Tchad : le ministère de la Santé suspend les transferts et affectations

Le ministre de la Santé publique, dans une circulaire du 18 juin 2024, suspend les demandes de transfert et/ou d’affectation dans son département.

 

C’est après avoir constaté que le ministère en charge de la Santé a enregistré et continue d’enregistrer des demandes incessantes d’affectation et de transfert des fonctionnaires relevant d’autres départements ministériels dont la plupart des profils ne cadrent pas avec les objectifs poursuivis par le ministère. Pour le ministre de la Santé, Abdelmadjid Abderahim Mahamat, cette situation compromet d’une part la gestion efficiente et efficace des ressources humaines et d’autre part augmentant de facto la masse salariale du ministère.

« A cet effet, les demandes de transfert et/ou d’affectation sont suspendues jusqu’à nouvel ordre et aucune dérogation n’est permise », met en garde le ministre de la Santé.

Tchad : le ministère de la Santé valide la gestion de la chiomio-prévention du paludisme

Le directeur général de la santé publique Dr Yam Madji Aliace a lancé le 28 avril 2024à Koundoul, un atelier de validation des micro-plans, de formation sur les outils de gestion de la chiomio-prevention du paludisme saisonnier 2024.

 

Il explique que la chiomio-prevention du paludisme saisonnier CPS est une intervention efficace contre le paludisme, recommandée par l’OMS, qui est adoptée et mise en œuvre par le Tchad depuis 2013, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, parmi lesquels le Fonds Mondial. Aussi, la lutte contre le paludisme reste confrontée à certains défis de taille dont l’insuffisance des ressources ainsi que la couverture géographique de l’ensemble de la population, fait-il savoir.

Le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme Dr Mahamat Saleh Issakha Diar a indiqué que le but de cet atelier est d’améliorer la mise en œuvre de la campagne CPS 2024 dans les districts sanitaires appuyés par le Fonds Mondial, de valider tous les micro-plans de la CPS 2023 appuyés par le Fonds Mondial, de former tous les participants sur l’utilisation des outils de gestion de la CPS 2024 validés par le niveau central.  Il invite les participants à se familiariser avec les concepts de la digitalisation et la prise en main d’une tablette.

Dans ce nouveau plan stratégique 2024-2028, le ministère de la santé publique compte organiser la CPS dans les 141 districts sanitaires éligibles selon l’étude de stratification faite par le PNLP en 2022.

Dans le cadre de la campagne de 2024, le programme national de lutte contre le paludisme PNLP, avec l’appui du programme d’appui à la lutte anti-tuberculose PALAT et le programme des nations unies pour le développement PNUD, a élaboré 43 micro-plans pour les districts sanitaires, bénéficiaires de la subvention du Fonds Mondial.

 

Tchad : lancement effectif de la campagne contre la poliomyélite

Les activités de la campagne nationale contre la poliomyélite, la supplémentation en vitamine A et de déparasitage au mebendazole a démarré dans l’ensemble du pays.

 

Cette opération qui se déroule du 17 au 19 mai 2024, prévoit également, l’identification des enfants sous vaccinés et non vaccinés. Le secrétaire général de la délégation du gouvernement auprès de la commune de N’djamena Adam Mahamat s’est réjoui de la mobilisation et invité la population à apporter son apport pour la réussite de cette campagne. Il a exhorté les équipes engagées au professionnalisme.

Le directeur général adjoint Afrique de la nutrition internationale Banda Ndiaye explique, que la supplémentation en vitamine A permet de promouvoir la croissance de l’enfant. Il évoque ensuite l’appui de son organisation aux actions de protection des enfants contre la malnutrition.

Au nom des partenaires, la représentante adjointe de l’Unicef Dr Sophie Leonard a énuméré les risques de la poliomyélite dont fait face la région africaine. Elle a fait mention des campagnes organisées et les résultats obtenus. Pour circonscrire la circulation des virus orphelins, il est nécessaire dit-elle, d’intensifier les activités vaccinales pour protéger les enfants.  Elle a ajouté que les provinces à risques doivent bénéficier d’une attention particulière.

En donnant le coup d’envoi de la campagne, le secrétaire d’État à la santé publique et à la prévention Prof Abderrazzack Adoum Fouda a appelé les autorités à divers niveaux à se joindre aux équipes de vaccination pour une large couverture. Il s’est appesanti sur la nécessité de la supplémentation en vitamine A, le déparasitage et l’identification des enfants sous vaccinés et non vaccinés.

Il a au nom du gouvernement demandé aux partenaires d’accompagner davantage le Tchad dans la lutte contre la poliomyélite. Le secrétaire d’Etat à la santé publique et à la prévention a invité les acteurs impliqués à plus de courage et d’abnégation pour mener à bien cette campagne.

Tchad : le ministère de la Santé annonce une contre la Poliomyélite

Du 17 au 19 mai 2024 les agents du ministère de la Santé publique vont sillonner l’ensemble du pays dans le cadre de la campagne contre la Poliomyélite.

En prélude, directeur général de la santé publique du ministère, Dr Yam- madji Aliace, a officié le 14 mai 2024, une séance de plaidoyer à N’Djaména. La séance a été marquée par une présentation des données des campagnes précédentes, suivie d’un échange sur le rôle et la contribution des leaders religieux et traditionnels.

Le responsable de la communication de l’Unicef, Mouldjidé David a reprécisé les causes de persistance des épidémies notamment le refus et le faible engagement communautaire. Il a énuméré d’autres problèmes tels que la faible exécution des stratégies de communication pour la vaccination de routine et de masse, la faiblesse de la communication interpersonnelle et la faible implication des partenaires dans le renforcement de l’engagement communautaire.

Pour mémoire, le Tchad a enregistré de 2022 à 2023, 64 cas de poliovirus répartis dans 15 provinces.

Les fondations Bill et Mélinda Gates et Aliko Dangoté discutent du renforcement du système de santé au Tchad

Le ministre de la santé publique et de la prévention a rencontré le mercredi 13 mars 2024, en début de soirée, la délégation conjointe des Fondations Bill et Mélinda Gates et Aliko Dangoté.

