Tchad : le ministre de la Jeunesse va réconforter les étudiants de l’INJS

A l’occasion de sa visite le mercredi 7 juillet 2021 à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS), le Ministre en charge de la Jeunesse et des Sports, Routouang Mohamed Ndonga Christian a essayé d’apaiser les étudiants.

 

Il a fait une communication  relative à l’environnement social qui règne dans cet établissement. « L’administration et les enseignants de l’INJS devront tout mettre en œuvre pour que vous receviez une formation de qualité afin que vous ayez non seulement les compétences que requière votre profession, mais aussi et surtout que vous soyez des véritables acteurs de paix et du vivre ensemble » a laissé entendre le ministre. Il invite les apprenants à une prise de conscience pour se préparer aux contraintes du monde professionnel. Ce qui implique : « un comportement civique, responsable, et d’être respectueux de la hiérarchie, des règles et des principes qui régissent la société ».

« Ce qui fera de vous des futurs cadres revêtus d’une citoyenneté responsable et pleinement accomplis. A cet effet, vous devrez faire montre d’une discipline sans faille. Soyez donc dévoués afin de relever véritablement les défis qui se posent au développement de notre pays. Consacrez-vous exclusivement à vos études car c’est ce que vous avez mieux à faire », conseille-t-il

Le Ministre Routouang Mohamed Ndonga Christian leur a rappelé a également rappelé aux fonctionnaires-élèves de l’INJS : « qu’ils ont un statut très particulier, celui de fonctionnaire en situation de stage. Leur comportement doit être plus qu’exemplaire, car toute perturbation de leur part doit amener leur établissement à les mettre simplement à la disposition de la Direction générale du ministère

Tchad : Mahamat Idriss Deby est allé rendre hommage au sultan du Sila

Le Président du Conseil Militaire de Transition, Mahamat Idriss Deby, s’est rendu le 07 juillet 2021 au domicile de feu Séid Brahim Moustapha, Sultan du Sila, pour présenter ses condoléances à la famille éplorée.

 

La nouvelle est tombée tel un couperet le dimanche 04 juillet 2021. Le Sultan du Sila n’est plus ! La tristesse a très vite gagné les populations de Sila et la famille biologique. Une peine partagée en par le nouvel homme fort du pays, le président du Conseil Militaire de Transition, le général Mahamat Idriss Deby. Une fatiha a été dite pour le repos éternel de l’âme du regretté. Le PCM a par la suite, prononcé quelques mots de compassions à l’endroit des membres de la  famille, notamment le fils du regretté Moustapha Séid Ibrahim qui a accompagné son père lors de son évacuation sanitaire en Egypte suite à un malaise.

« Personne ne s’y attendait à cette nouvelle brusque », commente Abdelkérim Ahmadaye Bakhit, oncle du Sultan. « En lui, les populations perdent un monument, une figure respectée qui incarne les valeurs de cette chefferie traditionnelle. », a-t-il poursuivi Acheminé hier, le corps du défunt sera transporté vendredi à Goz-Béida par un avion mis à la disposition de la famille par Mahamat Idriss Deby. C’est dans le chef-lieu de Sila que le Sultan sera accompagné dans sa dernière demeure.

Tchad : deux hommes ont été kidnappés dans le Mayo Kebbi Ouest

Dans la nuit du mardi 06  au mercredi 07 juillet 2021, deux chefs de familles ont été enlevés dans le canton Lamé, province du Mayo Kebbi Ouest

 

Le phénomène d’enlèvement contre rançon refait surface dans la province du Mayo Kebbi Ouest. Les nommés Douzane Erathus, 64 ans, et Signabe Padeuh 53 ans ont été kidnappés, tous deux, mariés et pères d’enfants. . D’après les riverains, les ravisseurs se sont dirigés vers le Cameroun. Ils sont pourchassés dans leur cours pour les éléments de force de l’ordre.

Les mêmes sources font savoir qu’au départ ce sont 4 personnes qui ont été arrêtés. Parmi lesquelles deux jeunes, ces derniers ont été libérés quelques temps après avoir négocié. Toutefois, les termes de la négociation ne sont pas encore connus. Les faits se déroulent aux alentours de 2 heures du matin.

Les deux autres otages ont été enchainés avant d’être tirés vers la frontière, apprend-on. Les greniers des personnes enlevés seraient fournis en grande quantité de maïs. Les habitants de Lamé pensent que les ravisseurs détenaient assez d’informations sur les victimes.

Malgré les multiples slogans du gouvernement tchadien sur le rétablissement de la sécurité dans tout le pays, certaines localités font les frais de grandes menaces, tueries, enlèvements contre rançons, viols et menaces de mort entre autres.

