimitée, apprend-on. Les bus nouvellement acquis sont également aux arrêts.

Le secrétaire exécutif de l’UNET, section de N’Djamena, Yaya Barkaïn estime que l’exclusion de leurs camarades relève d’un règlement de compte. Ce qui motive les étudiants à exiger leur réhabilitation sans conditions. Il s’agit en effet, des étudiants suspendus le 4 octobre 2021 pour « perturbations des activités académiques ». L’UNET exige également le départ immédiat du président de l’université.

Coopération sanitaire : 14 attestations pour l’équipe médicale de la 16ème mission chinoise

Quatorze agents de l’équipe médicale de la 16ème mission chinoise ont reçu des attestations de fin de mission au Tchad. Au cours d’une cérémonie organisée le 14 décembre par le ministère de la Santé publique.

La coopération entre le Tchad la Chine porte ses fruits. Quatorze agents de l’équipe médicale de la 16ème mission chinoise sont honorés. A travers plusieurs réalisations dans les différents domaines du développement. Sur le plan sanitaire elle se traduit par le développement des services hospitaliers. Qui inclut entre autres, le renforcement des compétences des agents, l’échange des expériences par le jumelage. La construction, l’extension et l’équipement des services. Et également, la mission des spécialistes, la remise des dons de médicaments et matériels médicaux techniques, la construction et la réfection de l’hôpital de l’Amitié Tchad Chine.

Le Tchad renforce la coopération sanitaire avec la Chine

L’équipe médicale chinoise qui a travaillé pendant une année est composée des spécialistes. Notamment, des radiologues, ophtalmologues, anesthésistes, gynécologues, chirurgiens des odontologistes, et de l’anatomopathologiste…

Le S.G du ministère de la santé publique note que cette mission  a fait preuve d’une conscience professionnelle aigue et exemplaire au travail. Ismael Barh Bachar évoque les témoignages des différents rapports.

Il a affirmé que la coopération tchado chinoise a scellé des relations d’amitié et de coopération qui unissent les deux États et les deux peuples dans le secteur de la santé.

Tchad : rentrée judiciaire de la Cour de Justice Communautaire

La rentrée judiciaire de la Cour de Justice Communautaire (CEMAC) a lieu ce mardi 14 décembre 2021 à N’Djamena. Le président de la Commission de la CEMAC,  Pr Daniel Ona Ondo a pris part à l’audience.

Cette rentrée judicaire est placée sous le sous le thème « les nouvelles compétences de la Cour de Justice Communautaire ». Elle est présidée par la Présidente de ladite Cour, Julienne Elenga Ngaporo. Le président du Conseil militaire de transition et Le président de la Commission de la CEMAC,  Pr Daniel Ona Ondo ont pris part à la cérémonie.

La Présidente de la Cour, a présenté les bilans des années 2019-2020, 2020-2021. Elle a ensuite lancée la rentrée judicaire 2021-2022. Julienne Elenga Ngaporo, explique que la Cour a jugé 12 affaires en 2000 et émis 04 avis. Tant disque qu’en 2021, elle a jugé 06 affaires et émis 05 avis. Au titre des activités extra-judiciaires, la cour a procédé à la construction du mur de son siège.

L’avocat général de ladite Cour,  Ahmed Bartchiret de livrer ses réquisitions préliminaires. Outre, « les recours en manquement, en carence et l’administration de l’arbitrage »,

Tchad : le maire de N’Djamena instruit de remettre la peinture initiale rond-point de l’Union

Le rond-point de l’Union continuera de briller par la même couleur de peinture. Le maire de la ville de N’Djamena, Ali Haroun a exhorté l’entreprise en charge des travaux de maintenir la peinture initiale.

Des voix se sont levées pour s’opposer au changement de couleur de peinture au rond-point de l’Union. Pour les habitants de N’Djamena cet édifice est un monument architectural. Et donc changer de peinture viendrait à dénaturer le lien psychologique entre le monument et la population. Les cris ont été entendus par le patron de la Commune.

Ali Haroun a instruit : « l’entrepreneur qui exécute les travaux du rond-point de l’Union, de remettre la peinture initiale de ce joyau architectural ». La communication a été faite sur les plateformes de la Mairie de N’Djamena.

Ainsi, le Maire a pris en compte les remarques et suggestions de ses concitoyens.