 

Dr Ahmet Iya de la Fondation Aliko Dangoté, note que leur séjour a permis de cerner les actions réalisées, échanger avec certains acteurs et s’assurer de la continuité du projet. Il a ensuite abordé l’importance d’associer beaucoup des partenaires dans la nouvelle convention, l’utilisation des nouvelles technologies pour couvrir toutes les zones et le renforcement du système de surveillance.

Pape Coumba Faye, de la Fondation Bill et Melinda Gates s’est réjoui des entretiens qu’ils ont eus avec les différentes parties. Il a informé que la reconduction du projet est un acquis pour continuer les activités de vaccination. Des artifices sont prévus pour parer à toute éventualité a-t-il ajouté tout en énumérant les prochaines étapes notamment la révision de la convention, la tenue d’un atelier bilan, l’utilisation des résultats de l’enquête vaccinale pour des nouvelles actions, l’extension du projet, l’engagement communautaire et la réparation des matériels de la chaine de froids.

Le ministre de la santé publique et de la prévention a partagé  l’avis des deux fondtions, relatifs au renforcement du système de santé. Dr Abdelmadjid Abderahim est revenu sur la surveillance épidémiologique, la contrepartie de l’Etat, l’extension du projet aux autres provinces, l’implication des leaders et représentants de couches socioprofessionnelles dans les actions.

Il est judicieux de définir des stratégies pérennes pour plus de succès dans les activités a fait observer Dr Abdelmadjid Abderahim.

Source : ministère de la Santé

Tchad : le ministère de la Santé poursuit l’enquête de couverture vaccinale

L’opération cible les enfants de 12 à 23 mois et les femmes ayant accouché depuis moins d’un an. Elle vise à protéger les populations contre les maladies évitables par la vaccination.

La première phase de cette enquête a concerné les provinces de N’Djamena, Bar El Gazal, Kanem, Borkou, Ennedi Est, Ennedi Ouest et le Tibesti s’est déroulée du 20 novembre au 23 décembre 2023.

Cette deuxième phase commencera du 22 février au 16 mars 2024 et concernera les 16 provinces suivantes: Batha, Guera, Salamat, Lac, Hadjar Lamis, Sila, Ouaddai, Wadi fira, Chari Baguirmi, Mayo Kebbi Est, Mayo Kebbi Ouest, Tandjile, Logone Occidental, Logone Oriental, Mandoul, Moyen Chari.

L’objectif de cette enquête est de collecter les informations relatives à la vaccination des enfants de 12 à 23 mois et les femmes ayant accouché depuis moins d’un an, afin de permettre au Ministère de la Santé Publique et de la Prévention d’améliorer les services de vaccination pour protéger les populations contre les maladies évitables par la vaccination.

Le ministère de la Santé exhorte les parents à accueillir les agents enquêteurs qui passeront de maison en maison pour vous poser des questions relatives à la vaccination des enfants et des femmes.

 

Tchad : des matériels de laboratoires remis au ministère de la Santé

 

C’est un don de l’institut de microbiologie de la Bundeswehr, réceptionné le 31 janvier 2024, par le ministre de la Santé publique et de la Prévention, Dr Abdelmadjid Abderahim.

 

Dans les locaux de l’hôpital de l’amitié Tchad Chine, des matériels de laboratoires ont été offerts par les allemands de l’institut de microbiologie de la Bundeswehr.

Pour le ministre : « ces équipements des technologies de pointe pour l’analyse et la recherche, vont améliorer considérablement la capacité à répondre aux défis sanitaires auxquels est confronté le système de santé et permettront également d’effectuer des recherches plus approfondies, de surveiller plus efficacement les maladies et d’améliorer la qualité des soins offerts aux communautés a renchéri le ministre. »

Abdelmadjid Abderahim  explique que ces kits sanitaires permettront de détecter et de diagnostiquer rapidement des maladies hautement pathogènes, comme le virus Ebola et d’autres agents pathogènes dangereux. Le ministre ajoute que ces laboratoires peuvent être transportés vers des régions éloignées pour être déployés sur le terrain en cas d’épidémies et permettront aux professionnels de santé de diagnostiquer rapidement des maladies hautement pathogènes aux conséquences potentiellement graves pour la santé et la sécurité des populations.

Dr Abdelmadjid Abderahim a précisé que le but du projet est de créer un réseau des laboratoires mobiles dans les pays du Sahel pour mieux répondre aux menaces biologiques et combattre plus efficacement les épidémies et l’apparition de nouvelles crises.

Tchad : le ministère de la Santé et le centre Carter explorent les stratégies de lutte contre le ver de guinée

Une délégation du centre Carter et le ministre de la Santé publique, Abdelmadji Abderahim ont évoqué ce 22 janvier 2024, la nécessité d’explorer pour fortifier la coopération, les stratégies de lutte contre le ver de guinée.

 

La rencontre se tient en marge de la revue annuelle du programme national d’éradication du ver de guinée. Le chef de mission du centre carter Adam Weiss a : « félicité le programme national pour les efforts fournis et parlé des activités qui doivent être menées pour circonscrire la maladie. », signale ministère. Il a rassuré de la disponibilité du centre Carter à soutenir le Tchad dans sa lutte

La réduction des cas est un signe d’encouragement mais la lutte doit se poursuivre pour l’atteinte des objectifs a ajouté le chef de mission. Il est revenu sur l’initiative proposée par le ministre par rapport à la surveillance transfrontalière et l’éventuelle rencontre entre les autorités tchadiennes en charge de la santé humaine et animale et celles du Cameroun.

Le centre Carter est prêt à aider le ministère à organiser des rencontres internationales.

Le représentant du centre carter au Tchad Dr Abdalla Bakri Meftuh a indiqué qu’ils vont accompagner le ministère dans son approche pour réussir à éradiquer le ver de guinée.

Le secrétaire d’État de la santé publique et à la prévention Pr Abderrazzack Adoum Fouda a encouragé l’équipe du centre et invite chacun à une franche collaboration pour relever les défis.