Tchad : la grève des enseignants de l’INJS prolongé

La grève des enseignants de l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), prévue du 02 au 05 juillet 2021, a été prorogée d’une semaine 

 

C’est au terme de l’Assemblée générale du 06 juillet 2021 que les enseignants de l’INJS ont décidé de proroger la grève. Ils déplorent le silence de l’administration de l’établissement face à leurs revendications. C’est alors que dans un communiqué de presse, le secrétaire général de la sous-section syndicale de l’INJS, Nekwaimbaye Mbaindoul fait savoir que la grève se poursuit.

Ces enseignants revendiquent entre autres, le paiement des frais de soutenance de mémoire, de supervision de stage, des examens de fin de formation de l’année 2020-2021. Le communiqué précise que c’est « unanimement » que ces formateurs ont décidé de la reconduction du mot d’ordre de grève. Ceci, après avoir constaté le silence de l’administration dans la résolution des points de revendication.

Le secrétaire général de la sous-section syndicale de l’INJS, Nekwaimbaye Mbaindoul fait savoir que, toutefois, ils sont ouverts au dialogue.

 

 

Tchad : l’ADETIC signe deux conventions de partenariat

L’Agence de développement des technologies de l’information et de la communication (ADETIC) a signé le 05 juillet 2021, deux conventions de partenariat avec Internet Society et House of Africa.

 

Dans le cadre de sa mission de promotion des TIC au Tchad. L’Agence de Développement des Technologies de l’Information et de la Communication a signé deux conventions de partenariat avec l’organisation panafricaine HOUSE OF AFRICA représenté par son Président Abdeldjalil Bachar Bong accompagné du Responsable Agenda 2063 de HOUSE OF AFRICA M. Moustapha Abakar. Le Directeur Général de l’ADETIC était entouré d’une équipe restreinte en raison du Covid19, composée de la Directrice des Études et de la Planification Mme Widad Aboubacar Hisseine, du Chargé de Communication M. Mahamat Moussa Adoum et M.Hamdane Hamoda Ingenieur Télécoms à la Direction Générale.

Le second partenariat lie l’ADETIC au Chapitre Tchadien de l’Internet Society (ISOC-Chad) représenté par son Président Tidjani Mahamat Adoum.

Ces conventions permettront aux différentes parties de collaborer ensemble afin de contribuer au développement de l’économie numérique au Tchad. Ces conventions permettront aussi de renforcer les capacités des tchadiens en matière de la Gouvernance de l’internet et d’encourager la participation tchadienne à l’écosystème mondial de l’Internet; ainsi que contribuer aux atteintes de la vision, mission de de l’ADETIC dont les objectifs sont aussi la construction des réseaux communautaires et favoriser les infrastructures et les communautés techniques.

Tchad : certains prisonniers seront amnistiés pour apporter leurs pierres au dialogue national

Le président du Conseil militaire de transition (CMT), Mahamat Idriss Deby a instruit le ministre de la Justice, d’élaborer des textes visant à amnistier des tchadiens visés par la justice, afin qu’ils puissent prendre part au dialogue national inclusif et en vue d’une réconciliation nationale.

 

« Pour que tous les tchadiens qui ont été condamnés pour une raison ou une autre puissent venir participer à ce débat national pour la réconciliation, pour la paix, pour l’avenir de nos enfants (…) moi, en tant que ministre de la Justice, garde des sceaux, j’ai été instruit par le président du Conseil militaire de transition de préparer les textes nécessaires pour amnistier, gracier toutes les personnes qui ont été condamnées », a déclaré dimanche Mahamat Ahmad Alhabo, ministre de la Justice, dans un entretien à la Télévision nationale.

« Ce dossier, je l’ai en main, je l’ai préparé, je l’ai transmis au secrétariat général du gouvernement. Certains textes doivent être présentés en conseil des ministres, d’autres relèvent du pouvoir régalien du président de la République qui signe seul et qui amnistie les gens », a ajouté le ministre de la Justice.


Mahamat Ahmad Alhabo a insisté sur la nécessité que tous les tchadiens se retrouvent, de la même manière qu’en 1993 lors de la Conférence nationale souveraine, pour « poser les vrais problèmes » et « chercher les bonnes solutions ». Selon le ministre, « il y a des tchadiens qui sont en guerre, armés et qui veulent en découdre. Le président de la République d’un pays a été tué. C’est quelque chose d’inédit. je n’ai jamais entendu dans l’histoire qu’un président de la République a été tué par des rebelles. C’est grave ça ».

« Il est temps que les tchadiens se civilisent »

« Depuis la mort du président Deby, nous sommes dans une phase de transition. Un des objectifs majeurs c’est l’organisation d’un dialogue national inclusif qui doit réunir tous les protagonistes tchadiens. Je pense, de mon point de vue, qu’il est temps que les tchadiens se civilisent un peu comme les autres peuples, qu’ils règlent leurs problèmes en s’asseyant autour d’une table et en discutant. Ce n’est pas parce que tu n’est pas d’accord que tu prend une arme et tu vas faire la rébellion », a estimé Mahamat Ahmad Alhabo.