Pour lui, il est tout à fait normal que les citoyens donnent leur avis sur la gestion de la ville, peut-on lire.

Tchad : les étudiants exigent le départ du président de l’université

A l’issue de l’Assemblée général du 13 décembre 2021, les étudiants ont demandé le départ immédiat du président de l’université. Ils exigent également, la réhabilitation sans conditions de leurs 3 camarades exclus.

L’UNET section de N’Djamena s’est regroupé hier lundi au campus d’Ardepjoumal. Au menu des échanges, le départ immédiat du président du Conseil d’administration de l’institution universitaire.

Le secrétaire exécutif de l’UNET, Yaya Barkaï est revenu sur les différentes revendications des étudiants. Parmi lesquels, la réhabilitation sans condition de leurs trois camarades exclus. Il relève également que, les conditions dans lesquelles ils étudient sont inconfortables. Yaya Barkaï l’amélioration de ces conditions.

Les étudiants de N’Djamena entendent entrer en grève sèche et illimitée si leurs revendications ne sont pas prises en compte.

Pour rappel, le 04 octobre dernier, le président de l’Université de N’Djamena, Mahamat Saleh Daoussa Haggar a définitivement exclu trois étudiants. Avec pour reproche : « perturbations des activités académiques ». Il s’agit de deux étudiants de philosophie et un étudiant de STIC, tous en 3ème année.

Tchad : formation de 40 journalistes en faveur de la paix et de la cohésion pacifique

Une formation de trois jours est organisé au profit de 40  journalistes, sur la  paix et de la cohésion pacifique. Le coup d’envoi des travaux qui prennent fin le 15 décembre a été donné ce jour par le ministre en charge de la Réconciliation nationale.

 

Des journalistes du public et du privé bénéficient d’une formation sur le thème : « médias responsables pour la préservation des conflits, la promotion de la paix et la cohésion sociale ». Cette séance est organisée au vue du contexte de transition en cours. Cet atelier l’œuvre de l’Agence de Développement Economique et Social (ADES) et le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD).

Les sous-thèmes suivants seront développés durant les trois jours :

  • la responsabilité sociale du journaliste ;
  • les médias comme facteurs de promotion de la coexistence pacifique ;
  • les réseaux sociaux et consolidation de la paix ;
  • la communication de crise ;
  • rôle de la presse dans la construction de la paix ;
  • le journalisme en temps de conflit.

« Ils ont un rôle essentiel non seulement pour l’information mais pour la sensibilisation et la conscientisation du public. » Cette déclaration est faite par le ministre en charge de la Réconciliation à l’ouverture des travaux. Acheikh Ibn Oumar note que le processus de transition doit être accompagné par les médias. Le ministre d’Etat invite les hommes de médias à jouer : « un rôle essentiel pour sécuriser le tissu social qui demeure fragile. »

Le directeur l’Agence de développement économique et social (ADES) entend aller plus loin. Abdelhakim confie que son agence entend former 100 journalistes, dans le cadre de la promotion de la paix et de la coexistence pacifique.

Afrique centrale : 99,6 milliards F CFA de la Bdeac pour relier trois pays

La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) accompagne le Congo dans la construction d’un linéaire de 1310 kilomètres de route entre Brazzaville, Bangui (Centrafrique) et N’Djamena (Tchad).Un corridor multimodal. C’est le projet financé par la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac). Son président Fortunato-Ofa Mbo Nchama, et le ministre congolais des Finances et du Budget, Roger Rigobert Andely, ont signé, le 10 décembre dernier, l’accord de prêt.

Pour la première phase du projet, les travaux porteront sur le bitumage de la section Ouesso-Pokola longue de 50 kilomètres, la construction du pont de la Sangha, la réalisation de l’ensemble des ouvrages de franchissement sur le prolongement de la route entre Pokola et Bétou, le bitumage de la section Gouga-Mbaïki, et le traitement des points critiques de Mbaïki à Bangui.

Selon un communiqué de la Bdeac, reçu lundi à APA, les retombées économiques de ce projet sont considérables : « la réduction des coûts de transport et des délais de trajets induits, le développement des activités commerciales, l’amélioration de ressources financières des communes concernées et du pays en général, la facilité d’accès aux services médicaux, sociaux et administratifs et le développement des échanges commerciaux internationaux ».