La stratégie consiste à renforcer les méthodes de lutte, la synergie et l’implication des leaders communautaires. Le ministre a souligné que la mise en œuvre des actions doit commencer dès la fin de la revue annuelle. Il conseille de revoir les stratégies en clarifiant les insuffisances de chaque partie pour mieux faire face au ver de guinée.

Le système de santé fait également face à la crise de l’Est et les activités doivent être réajustées et conduites selon les conclusions de la revue et de la vision nationale a poursuivi le ministre. Les plus hautes autorités de Transition ont recommandé le renforcement du système de santé et la lutte contre les maladies est inscrite parmi les priorités a expliqué le ministre.

Le ministre de la santé publique et de la prévention a fait observer que selon les recherches, plus de 60% des maladies sont d’origine zoonotique et la stratégie une seule Santé reste l’un des meilleurs moyens de lutte.

Dr Abdelmadjid Abderahim a sollicité que la rencontre transfrontalière puisse regrouper tous les pays voisins du Tchad pour mettre en place une batterie adéquate des actions de lutte contre le ver de guinée.

L’invitation à une prochaine réunion à Atlanta, a été acceptée par le ministre de la santé publique et de la prévention qui a suggéré la multiplication des échanges pour un mouvement d’ensemble régulier et concerté en vue d’atteindre les résultats escomptés.

 

Tchad : le plan de prévention et de lutte contre le choléra révisé

Du 20 au 22 novembre 2023, le ministère de la Santé publique en en collaboration avec l’OMS a organisé un atelier de révision du plan national de prévention et de lutte contre le choléra.

Les travaux avaient pour objectif de faire la revue des différents piliers du plan national de lutte contre le choléra de 2022, de valider le plan, d’élaborer et valider le processus opérationnel standardisé du choléra. Les autorités sanitaires ont fait état de l’importance capitale dans la lutte contre cette maladie.

Au début de la séance, le coordonnateur adjoint du Centre des Opérations Urgences en Santé Publique Ali Abderamane a présenté les facteurs qui favorisent la recrudescence du choléra. Il cite entre autres, l’insuffisance d’eau potable et les mauvaises conditions d’assainissement, le comportement de l’homme en matière d’hygiène personnelle, de préparation des aliments et d’assainissement.

A la fin de l’atelier, Ali Abderamane a rassuré que l’équipe restreinte prend en compte toutes les observations faites lors des travaux des groupes pour finaliser le document et accélérer sa mise en œuvre dans un délai raisonnable. Et exhorte les participants à maintenir le dynamisme pour l’élaboration et la révision des prochains plans de riposte afin de faire face aux éventuels défis.

Le Tchad  organise un forum sur les maladies non transmissibles

Des experts nationaux et internationaux sont à N’Djaména pour participer au Forum National sur les maladies non transmissibles au Tchad : Focus Cancer, annonce le ministère tchadien de la Santé.

Pendant deux jours, ces hommes de science, vont échanger sur les possibilités et les meilleures stratégies de lutte contre les maladies non transmissibles et particulièrement le cancer. Dans son allocution d’ouverture, le ministre de la Santé, Abdelmadjid Abderahim, a souligné que le : « Cancer constitue un réel problème de santé publique » au Tchad.

Il a ensuite listé les cancers les plus fréquents. Il s’agit respectivement du cancer de la prostate avec 32,4%, le cancer du foie 15,1%, celui du sein 12,0 %, le cancer du col de l’utérus 10,3 %, le lymphome non hodgkinien 6,5 % et le cancer de l’estomac 5,4 %. Pour le ministre en charge de la santé, ce  forum vise à apporter des : « mesures et réformes appropriées, de définir les conditions optimales de mise en œuvre efficace et efficiente de politique nationale de lutte contre le cancer et les maladies non transmissibles.» C’est également le lieu de discuter des modèles de lutte contre le cancer au niveau régional et international afin d’améliorer la situation au Tchad. Le ministre de la Santé exhorte, les participants, à proposer de pistes idoines pouvant : « orienter l’action Gouvernementale dans la lutte coordonnée contre le cancer. »

Le professeur Abdoul Aziz Kassé, a tenu à préciser que le nombre des victimes des maladies non transmissibles par an s’élève à plus d’un milliard. 39 personnes développent le cancer en une minute et 19 autres meurent en un jour. Pour gagner la bataille, le changement des politiques et de comportements sont nécessaires a dit le professeur.

Tchad : le ministère de la Santé présente les dépenses des hôpitaux nationaux et provinciaux

Le secrétaire général du ministère de la santé publique et de la prévention Dabsou Guidaoussou a dirigé ce mardi 12 septembre 2023, une séance semi- virtuelle, de présentation de la situation des recettes et dépenses des hôpitaux nationaux et provinciaux pour le premier semestre 2023.

Le secrétaire général a signifié que l’année 2024, sera une année très chargée en termes d’activités pour le ministère et aussi pour le pays qui œuvre sans relâche pour le bien – être des populations en cette phase de Transition. L’année nouvelle exige une gestion minutieuse et rigoureuse des recettes générées par les formations sanitaires pour améliorer la prise en charge des patients.

Dans la présentation faite par l’inspecteur technique, Chaltout Mahamat Yakhoub, il a été notifié que la majeure partie des hôpitaux nationaux et provinciaux font des progrès en matière de recettes et dépenses. Ces hôpitaux, planifient les dépenses et gèrent les recettes pour mieux répondre aux sollicitations des usagers de leurs services respectifs, respectant ainsi, les recommandations des conseils d’administration.

Des propositions sont faites pour améliorer l’exercice afin de cerner davantage les indicateurs clés et les moyens qui y sont alloués pour pérenniser les acquis et réajuster les actions pour plus de résultats.

Le secrétaire général a indiqué que d’autres outils seront élaborés pour avoir assez d’informations dans le but de comprendre et prioriser les actions à réalisées. Dabsou Guidaoussou a salué le travail accompli par l’inspection générale et insisté sur la nécessité de revoir les stratégies de collecte des informations liées aux dépenses, aux recettes et aux activités réalisées.

Le secrétaire général du ministère de la santé publique et de la prévention a aussi demandé que les activités des Pharmacies provinciales d’achats soient intégrées pour suivre la bonne marche de ces structures.