Il a relevé que le Tchad fait partie des pays au monde où il n’y a jamais eu une passation démocratique entre un président sortant et entrant, élu démocratiquement. « On a 60 ans d’indépendance mais on n’est pas arrivé une seule fois. Celui-là a été chassé, celui-là tué, et ainsi de suite ».

Et d’ajouter : « on va faire le design nécessaire pour un Tchad civilisé, apaisé, paisible dans lequel on va consacrer toutes nos forces pour lutter contre un ennemi beaucoup plus important, mortel, c’est la pauvreté. C’est le vrai ennemi des tchadiens. La pauvreté, la misère. Aujourd’hui, il y a des tchadiens qui ne mangent pas plus d’une fois. Peut-être par jour un repas ».

Tchad : un camion renverse deux jeunes motocyclistes à Amsinéné

Les faits se sont déroulés dans la soirée du lundi 05 juillet 2021. Un camion à benne a bousculé sur son chemin, deux jeunes motocyclistes, l’une des victimes a perdu la vie et l’autre admis dans un centre hospitalier

 

L’information a été publiée par N’Djamena Actu. D’après le journal, l’incident a eu lieu sur l’axe de la Brasserie, non loin de l’ancienne maison d’Arrêt d’Amssinéne, dans le 1er arrondissement de la ville de N’Djamena. Les témoins rapportent que : « le camion, roulant à vives allures, a, presque, « roulé » sur les deux motocyclistes, avant de finir sa course, 50 mètres, plus loin, sur le bas-côté » 

D’après la même source : « le conducteur de la motocyclette, âgé d’une quarantaine d’année, rend l’âme quelques minutes après le choc. Son compagnon se retrouve avec une fracture au bras. Le blessé est conduit d’urgence par les policiers, déployés en grand nombres, à l’hôpital pour les soins », la dépouille a été déposée à la morgue et le camion conduit au commissariat de police du 1er arrondissement.


« Il semble que les deux compagnons travaillant, dans une même quincaillerie, au centre-ville, rentrent à la maison, après une journée bien remplie au boulot. L’accident qui s’est produit à l’heure de pointe du soir a, également, causé un embouteillage monstrueux. Il a fallu, à beaucoup d’usagers de ce tronçon, près d’une demi-heure pour dépasser le lieu de l’accident », poursuit N’Djamena actu

Un réparateur se trouvant aux alentours du lieu de l’accident, explique que ces derniers temps, il ne se passe pas une journée sans que l’on enregistre un cas d’accident sur cet axe. « Surtout, avec le début de la saison de pluies, les camions à bennes et autres gros porteurs privilégient, plus cette route principale, menant vers la partie septentrionale du pays, au détriment des rues secondaires, devenues, déjà, inutilisables », explique-t-il.

Le réparateur présume que l’excès de vitesse serait la principale cause d’accidents sur cette route. «Heureusement que le camion à benne a fini sa course sur le bas-côté. S’il continue sur la bitume le nombre des victimes plus élevé à cause de la densité de la circulation à cette heure-ci», déclare-t-il.

Tchad : les lauréats de la première cuvée de l’ENASTIC de Sarh reçoivent leurs parchemins

Ils sont 38 lauréats, dont 21 en filière informatique et 17 en filière télécom à recevoir les diplômes de fin de formation ce mardi 06 juillet 2021 à l’ENASTIC de Sarh, province du Moyen Chari

 

Fin de formation pour les apprenants de la 1ère promotion du cycle de Diplômes de Techniciens Supérieurs (DTS), de l’Ecole Nationale Supérieure des Technologies de l’Information et de la Communication (ENASTIC).

La ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Mme Lydie Béassoumda, a présidé ce jour, la cérémonie de remise de parchemins aux lauréats de la 1ère promotion du cycle de Diplômes de Techniciens Supérieurs (DTS) de l’ENASTIC. Le membre du gouvernement réitère, l’importance de l’apprentissage dans le domaine des technologies de l’information et de la communication. Cette cause est selon elle : « l’une des voies les plus crédibles », pour réaliser de grands défis liés au développement, à la consolidation de la paix, au renforcement et à la valorisation de nos diversités culturelles.

Le directeur général de l’ENASTIC, Dr Haggar Bachar Salim a, tenu à préciser aux lauréats que : « le DTS en informatique et en Télécom qu’ils viennent d’achever, visent à former des spécialistes en développement des applications informatiques et des spécialistes en télécommunication ».

Egalement présent sur les lieux, le ministre des Postes et de l’Economie numérique, Dr Idriss Saleh Bachar, a laissé entendre que l’ENASTIC : « depuis sa création, ne cesse de prendre ses marques ». Il estime que, cette évolution traduit à suffisance le progrès réalisé pour l’encadrement et la formation des futurs cadres du pays.