En outre, explique l’institution financière, le positionnement stratégique de cet axe offre, au Tchad et à la République centrafricaine, une alternative d’accès à l’océan Atlantique. L’idée de la construction du corridor multimodal Brazzaville-Bangui-N’Djamena a été retenue lors de la table ronde des bailleurs de fonds organisée à Paris, en France, en novembre 2020.

Ce nouveau financement de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale porte le volume global de ses engagements en faveur du Congo à 398 milliards F CFA.

Tchad : augmentation effective du salaire et des avantages des militaires

Le président du Conseil militaire de transition a signé un décret qui fixe augmentation et avantages sociaux des militaires des forces de défense et de sécurité. Les soldes indiciaires et autres avantages augmentent varient en fonction du grade et l’ancienneté.

Les forces de défense et de sécurité du Tchad bénéficient d’une augmentation de salaire. Ceci concerne toute l’armée,  forces spéciales, l’armée de l’air ou tout autre division. Cette revalorisation fait suite au projet de grille salariale  pour les forces de défense et de sécurité, présenté au président du CMT. Le document a été rédigé par ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale, des Anciens combattants et Victimes de guerre.  Ledit projet est séquencé en trois scénarios.

D’après le document, les soldes des soldats de 2ème classe vont de 50.000 Fcfa à 80.000 Fcfa, 90.000 Fcfa ou 110.000 Fcfa. Dans le projet, le scenario n°1 prévoit que la solde brute du soldat de 2ème classe passe à 110.000 Fcfa.

Le scenario n°2 réduit le salaire brut du soldat de 2ème classe à 90 000 Fcfa. Ici, le salaire du soldat sera de 77 205 Fcfa au lieu de 50.000 Fcfa. Le scénario 3, suggère  70 000 Fcfa comme salaire brut du soldat de 2ème classe.

Ce projet a été validé par le président du Conseil Militaire de transition, Mahamat Idriss Deby.

Présidentielle libyenne : Bazoum contre un report

Le président nigérien Mohamed Bazoum, plaide à l’Onu pour une tenue de la présidentielle libyenne le 24 décembre prochain.Selon le successeur de Mahamadou Issoufou, ce scrutin censé tourner la page d’une dizaine d’années de guerre en Libye, constitue une étape « cruciale » pour ramener la paix dans ce pays et dans la bande du Sahel. Le président nigérien s’est exprimé depuis New York alors qu’il présidait le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies (Onu). « L’échéance du 24 décembre est cruciale et mon pays fonde l’espoir que l’élection présidentielle prévue à cette date se passe dans de bonnes conditions et ouvre la voie à une dynamique de paix et de stabilité » a expliqué Mohamed Bazoum, dont le pays lutte contre la menace jihadiste depuis quelques années.

Cette déclaration du premier président issu de la première alternance démocratique au Niger, intervient quelques jours après la proposition du Haut Conseil d’État libyen (HCE), instance faisant office de Sénat, de proposer le report au mois de février de la présidentielle du 24 décembre, en raison de « désaccords persistants entre camps rivaux ».

Une telle décision s’il se confirme, viendrait s’ajouter à celle prise par le Parlement libyen de décaler d’un mois (janvier 2022) les élections législatives qui devaient se tenir selon la feuille de route onusienne le même jour que la présidentielle. Alors que la liste définitive des candidats se fait toujours attendre, la tenue de la présidentielle dans quelques jours, parait de plus en plus menacée.

Le Niger et la Libye sont deux pays liés par l’histoire et la géographie. En septembre dernier, Mohamed Bazoum avait reçu le vice-président du Conseil présidentiel libyen Moussa Al Konni pour évoquer ses préoccupations sur la question « de la migration, la sécurité et la stabilité au sein de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) ».

La Libye frontalière avec le Tchad autre Etat du Sahel, partage plusieurs centaines de kilomètres de frontières communes avec le Niger. Un territoire souvent exploité par des trafiquants d’armes, de drogue ainsi que des candidats à la migration vers l’Europe.

Tchad : la mairie de N’Djamena vient en aide aux réfugiés camerounais

Suite au conflit intercommunautaire qui a éclaté à Kousseri, dans l’Extrême Nord du Cameroun, plusieurs personnes ont trouvé refuge à N’Djamena. Les autorités communales ont décidé d’apporter un appui alimentaire à ces derniers.