L’exercice est intéressant et il faut poursuivre ces méthodes pour aider les formations sanitaires à mener à bien leurs tâches a renchéri le secrétaire général.

Source : ministère de la Santé.

Tchad : le ministère de la Santé présente le plan de riposte à l’épidémie de la Dengue

Le ministre de la santé publique, Abdelmadjid Abderahim a officié le 1er septembre une réunion semi-virtuelle, relative à l’épidémie de la dengue. Cette rencontre a vu la présence des délégués sanitaires des différentes provinces du pays.

Le coordonnateur du centre des opérations d’urgence en santé publique par ailleurs gestionnaire des incidences de l’épidémie de la dengue, Dr Dissia Fittouin a présenté le plan de riposte à l’épidémie de la Dengue au Tchad.

Ce plan a pour objet d’interrompre la chaine de transmission de l’épidémie de la Dengue au Tchad. Dr Dissia Foutouin a rappelé que l’épidémie de Dengue confirmée depuis le 10 aout dernier, nécessite une réaction prompte pour circonscrire les risques d’expansion de l’épidémie.

Une validation du présent plan et la mobilisation des ressources nécessaires est un gage pour une interruption rapide de l’épidémie. Il a ensuite énuméré les actions menées par le ministère pour faire face à cette épidémie sans oublier les prochaines étapes.

Le chef du département de la santé publique et de la prévention a félicité l’équipe pour le travail abattu en élaborant le plan de riposte à l’épidémie de la Dengue au Tchad avant de lui demander de renforcer le système de la surveillance. Il a insisté sur l’intensification de la communication pour une meilleure prévention. Dr Abdelmadjid Abderahim de dire que le traitement de la dengue est symptomatique et la particularité de cette maladie, le moustique qui transmis le virus pique en plein le jour.

Tchad : le gouvernement présente la Stratégie nationale de santé communautaire

Le ministre de la Santé publique et de la prévention Dr Abdelmadjid Abderahim a officié ce 16 août 2023, une séance de présentation de la Stratégie Nationale de Santé Communautaire.

Le document présenté par le directeur de la santé communautaire Youssouf Adoum Abdoulaye a été axé sur le contexte, l’initiative, les textes qui régissent la santé communautaire, l’évolution du processus de la promotion de la santé communautaire et l’objectif général visant à assurer les soins et services aux populations.

La stratégie renferme cinq axes prioritaires, déclinés en actions notamment le renforcement et l’engagement communautaire et le système de suivi évaluation.

Il s’est appesanti aussi sur le bilan en énumérant les grandes réalisations, les forces, les opportunités et l’appui technique des partenaires.

S’agissant des défis, il a listé l’extension de la couverture du pays par les agents de santé communautaire, la redynamisation des structures de dialogue, la mobilisation des ressources et la participation effective de la communauté, primordiale pour la promotion de la santé communautaire.

S’en est suivi un débat, marqué par des propositions et suggestions afin d’améliorer la stratégie nationale de santé communautaire.

Source : ministère de la Santé

Tchad : les médecins réussissent la toute première séparation des siamois

Une équipe composée de 4 chirurgiens, 2 anesthésistes et des techniciens du CHU, ont réalisé ce vendredi 21 juillet 2023, une intervention de séparation de deux jumelles siamoises.

« Il s’agit de la première intervention du genre, réalisée au Tchad », fait savoir le ministère de la Santé publique. L’équipe médicale qui a réalisé cet exploit est composée de, 4 chirurgiens. Notamment, Dr Mahamat Nour Abakar, Dr Olivier Ngaringuem, Dr Bembo Lamega et Dr Djianone Kalki, de deux anesthésistes Dr Adjougoulta Bonté et Dr Gombako Amilcar, des techniciens d’anesthésie, du personnel du bloc opératoire et de l’équipe de pédiatre. Tous en service au CHU de la mère et de l’enfant, apprend-on.

Suite à cette intervention, le ministre de la Santé publique et de la prévention, Dr Abdelmadjid Abderahim s’est déplacé, pour féliciter et encourager l’équipe pour cet : « exploit inédit et l’a invité à la persévérance pour plus de réalisations ».

Tchad : les influenceurs édifiés sur les maladies évitables par la vaccination

C’est une initiative du ministère de la santé publique et de la prévention, le ministère de la communication et l’Unicef, au bénéfice de 40 influenceurs, blogueurs, journalistes et artistes.

Du 06 au 08 juin 2023, une opération de renforcement de capacité est organisée en faveur de 40 influenceurs, blogueurs, Influenceurs, U-reporters et médias en ligne sur la problématique de la vaccination contre la polio et les autres maladies évitables par la vaccination. Ces assises ont pour objet de contribuer à faire vacciner 100% des enfants de 00 à 59 mois lors des campagnes de vaccination contre la polio prévues cette année. Les particpants sont édifiés sur la réalisation de vidéo, la prévention et le tracking des fausses rumeurs.

Il sera aussi question de renforcer les compétences techniques des bénéficiaires afin de produire et de publier 480 éléments notamment des vidéos, images, articles et visuels de sensibilisation à la vaccination contre la polio et les autres maladies évitables par la vaccination.

Le directeur de la coopération du ministère de la communication, Kondol Abanda Dieudonné souligne que cette formation a pour objectif de sensibiliser à travers les réseaux sociaux, mais surtout de tracker des fausses rumeurs sur la vaccination contre la polio et les autres maladies évitables par la vaccination.

La directrice de la vaccination, Dr Mbailamen Demia Antoinette indique pour sa part que, les médias sociaux sont aujourd’hui, un outil incontournable d’informations non négligeable pour la population et surtout qu’ils ont été le canal privilégié pour la propagation de la désinformation relative à la vaccination et il est nécessaire de les impliquer dans la stratégie nationale de lutte contre la désinformation relative à la vaccination.

Tchad : MSF appuie la campagne de vaccination au sein de 15 campements

Le ministère de la Santé a initié avec l’appui de MSF une campagne de renforcement de la vaccination de routine au sein de 15 ferricks (campements) de nomades dans la ville de N’Djamena.