La France annonce une nouvelle aide budgétaire au Tchad

Le président du Conseil militaire de transition est en France depuis le 04 juillet. Après des échanges avec le président français, Emmanuel Macron, la promesse d’une nouvelle aide financière a été faite

Dans le cadre de la préparation du prochain sommet du G5 Sahel, Mahamat Idriss Deby a effectué une première visite officielle de travail en France. Il s’est respectivement entretenu avec le président français, Emmanuel Macron et avec le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, M. Jean-Yves LE DRIAN et une délégation du groupe français SOGEA-SATOM.

Dans un communiqué conjoint des deux présidents, le dirigeant français a : réitéré son soutien à la transition » au Tchad et promet à échéance rapprochée, une nouvelle aide budgétaire ». La communication a été faite par l’Elysée après des échanges sur les défis posés par le contexte sécuritaire dans la région du Sahel et par les difficultés économiques provoquées par la pandémie de la COVID-19. Paris et N’Djamena ont évoqué la nécessité de tout mettre en œuvre pour atteindre les objectifs d’une transition inclusive, apaisée et réussie, conformément aux dispositions adoptées par l’Union africaine. C’est alors qu’Emmanuel Macron a exprimé son attachement à l’intégrité territoriale du Tchad et sa présence aux côtés du peuple tchadien. Mahamat Idriss Deby quant à lui a, salué les efforts financiers que la France a consentis au bénéfice du Tchad.

Les deux dirigeants ont également parlé de l’urgence de doter la force du G5 Sahel d’un financement pérenne et réaffirment leur soutien à la demande des pays du G5 Sahel de passage de cette force sous chapitre VII de la Charte des Nations unies pour lui permettre d’avoir des financements pérennes.

Tchad : l’ancien ministre des Finances Idriss Ahmed Idriss est le nouveau directeur national de la BEAC

A l’issue de la session ordinaire  du Conseil d’administration de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale du  1er juillet 2021, Idriss Ahmed Idriss a été présenté au poste de directeur national de la BEAC pour le Tchad

La proposition a été validée et rendue officielle le 05 juillet 2021. Le nouveau patron de la BEAC au Tchad, Idriss Ahmed Idriss remplace à ces fonctions, Annour Mahamat Hassan relevé de ses fonctions en mai dernier. Le président du Conseil d’administration de la BEAC, le camerounais, Alamine Ousmane Mey explique que cette nomination est faite : « en application de l’article 55 alinéa 1er des Statuts de la BEAC ». Le Conseil d’Administration s’est appuyé sur l’accord qui en a  résulté sur l’agrément d’un nouveau Directeur national de la BEAC pour le Tchad.

La candidature de l’ancien ministre tchadien des Finances, Idriss Ahmed Idriss a été présentée aux autorités tchadiennes par le Conseil d’administration de la BEAC. L’accord a été donné et rendu public le 05 juillet 2021.

Tchad : la gestion de la transition inquiète les évêques de l’église catholique

A l’issue du Conseil permanent de la Conférence Episcopale du Tchad (CPCET) qui s’est déroulée du 28 au 30 juin 2021, les évêques de l’église catholique romaine ont laissé entendre que la gestion de la transition inquiète

 

Dans une communication faite le 3 juillet 2021, le Secrétaire général, par ailleurs porte-parole de la Conférence Episcopale du Tchad,  Abbé Xavier Kouldjim Omer fait savoir que : « Il existe de nombreuses difficultés et bien des obstacles qui risquent de compromettre la réalisation effective de cette transition annoncée en tenant compte des vœux exprimés par la majorité des citoyens ». Il fait allusion à l’accompagnement du processus de la transition au Tchad par des partenaires, la mise en place du comité ad hoc chargé de désigner les membres du futur Conseil national de transition (CNT) et enfin la gestion du pays par le Conseil militaire de transition entre autre.

Ainsi, les évêques invitent les autorités en charge de la transition à tirer toutes les leçons des échecs des fora de 2018 et 2020 et regrette que le comité ad hoc chargé de désigner les membres du futur Conseil national de transition ne semble pas représentatif de toutes les sensibilités du peuple tchadien et est déjà la cible de nombreuses critiques dans sa forme inédite.

Les évêques estiment que la mise en place du CNT ne peut se faire qu’après un dialogue national, sincère et inclusif. Ils pensent également que la mise en place dudit comité est inopportune à cette phase et ne fait qu’augmenter les suspicions. L’urgence de l’heure est de laisser les mains libres au ministère chargé du dialogue de la réconciliation et de lui donner tous les moyens pour organiser ce dialogue national, inclusif et de réconciliation en vue de la mise sur pied d’un CNT conséquent et consensuel.
« La révision de la charte par le CNRT sera un gage de la bonne volonté du CMT et une réponse positive à l’espérance du peuple tchadien dans son aspiration à une vie nouvelle. » Les prises de position de soutien au CMT par certains partis politiques ou associations comme si le “CMT et le gouvernement actuel étaient appelés à durer au-delà des délais déclarés”. La révision de la charte par le CNT sera un gage de la bonne volonté du CMT et une réponse positive à l’espérance du peuple tchadien dans son aspiration à une vie nouvelle, souligne le SG dans son intervention.