 

Conduite par le Maire 2e Adjoint, une délégation de la commune de la ville de N’Djamena est allée à la rencontre des personnes fuyant le conflit intercommunautaire qui se déroule, depuis hier, à kousseri, ville camerounaise, voisine à N’Djamena.

Tchad : la mairie de N’Djamena vient en aide aux réfugiés camerounais
la mairie de N’Djamena vient en aide aux réfugiés camerounais

Installées à Farcha, dans le 1er arrondissement et à Toukra, dans le 9è arrondissement, et vivant dans une précarité, une aide d’urgence composée de 3 boeufs, 20 sacs de riz de 50 kilos, 5 sacs de sucre de 50 kilos, 5 bidons d’huile de 20 litres, 1 sac de thé vert, 1 sac de lait de 50 kilos, 2 cartons de tomates sachets, 1 sac de sel de 20 kilos, leur a été offerte.

 

Un appel aux bonnes volontés a été lancé pour les secourir également.

Tchad : face à l’afflux des réfugiés soudanais et camerounais, le PCMT demande d’agir en humaniste

Tchad : A N’Djamena, il est strictement interdit de porter les armes à feu

Un arrêté du ministre de la sécurité du 10 décembre 2021, interdit le port d’arme à feu dans la ville de N’Djaména. Cette décision fait suite à la guerre ouverte entre certaines familles dans la capitale.

La ville de N’Djamena est soumise depuis quelques mois à une vague de règlements de compte entre certaines familles. Chacun utilise les armes à feu à sa guise pour en finir avec son adversaire. Le dernier incident est l’attaque à mains armés au domicile  d’Ahmat Khazali Acyl, DG de la CNPS et ancien ministre. Ce dernier et ses parents, proches de l’ancienne première dame, Hinda Deby Itno sont accusés d’avoir instigué la mort d’un colonel. Ce serait alors la famille du défunt colonel qui a attaqué la maison du patron de la CNPS et celle de son petit frère, par ailleurs, aide de camp de l’ancien président, Idriss Deby Itno.

Ainsi, le ministre en charge de la Sécurité décide d’interdire le port d’armes à feu dans toute la ville de N’Djamena. Cette décision prend effet dès le 11 décembre 2021. « Les permis de port d’arme à feu et les badges en cours de validité, sont également suspendus », intime Souleyman Abakar Adam.

Tchad : le domicile privé d’un général attaqué, 1 mort et 1 blessé grave

Toutefois quelques exceptions sont faites, certains corps sont autorisés à porter l’arme feu pendant les heures de service. Il s’agit notamment, gardes du corps du PCMT, ceux du président du conseil, du CNT, des présidents des grandes institutions, des membres du gouvernement, des diplomates, des généraux et les magistrats. Egalement, les forces de défense et de sécurité en mission officielle ou en service commandé.

Tchad : le domicile du DG de la CNPS attaqué par des hommes armés

Tchad : le nouveau gouverneur du Mandoul fait le tour du propriétaire

Le nouveau patron de la province a entamé une tournée dans sa circonscription le 08 décembre 2021. Hissene Dakou a commencé par Bédjondo dans le Mandoul Occidental.

C’est accompagné d’une forte délégation que, Hissene Dakou, nouveau gouverneur de la province du Mandoul est entré dans le Mandoul Occidental. Il a été accueilli à plus d’un kilomètre des habitants de Bédjondo. Le gouverneur a été édifié sur les problèmes auxquels sont confrontés les habitants. Principalement le conflit entre agriculteurs et éleveurs.

Aux autorités administratives, traditionnelles et religieuses, Hissene Dakou esprime sa reconnaissance. «La cohabitation pacifique et la sécurité des personnes et de leurs biens, sans distinction de races, font partie de nos missions pour lesquelles nous nous sommes engagés », clame-t-il. Aux parents ils demandent d’envoyer les enfants à l’école pour éviter les mariages précoces. Egalement de mettre fin à la pratique de l’excision.

Le gouverneur de la Province du Mandoul remplacé

Tchad : face à l’afflux des réfugiés soudanais et camerounais, le PCMT demande d’agir en humaniste

Les conflits au Cameroun et au Soudan ont poussé de nombreuses personnes à trouver refuge au Tchad. Mahamat Idriss Deby Itno demande d’agir promptement face à l’urgence humanitaire qui s’impose.