L’objectif est d’augmenter la couverture vaccinale au sein des populations nomades qui sont susceptibles de contenir un nombre important d’enfants ayant reçu zéro dose de vaccins et sous immunisés.

« Selon leurs habitudes de mobilité, ils arrivent en général à Ndjamena autour du mois d’Octobre, à la fin de la saison des pluies et repartent autour du mois de Juillet, après le début de la saison des pluies. Ces contraintes liées à la transhumance compliquent leurs accès aux soins de santé et services sociaux de bases », explique Jean Patrick Ouamba, Coordonnateur Médical de Médecins Sans Frontières au Tchad.

Cette campagne de vaccination de routine qui inclut le vaccin contre le tétanos pour les femmes entre 14 à 49 ans, permettra d’augmenter l’immunité collective et réduira le risque de transmission des maladies évitables par la vaccination telle que la rougeole dans la province N’Djaména.

Les équipes de MSF profitent aussi de cette occasion pour faire la distribution des moustiquaires aux populations nomades afin de lutter contre les piqures de moustiques et le paludisme au sein des campements nomades.

Enfin, la campagne est couplée avec le dépistage de la malnutrition chez les enfants en bas âge et l’orientation vers les centres nutritionnels existants.

En effet, depuis 2018, le Tchad fait face à une recrudescence des cas de rougeole dans son territoire. En réponse à la propagation de cette maladie, MSF a lancé une campagne de vaccination en appui aux autorités sanitaires régionales au mois de Janvier 2023. Au total 955 673 enfants de 06 mois à 14 ans ont été vaccinés contre la rougeole dans 3 Districts de Santé de Ndjamena avec le support de MSF.

Tchad : les cadres du ministère de la Santé inspectent l’hôpital de Gozbeida

La secrétaire d’État à la santé publique et à la prévention, Zenab Moussa Bechir et son équipe a visité l’hôpital provincial de Gozbeida et la pharmacie provinciale d’approvisionnement.

 A la formation sanitaire provinciale, l’équipe a respectivement fait le tour des services de la maternité, la médicine et le pavillon des urgences. Un entretien s’est tenu avec les responsables de chaque service.

La secrétaire d’État à la santé publique a également échangé avec les gardes malades et les mères d’enfants, de l’importance de la consultation prénatale recentrée, la fréquentation des formations sanitaires, la planification familiale et la gratuite de prise en charge de la césarienne.

La pharmacie provinciale d’approvisionnement constitue la deuxième étape de la visite de la délégation ministérielle.

Avec le responsable de pharmacie ils ont discuté du stock des médicaments de sécurité, les produits de la gratuité et ceux qui manque sur les rayons de la pharmacie. « La saison de pluie se pointe à l’horizon et il est intéressant que la pharmacie dispose des molécules essentielles pour faire face aux éventuelles maladies. »

Tchad : lancement de l’initiative d’actions pour la couverture santé universelle

Le ministre de la santé publique et de la prévention Dr Abdelmadjid Abderahim a lancé ce jeudi 09 Mars, l’initiative d’actions collectives de l’équipe leadership pour la couverture santé universelle.

Le représentant de l’organisation Mondiale de la Santé, Dr jean Bosco a salué les efforts du Tchad et a indiqué que son institution est toujours disposée ainsi que tous les partenaires à accompagner le pays pour la réussite du processus dans le but de répondre aux besoins sanitaires des populations.

Le ministre de la santé publique et la prévention Dr Abdelmadjid Abderahim a rappelé que L’événement de ce jour s’inscrit dans la suite logique de la rencontre internationale tenue à Tunis en décembre 2022 sur le renforcement de capacité en méthodes et outils de Leadership, dont l’objectif est d’échanger et de dialoguer pour développer une vision commune et d’identifier les actions pertinentes afin que leur mise en œuvre permettra de lever les goulots d’étranglement et d’accélérer le processus de la CSU au Tchad.

Dr Abdelmadjid Abderahim a ajouté que l’objectif poursuivi par la stratégie nationale de la CSU au Tchad, est d’œuvrer pour faciliter l’accès aux soins au profit des populations qui doivent obtenir des services de santé dont elles ont besoin et qui répondent aux normes de qualité et d’efficacité, sans que le coût de ces services n’expose les usagers à des difficultés financières.

Le ministre de la santé publique et de la prévention Dr Abdelmadjid Abderahim a indiqué aussi que l’atteinte de cet objectif constitue pour le Tchad le moyen pour relever les multiples défis sanitaires auxquels le Pays fait face en vue d’améliorer la santé de la population et lui assurer une meilleure protection sociale.

La CSU constitue en cela une priorité de premier plan, inscrite sur la Feuille de route de la Transition et reprise dans le Programme Politique du Gouvernement Grâce à une volonté politique clairement exprimée au plus haut sommet de l’Etat et à l’engagement de tous les acteurs dans une dynamique intersectorielle a renchéri le ministre.

Il a ensuite souligné que le processus de la CSU enclenché depuis quelques années a engrangé des résultats tangibles entre autres l’adoption des lois et textes et l’installation de l’équipe dirigeante.

Dr Abdelmadjid Abderahim a fait savoir que le chemin vers la CSU est si long et semé d’embuches mais la flamme du leadership pour la CSU doit rester constamment allumée. Ila exhorté l’équipe à l’abnégation et au travail bien fait.

Source : ministère de la Santé

Tchad : les acteurs clés entendent offrir des soins de qualité à travers la télémédecine

Un atelier d’informations sur la Télémédecine a été le 02 mars 2023 et porte sur l’étude du modèle économique dans le cadre du Projet intitulé Améliorer la qualité de soins par la Télémédecine.

Il S’agit en effet d’un projet pilote qui cible trois provinces. Celles du du Lac, de N’Djamena et de la Tandjilé. Il est piloté par le Coordonnateur du Programme national de la santé numérique du ministère de la santé publique Idriss Adam. Ainsi, les travaux lancés portent sur l’étude du modèle économique dans le cadre du Projet intitulé : « Améliorer la qualité de soins par la Télémédecine dans les trois provinces cibles du projet. »

Le PNUD se propose, à travers ce projet de Télésanté qu’il finance, de réduire les inégalités d’accès à des soins de qualité par la formation et apporté un soutien au personnel de santé en modernisant le système de santé grâce au numérique dans la Province de la Tandjilé.