“Toujours soucieuse de voir tous les Tchadiens vivre dans la quiétude et le bien-être, respectueux des valeurs républicaines”, l’Eglise catholique exprime sa disponibilité à apporter sa contribution dans les différentes phases de cette transition pour servir la cause de l’unité, de la justice et de la paix.

 

Covid-19 : le Tchad révise les conditions d’arrivée et sortie par voie aérienne

Le gouvernement tchadien a pris de nouvelles résolutions le 02 juillet 2021 pour faire face à la pandémie à coronavirus. Le protocole sanitaire dans les aéroports a été revu et modifié

 

La Coordination national de riposte sanitaire explique que cette révision des conditions fait suite à l’introduction des vaccins anti-Covid-19 dans plusieurs pays du monde dont le Tchad, et de l’existence d’un nouvel outil de diagnostic rapide

Pour compter du 5 juillet 2021 : « tout passager se rendant au Tchad doit se munir d’un certificat de Test PCR COVID-19 NEGATIF datant de moins de 72 heures à la date d’entrée ».

Les passagers vaccinés au Tchad et détenteurs d’un carnet de vaccination délivré par les autorités sanitaires tchadiennes sont exemptés de test PCR à l’arrivée. En plus du contrôle systématique de température, tout passager à l’arrivée au Tchad par un vol international sera soumis à un test antigénique (ou RT-PCR), « payant, au prix de 20.000 FCFA (40 US$ ou 30 EUROS), à l’aéroport avant d’entrer en ville »

Chaque passager arrivant au Tchad et y séjournant plus de 7 jours est tenu d’effectuer un test PCR Covid-19 au 7ème jour de son arrivée.

Pour les passagers au départ, selon les pays de destination et les conditions des compagnies aériennes, ils doivent présenter,  un certificat de test PCR Covid-19 négatif à l’enregistrement ; et/ou un carnet de vaccination Covid-19 valide.

« Les passagers détenteurs de carnets de vaccination délivrés par les autorités sanitaires tchadiennes peuvent être exemptés de test PCR au départ, sauf si le pays de destination exige un test PCR à l’entrée. »

Il est important pour les passagers au départ de se renseigner auprès des compagnies aériennes ou de la représentation diplomatique du pays de destination ou de transit pour se : « conformer à la réglementation locale en vigueur et des conditions à respecter. »
« Les enfants de moins de 12 ans ne sont pas assujettis à ces mesures ni au départ ni à l’arrivée », précise les autoritaires sanitaires du Tchad.

Tchad : les diplômés sans emplois ont l’intention d’organiser les troubles pour se faire entendre

Alors que leur grève de la fin 3 jours, arrive à terme ce vendredi 02 juillet 2021, les diplômés sans-emplois entendent changer de stratégies pour interpeller les autorités sur leur sort

Par une communication faite ce jour, le porte-parole des lauréats d’écoles professionnelles en instance d’intégration à la fonction publique, condamne le « silence complice et criminel » du gouvernement. Neuzilka Emmanuel donne 48 heures au gouvernement pour « faire signer et publier l’arrêté d’intégration afin d’éviter la situation désastreuse et calamiteuse qui s’abattra sur le pays »

Le porte-parole de la plateforme fait savoir qu’étant donné que les rencontres avec le gouvernement n’a pas permis de trouver une solution à leur situation, les prochaines actions sont les suivantes. Du 8 au 9 juillet 2021, opération sit-in à la bourse de travail; le 10 juillet 2021, opération, Brûle diplômes même lieu ; et la perturbation de la tenue des examens de fin d’année sur toute l’étendue du territoire national.

« Depuis plus de six ans, nous avons toujours utilisé les moyens pacifiques pour revendiquer nos droits. Nous avons en face de nous des sanguinaires, des inhumains qui n’entendent plus le bruit des personnes en détresse », clame Neuzilka Emmanuel, le porte-parole de la plateforme des lauréats d’écoles professionnelles en instance d’intégration.