 

« Une urgence humanitaire est provoquée au Tchad par les conflits intercommunautaires qui sévissent au Cameroun et au Soudan. Deux pays voisins immédiats de notre pays. » Une interpellation du président de transition, suite aux conflits récents conflits ont engendré la fuite du Cameroun de plus de trente mille personnespour chercher refuge au Tchad.

« A ceux-là, s’ajoute des milliers d’autres personnes forcées à fuir, ces derniers jours, les violences intercommunautaires au Darfour pour trouver un havre de paix à l’Est du Tchad. », note le nouvel homme fort du pays.  
« Face à cette situation préoccupante, le Gouvernement a été instruit à prendre toutes mesures appropriées. » Il invite dès lors, à faire preuve de : « solidarité et d’hospitalité vis-à-vis de ces personnes forcées à quitter leurs pays pour se sauver. »
« Je tiens en outre à appeler la communauté internationale à agir promptement, pour fournir en urgence, l’assistance nécessaire à ces nouveaux réfugiés qui ont fui le Cameroun et le Soudan pour se réfugier au Tchad. »

Tchad : le domicile du DG de la CNPS attaqué par des hommes armés

Dans la nuit du mercredi 08 au jeudi 09 décembre des hommes armés ont pris d’assaut, le domicile de l’ancien ministre et actuel directeur général de la CNPS, Ahmat Khazali Acyl.

 

De nombreux dégâts collatéraux sont signalés. La maison a d’ailleurs été incendiée, apprend-on. D’après des sources, les hommes armés sont arrivés à bord d’une dizaine de véhicules. Ces derniers ont fait incursion dans la résidence de l’ancien ministre et ont ouvert le feu. Plusieurs véhicules ont été criblés de balles. Les agresseurs ont emporté plusieurs objets de valeur.

D’après Tchadanthropus-tribune, cette attaque fait suite à un litige foncier qui a couté la vie à un colonel. Ce serait donc les proches du feu militaire qui veulent se venger. « il s’agirait d’un problème de « maisons » entre un colonel et Ghazali, dont le dossier est encore pendant en justice », peut-on lire sur la page. Les parents du DG de la CNPS estiment que ce dernier est l’instigateur de la mort de leur frère. « Les assaillants pensent que c’est Ghazali qui serait derrière cet assassinat.»

Tchad : le domicile privé d’un général attaqué, 1 mort et 1 blessé grave

Mali : sept Casques bleus tués

Sept Casques bleus de l’Organisation des Nations unies (Onu) ont été tués au centre du pays par un engin explosif.Ces soldats de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) sont tombés ce mercredi sur un « engin improvisé » qui a explosé au passage de leur convoi a annoncé la Mission de l’Onu au Mali. 

« Ce 8 décembre, un convoi logistique de la Force (Minusma) allant de Douentza à Sévaré (centre) a heurté un engin explosif. Un premier bilan fait état de sept Casques bleus décédés et trois grièvement blessés », a indiqué un communiqué de la Minusma sur Twitter, sans préciser la nationalité des victimes.

Le convoi avait quitté Douentza vers Sévaré dans la région de Bandiagara indique le communiqué de la Minusma qui précise que trois autres soldats ont été grièvement blessés.

Cet incident survient au lendemain du décès d’un Casque bleu évacué il y a quelques jours à Dakar. Ce dernier avait été blessé avec deux autres soldats dans l’explosion d’un engin explosif près de Tessalit, dans le nord du Mali, le 22 novembre dernier.

La Bdeac mobilise près de 115 milliards F CFA sur son marché financier

La Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) a surpassé ses attentes pour le lancement de la deuxième tranche de son programme triennal d’emprunts obligataires par appel public à l’épargne.Dénommé Bdeac 5,60 % Net 2021-2028, l’opération de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (Bdeac) a eu lieu du 15 novembre au 2 décembre 2021. Elle a permis, selon un communiqué de l’institution financière reçu mercredi à APA, de lever environ 115 milliards F CFA contre un objectif initial de 100 milliards F CFA.

« Cette performance est exceptionnelle car elle est meilleure que celle obtenue il y a une année (107 milliards F CFA), mais également parce qu’elle s’est déroulée dans un environnement plus concurrentiel avec notamment l’émission des obligations des Etats de la sous-région sur le même marché », indique le document.

D’après la Bdeac, la sursouscription de près de 15 milliards F CFA traduit surtout « l’appréciation positive que les investisseurs et les épargnants portent sur la qualité de (sa) signature ».