Le secrétaire général du département représentant de Donomanga, dans la Tandjilé, a exhorté les professionnels de la santé du district de l’hôpital Saint Michel à contribuer en vue de la pérennisation des activités de télémédecine dans cette localité mais aussi de faire bon usage des matériels reçus améliorer davantage la qualité de soins au profit de la population.

Tchad : le ministère de la santé bénéficie d’une salle multimédia

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a financé la réhabilitation de la salle multimédia du ministère de la Santé publique. Le centre a été réceptionné le 22 février 2023 par le SG du ministère.

Cette salle multimédia vise à renforcer le système de gestion et de coordination des activités de santé. Son coût est de 168 200 000 FCFA, fait savoir le représentant de l’OMS, Dr Jean Bosco. Ce centre multimédia dit-il est désormais réfectionné puis équipé avec de nouveaux mobiliers, des matériels de sonorisation, des équipements de projection et de visioconférence de dernière génération pour faciliter la connexion du niveau central avec les différentes provinces.

Le représentant de l’OMS indique cette salle multimédia sera le centre de transit dans la gestion et la coordination des activités de santé, notamment les urgences sanitaires et les campagnes nationales.

Le secrétaire général du ministère de la Santé publique et de la prévention Dabsou Guidaoussou note que dans le cadre de la mise œuvre de sa Politique nationale de santé allant de 2016 à 2030 et de son Plan National de Développement Sanitaire quatrième génération, PNDS4, dont l’un des piliers est la gouvernance, le leadership, la coordination et le partenariat du système de santé, le ministère de la santé publique et de la prévention a sollicité un appui financier de l’OMS qui a répondu favorablement à sa requête, pour les travaux de réhabilitation et d’équipement de la salle multimédia.

Il ajoute que cela va contribuer inéluctablement à l’amélioration du cadre de travail au niveau central et pour l’ensemble du personnel de santé y compris les partenaires a ajouté le secrétaire général.

Tchad : formation des acteurs de la société civile pour la vaccination de masse

Le ministère de la Santé publique organise un atelier de formation pour le renforcement de capacité des organisations de la société civile (OSC) dans le cadre de la vaccination de masse.

Cet atelier regroupe 14 OSC qui vont acquérir des techniques relatives à la sensibilisation de masse pour la campagne de vaccination contre la Covid-19.

L’atelier permet aussi aux membres des organisations de la société civile de renforcer leurs capacités techniques en méthodologie d’intervention par rapport aux exigences du projet pour améliorer la couverture vaccinale dans les provinces du bloc 2 afin de mener à bien la prochaine campagne de vaccination contre la Covid-19.

Trois jours permettront à ces OSC de se familiariser avec les stratégies programmatiques et de finances par rapport aux normes de GAVI, de partager les expériences de terrain et de s’approprier des nouvelles stratégies enfin de faire plus de preuve sur le terrain mais aussi d’avoir une bonne couverture vaccinale selon les objectifs de l’alliance GAVI et la vision du gouvernement du Tchad mise en œuvre par le ministère de la Santé publique et de la prévention.

Tchad : le premier ministre tient une réunion de Concertation avec les responsables du ministère de la Santé

Le premier ministre de transition, Saleh Kebzabo a présidé le 9 février, une réunion de concertation et d’échanges avec les responsables du ministère de la Santé Publique.

Cette réunion cadre bien avec les ambitions du gouvernement en perpétuelle quête d’une meilleure gouvernance de son système sanitaire. Car les offres de services actuelles sont loin de satisfaire les attentes des patients qui affluent par milliers dans les structures les hôpitaux et centres de santé. Face aux nombreuses sollicitations des malades, le personnel est débordé et ne parvient pas toujours à réaliser une prise adéquate. Autant de défis structurels et conjoncturels auxquels le gouvernement doit trouver des réponses adaptées. En claire, le ministère de la Santé Publique doit davantage investir dans le capital humain en renforçant leurs capacités de façon continue tout autant que les structures hospitalières sur l’ensemble du territoire. Il s’agit d’œuvrer pour répondre aux exigences ratio-personnel soignant et patients.

La rencontre autour du chef du gouvernement Saleh Kebzabo a consisté à identifier les goulots d’étranglement en vue d’apporter des solutions appropriées dans l’optique d’améliorer la qualité d’offres en soins.

Pour le premier ministre de Transition Saleh Kebzabo la santé Publique occupe une place privilégiée. Il faut engager à cet effet, des actions fortes pour améliorer totalement ce secteur.

Après cette réunion de concertation et d’échanges, il ressort de la présentation faite par le SG du ministère de la Santé Publique axée le thème, « préventions: défis et perspectives pour l’amélioration des indicateurs de santé en période de transition », suivi des discussions. Il en ressort que le Tchad reste l’un des pays confronté à une situation sanitaire marquée par une morbidité et une mortalité très élevées dues aux épidémies, aux maladies transmissibles et non transmissibles. Tout compte fait, le chemin reste encore long pour améliorer les indicateurs de la santé et rendre le système sanitaire de plus en plus performant.

Source : Primature

Tchad : suspension des demandes de création des hôpitaux de district

Le ministre de la Santé publique, Dr Abdelmadjid Abderahim, suspend toutes les demandes de création des centres de santé et hôpitaux de district.

La décision est contenue dans une note circulaire publiée ce lundi 30 janvier 2023. Le ministre en charge de la santé publique annonce la suspension de toutes les demandes de création des centres de santé et des hôpitaux de district jusqu’à nouvel ordre.

Dr Abdelmadjid Abderahim interdit également, la délivrance : « des autorisations provisoires d’ouverture des centres de santé et hôpitaux  de district » par, les autorités locales. Il précise que seul, le ministère de la Santé publique et de la Prévention est habilité à délivrer une autorisation de création des structures sanitaires.