Tchad : voici les missions du Comité d’organisation du Dialogue national inclusif

Le Comité d’organisation du Dialogue national inclusif (CODNI)  a été créé le 02 juillet 2021. Il sera assisté d’un Comité technique, un organe opérationnel chargé d’élaborer les documents préparatoires consensuels dudit dialogue

 

Dans un premier temps, le CODNI se chargera de, prendre attache avec toutes les forces vives de la Nation de l’intérieur et de l’extérieur et recueillir leurs attentes ; préparer dans un esprit de consensus taus les documents à  soumettre l’appréciation des participants au Dialogue National Inclusif Définir le format du Dialogue National Inclusif, établir l’agenda et la liste consensuelle des participants à ces assises ; élaborer valider et mettre en exécution les termes de référence de l’organisation de cette rencontre et prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la participation effective de toutes les personnalités conviées ; délibérer sur toute autre question relative au Dialogue National Inclusif et organiser les assises du Dialogue National Inclusif dans des conditions et sécuritaires matérielles appropriées.

Ensuite le Comité technique entrera dans le jeu pour

  • Faire une étude diagnostique des initiatives antérieures assortie d’une étude prospective des initiatives et de toutes pratiques en matière de conduite d’une transition politique du dialogue et de construction d’un dialogue social durable ;
  • Consulter toutes les forces vives de la Nation de l’intérieur et de l’extérieur et recueillir leurs propositions et attentes ;
  • Préparer les documents synthèses et proposer les scenarii possibles afin de les soumettre à la validation du Comité national ;
  • Préparer l’organisation pratique, le format du Dialogue National inclusif ;
  • Définir les profils des participants et établir la liste consensuelle des participants ; proposer l’agenda du dialogue national inclusif ainsi que tous les documents y afférents ;
  • Définir les modalités et conditions de participation au dialogue national inclusif ;
  • Faire un rapport régulier sur l’avancement des travaux.

Le Comité d’organisation et son Comité Technique peuvent faire appel à toute personne susceptible de les aider dans l’accomplissent de leurs missions.

Le bureau sera composé d’un:

  • Un 1er Vice-Président:
  • Un 2ème Vice-Président:
  • Un 3ème Vice-Président:
  • Un 4ème Vice-Président:
  • Un Rapporteur Général
  • Un Rapporteur Général 1er Adjoint:
  • Un Rapporteur Général 2ème Adjoint:
  • Un Rapporteur Général 3ème Adjoint

 

Tchad : création du Comité d’organisation du Dialogue national inclusif

Par DECRET N°104 JPCMT/PMT/2021 du 02 juillet 2021, le président du Conseil militaire de transition a créé un Comité d’Organisation du Dialogue National Inclusif (CODNI). Le comité est placé sous l’autorité directe du 1er ministre

 

Le CODNI a pour mission de :

  • Prendre attache avec toutes les forces vives de la Nation de l’intérieur et de l’extérieur et recueillir leurs attentes
  • Préparer dans un esprit de consensus taus les documents à soumettre l’appréciation des participants au Dialogue National Inclusif Définir le format du Dialogue National Inclusif :
  • Etablir l’agenda et la liste consensuelle des participants à ces assises
  • valider et mettre en exécution les termes de référence de l’organisation de cette rencontre et prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la participation effective de toutes les personnalités conviées:
  • Délibérer sur toute autre question relative au Dialogue National Inclusif;
  • Organiser les assises du Dialogue National Inclusif dans des conditions et sécuritaires matérielles appropriées.

Le Comité d’organisation du Dialogue national inclusif est présidé par le ministre en charge de la réconciliation nationale et du dialogue et comprend un bureau composé d’un :

  • Un 1er Vice-Président:
  • Un 2ème Vice-Président:
  • Un 3ème Vice-Président:
  • Un 4ème Vice-Président:
  • Un Rapporteur Général
  • Un Rapporteur Général 1er Adjoint:
  • Un Rapporteur Général 2ème Adjoint:
  • Un Rapporteur Général 3ème Adjoint:

Le comité d’organisation est assisté dans l’accompagnement de sa mission d’un comité technique. Il dispose d’un délai de 90 jours pour déposer son rapport au Premier ministre, lequel procède à la convocation du dialogue national inclusif après avis du président du CMT

En fin de mission au Tchad, l’ambassadeur d’Allemagne fait ses adieux

Il a été reçu en audience le 1er juillet 2021 par le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine. Le diplomate s’en va après un séjour d’un an et six mois au Tchad

 

L’ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne dit adieu au Tchad, Dr Jakob Haselhuber est en fin de mission au Tchad. Il est allé dire au-revoir au chef de la diplomatie tchadienne, Chérif Mahamat Zene. Les deux hommes ont évoqué des sujets qui lient l’Allemagne et le Tchad.

Des sujets relatifs au renforcement de la coopération entre les deux pays respectifs et la question de transition en cours. Le diplomate a indiqué que, que son pays suit de très près l’évolution de la situation au Tchad et qu’il souhaite que le dialogue national inclusif soit organisé très prochainement, car ce dialogue est non seulement important pour le Tchad mais aussi pour la communauté internationale

« J’ai passé un an et demi et je suis satisfait des efforts fournis par nos deux pays pour affirmer notre coopération dans différents domaines », conclut l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Fédérale d’Allemagne au Tchad, en fin de mission.