Avec une telle réputation, la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale a même enregistré « des souscriptions hors zone ». Pour l’institution financière, « force est de constater que (son) rayonnement dépasse désormais » la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

« La qualité des contributions reçues conforte également (notre) positionnement actuel comme un acteur majeur et fédérateur sur le marché financier sous-régional. En effet, les souscripteurs regroupent les personnes morales non bancaires, les établissements bancaires et financiers, et les personnes physiques », s’est félicité Fortunato-Ofa Mbo Nchama, le Président de la Bdeac.

Par ailleurs, a soutenu M. Nchama, la récurrence et la qualité de leurs émissions obligataires constituent un canal privilégié du recyclage et de la valorisation de l’épargne des ménages impliqués ainsi indirectement au financement de l’économie réelle de la zone.

Tchad : le général Idriss Dokony Adiker est candidat au poste de président du Cost

Il a fait part de sa candidature le mardi 07 décembre 2021. Le général Idriss Dokony Adiker laisse entendre qu’il veut revenir Comité olympique et sportif tchadien (Cost) du fait sa passion pour le sport.

Le 18 décembre prochain se tiendra l’élection du futur président Comité olympique et sportif tchadien. Ce sera dans le cadre d’une Assemblée général élective. Ancien, secrétaire général et président de l’institution, Idriss Dokony Adiker entend revenir aux commandes. Il a d’ores et déjà annoncé sa candidature. « Mon retour en lice après avoir été à la tête de cette institution est fondamentalement motivé par ma profonde passion pour le sport et la ferme volonté de rattraper les erreurs et les défaillances constatées.», laisse-t-il entendre. « Ma candidature à la présidence du COST est inspirée par une nouvelle vision visant à entreprendre un changement radical pour soutenir les fédérations et associations en les dotant des moyens pour des actions de promotion », poursuit-il.

« De mon départ du COST en 2017 à nos jours, quatre années se sont écoulées. Cette période de recul a permis de faire un examen minutieux sur ma personne, sur ma gestion, sur mes relations humaines, sur mon management», confesse le candidat. Pour lui, Cet intermède a permis de mieux appréhender les attentes du mouvement olympique et sportif tchadien et les stratégies d’actions à mettre en pour donner une nouvelle synergie au sport tchadien. Il laisse entendre que, cette fois, il prendra en compte, les aspirations de toutes les fédérations sportives. « Cette candidature est dans une démarche de construction collective pour l’avenir du mouvement ». Il évoque également, la transparence et la représentativité du genre conformément aux directives du ClO. La visibilité à toutes les fédérations et le renforcement de la coopération avec la fédération paralympique.

Tchad : débat sur la réinsertion socioprofessionnelle des ex-combattants de Boko-Haram

Les échanges sur la réinsertion socioprofessionnelle des anciens combattants de Boko-Haram étaient au menu des débats le 07 décembre 2021. Une initiative du Centre d’Etudes pour le Développement et la Prévention de l’Extrémisme (CEDPE).

Le débat sur la réinsertion socioprofessionnelle a permis de réunir des professionnels de la question à N’Djamena. L’échange est organisé dans le cadre du lancement des activités du réseau des organisations de la société civile du bassin du Lac Tchad axée sur la réinsertion communautaire et réintégration à base communautaire. Une idée du réseau Organisations de la Société Civile (OSC) du Bassin du Lac Tchad pour la réintégration communautaire et à base communautaire des ex personnes associées aux groupes extrémistes et du CEPDE. Il s’agit de repenser les stratégies d’information et de sensibilisation sur le sujet.

Les spécialistes de la lutte contre l’Extrémisme violent ont axé leur débat autour du « rôle de la société civile dans la réinsertion socioprofessionnelle des désengagés de Boko Haram. » Des doléances des désengagés lachés dans la nature, dans leurs villages, sous la garde et le soutien des chefs des villages.

Le président par intérim du CEDPE, Brahim Youssouf Moussa, déplore la prolifération des mouvements extrémistes. Pour lui, ces groupes affectent négativement la stabilité socio-économique et politique. « Nous devons tous nous mobiliser pour combattre ce mal qui touche profondément les pays riverains avec des conséquences désastreuses sur les populations », déclare-t-il. Nous avons profilé 2544 désengagés de Boko Haram dans la province du Lac Tchad