La décision fait suite au non-respect des critères de création des établissements sanitaires publics et privés, la non considération de la projection de la carte sanitaire de 2021 à 2025 ainsi que des autorisations provisoires délivrées par les autorités locales sont observées. « Ces pratiques ont pour conséquence la désorganisation de la pyramide sanitaire et une offre de soins de santé de mauvaise qualité », regrette le ministre de la Santé publique.

Tchad : le ministère de la santé interpelle sur l’utilisation anarchique de cathéter

Pour éviter de contracter des infections mortelles, le ministère de la santé publique et de la prévention déconseille de porter et de se promener avec un cathéter ou aiguille au bras après usage.

De plus en plus, les des gens se promènent dans les rues avec des cathéters communément appelés « aiguilles » au bras après la perfusion ou usage des tous produits (perfusion ou IV). Après avoir constaté ce phénomène qui va crescendo, le ministère de la Santé publique et de la Prévention alerte.

À travers une note du 13 le secrétaire général adjoint du ministère, Dr Mahamat Hamit Hamyl indique que l’utilisation anarchique de cathéter constitue une porte d’entrée directe des microbes dans le sang. « Cette manière de faire provoque une infection grave et mortelle du sang appelée septicémie. » Il demande de l’ôter du bras immédiatement après usage.

« Chère population tchadienne, pour ne pas attraper une infection grave et mortelle, évitons de porter et de se promener avec un cathéter ou aiguille au bras après usage. »

Tchad : inauguration d’une une unité d’urgence et de traumatologie

Une unité d’urgence et de traumatologie, réfectionnée et équipée par le ministère des affaires étrangères de l’Etat d’Israel, au centre hospitalier universitaire la référence nationale a été inaugurée.

L’unité d’urgence et de traumatologie, inaugurée ce 07 décembre 2022 a été réfectionné et inaugurée par l’agence israélienne internationale Mashav pour la coopération et le développement.

Le chef d’équipe technique ayant réalisé le projet, signale une séance de formation du personnel prévue en janvier 2023 pour mieux gérer l’unité de traumatologie et apporté les soins nécessaires aux usagers.

L’ambassadeur d’Israel au Tchad avec résidence à Dakar au Sénégal Ben Bourgel a indiqué que cette unité permettra renforcer la dynamique du personnel de l’hôpital dans la prise en charge des populations. Il a rappelé ensuite l’importance de la convention signée entre l’agence Mashav et le ministère de la santé publique et de la prévention qui a facilité la réalisation de ce projet.

Le ministre de la santé publique et de la prévention Dr Abdelmadjid Abderahim fait remarquer que ce service réhabilité et équipé répond à un besoin réel et les 16764 cas d’urgences notifiés en 2021 expliquent bien l’importance de cette unité dans la prise en charge des éventuelles situations d’urgences et des cas de traumatologie enregistrés au quotidien dans cette formation sanitaire.

Tchad : lancement de la caravane chirurgicale pluridisciplinaire

La Secrétaire d’État à la santé publique et à la prévention Zenab Bechir Moussa a lancé le 28 novembre 2022, à l’hôpital de l’Amitié Tchad Chine, la caravane chirurgicale pluridisciplinaire.

La caravane est menée conjointement par l’équipe médicale de l’Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane Wamy en provenance du Royaume d’Arabie Saoudite, des techniciens dudit hôpital et la Fondation Grand -Cœur.

La Directrice générale Adjointe de l’hôpital de l’amitié Tchad Chine, Dr Khadîdja Ismael s’est réjoui du choix porté sur sa formation sanitaire pour abriter les activités de cette caravane. Cette opération est très bénéfique pour la population de N’Djamena qui souffre des diverses maladies a-t-elle ajouté.

Le premier secrétaire de l’Ambassade de l’Arabie Saoudite au Tchad Basil Alrayes a rappelé l’importance de cette opération dans la consolidation des relations amicales et fraternelles entre son pays et le Tchad. Il a ensuite fait remarquer que son pays continuera toujours à soutenir les efforts des autorités tchadiennes tendant à créer les conditions nécessaires pour améliorer l’état de santé des populations.

La secrétaire générale de la fondation grand cœur Mme Habiba Sahoulba a indiqué que cette caravane est porteuse d’espoir pour les citoyens. Mme Habiba Sahoulba a déclaré que la fondation grand cœur depuis sa création met au centre de ces activités la question de la santé des couches vulnérables. Elle a exprimé toute sa gratitude à l’équipe médicale saoudienne pour son élan de solidarité en faveur des tchadiens.

La Secrétaire d’état à la santé publique et à la prévention Zenab Bechir Moussa a précisé que la caravane multidisciplinaire qui vient d’être lancée est destinée aux personnes vulnérables et vient renforcer les efforts du gouvernement sous l’égide du président de Transition Mahamat Idriss Deby Itno qui a mis un accent particulier sur la question de l’accès aux soins de qualité à la population tchadienne.

Elle a salué la bonne collaboration qui existe entre la fondation grand cœur et le centre médical de l’assemblée mondiale de la jeunesse musulmane (Wamy) qui a permis d’organiser cette caravane médicale. Zenab Bechir Moussa a appelé tous ses concitoyens à venir massivement à l’hôpital de l’amitié Tchad chine pour profiter des soins gratuits offerts au cours de cette caravane.

Cette caravane concerne notamment la chirurgie générale, pédiatrique, obstétrique, l’orthopédique et la prise en charge du goitre.

Après avoir lancé officiellement les activités, la secrétaire d’état à la santé publique et à la prévention accompagnée de la Secrétaire Générale de la fondation grand cœur et du premier secrétaire à l’ambassade d’Arabie Saoudite ont visité les salles et le bloc apprêtés pour la consultation et la prise en charge des malades.

Tchad : remise de diplômes à 18 médecins de la faculté de médecine du CHU

Ils étaient au total 18 jeunes médecins de la 4ème promotion de la faculté de médecine du CHU Le bon Samaritain à recevoir leurs parchemins après sept (7) ans de formation

Le secrétaire général adjoint du ministère de la Santé publique et de la prévention Dr Mahamat Hamit Ahmat a noté que ce moment couronne tout le temps que les lauréats ont passé dans leurs études. « Le Tchad a besoin des médecins bien formés, disponibles et aptes à répondre aux besoins des patients. », ajoute-t-il.