Tchad : le calendrier des examens modifié en raison de la coïncidence avec la Tabaski

L’information est contenue dans un communiqué du ministère de l’Education nationale, rendu public le jeudi 1er juillet 2021. La note est signée du directeur général du département ministériel

 

« En raison de coïncidence de la date du début de déroulement du BEF avec celle de la fête  Ard-El-Fitr (1abaski), le calendrier de l’examen est modifié », informe Mahamat Seid Farah, directeur général du ministère de l’Education Nationale et de la Promotion Civique. Ainsi, au lieu du 19 au 28 juillet, comme précédemment mentionné, le Brevet de l’Enseignement Fondamental commencera avec les épreuves de l’Education Physique et Sportive (EPS) et les épreuves orales qui se dérouleront du 12 au 16 juillet 2021. Les épreuves écrites se passeront, elles, du 21 au 24 juillet 2021.

Le directeur général du ministère de l »Education Nationale et de la Promotion Civique appelle les délégués provinciaux, les Inspecteurs départementaux de l’Education Nationale, les directeurs de collège, les Parents d’élèves etc., à prendre de dispositions nécessaires pour le respect stricte de termes de l’annonce.

 

Tchad: tension entre le pouvoir de transition et la Commission de l’Union africaine

C’est une information RFI, le torchon brûle entre le pouvoir de transition et la Commission de l’UA depuis la nomination du Sénégalais Ibrahima Fall au poste de haut représentant de l’Union africaine pour accompagner la transition.

Une nomination dont le Conseil militaire de transition, installé le 20 avril, ne veut pas entendre parler. Cette crise qui couvait depuis sa nomination en juin vient d’éclater au grand jour avec l’annonce d’une visite à N’Djamena rejetée par les autorités de transition.

Ibrahima Fall faisait le pied de grue à Addis-Abeba depuis plusieurs jours. Ses propositions de dates pour une visite de prise de contact avaient été courtoisement écartées par N’Djamena qui avait prétexté à chaque fois un calendrier chargé. Jusqu’à il y a une dizaine de jours lorsqu’on lui a opposé un « non ferme et définitif » alors qu’il avait programmé son arrivée pour vendredi dernier, le 25 juin.

Motif invoqué : « Le Tchad ne supporte pas les méthodes cavalières de la présidence de l’Union africaine », a justifié un haut responsable de ce pays, qui explique que le gouvernement n’a jamais reçu une notification en ce sens de la part de l’organisation africaine. « Nous avons immédiatement demandé à notre ambassade à Addis-Abeba de lui dire qu’il n’était pas le bienvenu », précise notre source. Une information confirmée à l’Union africaine.

Mais le malaise semble plus profond, car N’Djamena remet en cause très clairement sa nomination. « On n’est pas contre la personne de Ibrahima Fall, mais on n’accepte pas la méthode utilisée pour le désigner », nuance le haut responsable tchadien, en fustigeant « les méthodes contraires aux usages diplomatiques de la Commission de l’Union africaine lors de sa désignation. »

Principaux reproches selon lui, elle n’a pas consulté le Conseil miliaire de transition et encore moins son président, Mahamat Idriss Deby, lorsqu’il a porté son choix sur le Sénégalais Ibrahima Fall et elle n’a pas pris « la peine de nous notifier officiellement de cette nomination ». « Nous l’avons appris en consultant Facebook, s’est-il étranglé, avant de trancher : le Tchad n’est pas sous tutelle de l’UA. »

Aucun responsable de l’Union africaine n’a souhaité réagir pour le moment, mais l’ambassadeur nigérian à Addis-Abeba, à la tête du Conseil paix et sécurité de l’Union africaine pour juillet, est attendu à N’Djamena ce vendredi 2 juillet. Son objectif est de tenter de ramener le pouvoir tchadien à de meilleurs sentiments. Pas sûr qu’il y arrive selon notre source, d’autant que cette crise serait exacerbée par « les relations tendues » entre le clan Deby et le président de la Commission de l’UA, le Tchadien Moussa Faki Mahamat.

Source: RFI

Tchad : un officier de la garde présidentielle ouvre le feu sur un civil

Un officier de la DGSSIE appelé Nassour Kouyou Fodoul, appartenant à une unité d’élite de la garde présidentielle assurant la sécurité de l’actuel homme fort du Tchad, le général Mahamat Idriss Déby, a tiré à bout portant sur un civil suite à une incompréhension.

 

Les faits ont eu lieu mardi 29 juin 2021 à 16 heures à l’hôtel Hong Kong de Sabangali. Le capitaine croyait que le civil le filmait à son insu lorsque ce dernier a reçu un appel sur son téléphone collé à son oreille. Une dispute s’en est suivie, rapportent des témoignages. La victime a réfuté en bloc l’accusation.