Au nom du ministre de la santé, il a exhorté les nouveaux médecins à se mettre au travail pour l’intérêt général et pour sauver des vies humaines. Il a remercié les responsables pédagogiques et tout le staff de centre hospitalier universitaire Le Bon Samaritain pour leur engagement et leur collaboration durant tout le long de ce cursus.

Le secrétaire général de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation Reounodji Frédéric a souligné pour sa part que la faculté de médecine du Bon Samaritain forme depuis plus de 15 ans les professionnels de la santé qui sont au service de l’État. Il a rassuré l’équipe dirigeante de cette faculté que son département continuera à les accompagner dans le processus de formation du personnel de la santé.

Créée en 2004, la faculté de médecine du centre hospitalier universitaire Le Bon Samaritain a eu à former une centaine de jeunes médecins qui exercent aujourd’hui dans les différentes formations sanitaires du pays.

Tchad : le ministre de la Santé s’imprègne de l’installation des scanners dans les hôpitaux

Le ministre en charge de la Santé demande aux acteurs directement impliqués de livrer les travaux dans les délais.

Dans le cadre du suivi des activités de l’installation des scanners dans quelques formations sanitaires par l’entreprise Wadikondi, le chef du département de la santé publique et de la prévention a dirigé ce matin une rencontre pour s’imprégner de l’évolution des travaux.

Selon les responsables en charge de cette entreprise, les travaux de finition des salles de l’hôpital de Moundou, Abeché et Amdjarasse évoluent bien. Les matériels sont disponibles. Les scanners seront livrés le 12 novembre 2022.

Le ministre Abdelmadjid Abderahim a salué le bon début d’exécution des travaux. Il a demandé à l’entreprise le respect du délai d’exécution. Il a mis l’accent sur le travail bien se l’on la règle de l’art. Une mission d’inspection sera déployée a Amdjarass pour évaluer le niveau de travail.

Les responsables de l’entreprise wadikondi ont rassuré les autorités sanitaires de leur engagement afin de respecter le délai d’exécution de travaux.

Tchad : Restitution et adoption du rapport d’évaluation du PNDS 3

Le ministère de la Santé Publique organise un atelier de restitution et d’adoption du rapport d’évaluation du Plan National de Développement troisième génération (PNDS 3).

Cet atelier qui réunit des cadres du ministère en charge de la santé et d’autres parties prenantes a pour objectif : présenter une synthèse du rapport, relire le rapport en travaux de groupe, intégrer toutes les observations afin d’améliorer le rapport, valider en plénière les différentes parties du rapport d’évaluation du PNDS 3 et adopter le rapport de l’évaluation du PNDS 3.

Le représentant de l’OMS Dr Eyong John dans son intervention a loué les efforts du ministère de la santé pour la mise en œuvre de ce plan malgré les difficultés rencontrées depuis le début du processus. Dr Eyong John a affirmé la disponibilité de son organisation à accompagner l’Etat tchadien à travers le ministère de la santé publique dans sa lutte pour la santé de la population.

Le secrétaire général du ministère de la santé publique et de la solidarité nationale Dr Ismael Barh Bachar a exprimé sa satisfaction au comité qui a fait le travail malgré les difficultés liées au Covid-19 et tenu à finaliser ce document très important. Dr Ismael Barh Bachar a demandé une franche participation pendant les travaux pour permettre de lancer un nouveau PNDS, que les difficultés du plan passé permettent de relever les défis et atteindre les objectifs des ODD. Le secrétaire général a dit qu’à partir de cet atelier, les attentes sont grandes pour sortir un document bien affiné dans la mise en œuvre.

Tchad : le ministre de la Santé a reçu le syndicat des affaires sociales et de la santé

Le ministre de la santé publique et de la solidarité nationale Dr Abdel-madjid Abderahim a reçu ce jeudi 13 avril, le bureau du syndicat national des travailleurs, des affaires sociales et de la santé du Tchad, SYNTASST, conduit par son président Younous Mahadjir.

La rencontre s’est focalisée sur une gamme des doléances formulées par le SYNTASST.

Dans ce chapelet des doléances on peut retenir celles liées aux meilleures conditions de travail, le respect des principes de gestion des ressources humaines, des structures de santé, l’implication des organisations des professionnels de la santé dans les organes de prise des décisions selon leur représentativité.

Les discussions ont aussi touché les avantages, primes et autres indemnités accordées aux agents.

Le Secrétaire General du ministère Dr Ismael Barh Bachar a apporté quelques éclaircissements par rapport à certains points évoqués et rassuré qu’ils ont reçu des instructions claires de la part du chef de département pour garder le contact avec les organisations des professionnels de la santé en vue de collaborer dans l’intérêt des usagers de services de santé.

L’Inspecteur General Welba Raiwé Kolandi et autres responsables présents ont intervenu sur des sujets relatifs au respect des normes qui définissent la profession, la formation des cadres et la gestion de carrière.

La qualité des soins, l’harmonisation des tarifs dans toutes les structures de santé publique, la responsabilité et la concertation dans la prise des mesures de corrections, la situation des contractuels et autres diplômés en instance d’intégration ont également été abordé amplement au cours de cette rencontre.

Le ministre de la santé publique et de la solidarité nationale a signifié que les organisations des professionnels de la santé sont des partenaires de proximité. Les problèmes posés sont légitimes et auront des réponses appropriées a précisé Dr Abdel-madjid Abderahim.

Il a instruit les techniciens à murir la réflexion pour répondre aux préoccupations exprimées mais aussi de trouver des alternatives adaptées pour consolider la collaboration et renforcer les actions afin de redynamiser le système de santé au profit des populations.

Dr Abdel-madjid Abderahim a invité les cadres du ministère et les responsables du Syntasst à la franchise et à la responsabilité pour mieux servir les communautés.

Source : ministère de la Santé