L’officier de la DGSSIE a dégainé son arme et a tiré à bout portant sur le civil. La balle a traversé le cou et a atteint la mâchoire droite.

Les forces de l’ordre présentes dans les parages sont intervenues rapidement pour maîtriser le capitaine de la garde présidentielle. Le civil atteint par balle au cou, du nom de Mahamat Choukou, a été évacué à l’hôpital de La Renaissance de N’Djamena pendant que son bourreau est en train de méditer sur son sort dans les locaux des renseignements généraux.

Le pronostic vital de la victime n’est pas engagé.

Après le décès brutal du Maréchal du Tchad Idriss Déby Itno, des éléments appartenant à la garde présidentielle sont soupçonnés d’entretenir l’insécurité dans la ville de N’Djamena et dans l’extrême nord du Tchad.

L’étudiant qui a tiré sur le pied de son camarade à l’Université HEC Tchad serait un militaire appartenant à la garde présidentielle. Jusqu’à présent, il n’a pas pu être interpellé par les forces de l’ordre.

Tchad : les députés adoptent des projets de résolutions sur le code électoral

Les rideaux se sont refermés sur la 1ère Session ordinaire 2021, à  l’Assemblée Nationale de ce Mercredi 30 juin 2021. Des projets de résolution sur le code électoral et l’état d’urgence sanitaire ont été adoptés

 

Au terme de la première session ordinaire de l’année en cours, l’Assemblée Nationale a, délibéré et adopté trois (3) projets de loi portant respectivement, ratification de l’ordonnance instituant un médiateur de la République, modification de certaines dispositions du code électoral et création d’un pool judiciaire spécialisé dans la répression des actes de terrorisme et des infractions connexes. Elle a également adopté deux (2) projets de résolution, portant prorogation de l’état d’urgence Sanitaire et celui, fixant les modalités de présentation du programme politique du gouvernement

Le projet de loi portant Habilitation du Gouvernement à légiférer par Ordonnances pendant la période allant du 1er juillet au 31 août 2021, a été présenté par le ministre Secrétaire Général du Gouvernement, Mahamat Hamid Koua.

Avant de passer le flambeau au Conseil national de transition, les députés entendent élaborés un rapport bilan de la troisième législature. Le président de l’Assemblée nationale, Haroun Kabadi a indiqué que la tâche sera confiée à un comité. Ledit Comité : « centralisera tous les rapports-bilans des différents organes et services de l’Assemblée nationale et déposera le projet de rapport au bureau pour adoption, afin de passer le relai au CNT lorsqu’il sera installé »

Tchad : Mahamat Idriss Deby accorde une remise collective de peines aux prisonniers

Le président du Conseil militaire de transition, Mahamat Idriss Deby a décidé d’une remise collective de peines aux condamnées de droit commun. A travers le Décret N°099/PCMT/PMT/MJCDH/2021 du 30 juin 2021

 

L’allégement collectif des sanctions du président du Conseil militaire de transition  est accordé aux condamnés en vertu de la loi générale et varie en fonction du nombre de temps de détention.  Les conditions d’application de ces remises de peines sont les suivantes :

  • aux condamnés à des peines supérieures à deux (02) mois, sans excéder cinq (05) mois, une remise de peine d’un (01) mois ;
  • aux condamnés à des peines supérieures à cinq (05) mois, sans excéder un (01) an, une remise de peine de deux (02) mois ;
  • aux condamnés à des peines supérieures à un (01) an, sans excéder deux (02) ans, une remise de peine de cinq (05) mois ;
  • aux condamnés à des peines supérieures à deux (02) ans, Sans excéder trois (03) ans, une remise de peine de dix (10) mois ;
  • aux Condamnés á des peines supérieures á trois (03) ans, sans excéder cinq (05) ans, une remise de peine de un (01) an ;
  • aux condamnés à des peines supérieures à cinq (05) ans sans excéder huit (08) ans, une remise de peine de dix-huit (18) mois ;
  • aux condamnés à des peines supérieures a huit (08) ans sans excéder dix (10) ans, une remise de peine de trois (03) ans ;
  • aux condamnés à des peines supérieures à dix (10) ans, sans excéder quinze 5 ans, une remise de peine de quatre (04) ans
  • aux condamnés à des peines supérieures à quinze (15) ans, sans excéder vingt (20) ans, une remise de peine de cinq (05) ans ;
  • aux condamnés à des travaux à temps de quinze (15) ans, sans excéder vingt (20) ans, une remise de peine de cinq (05) ans ;

Les condamnés aux travaux forcés à perpétuité sont commués à des peines de vingt (20) ans. Le décret précise que : «  les remises de peines ne préjudicient pas aux droits de l’Etat, des parties civiles et des tiers. » aussi, les condamnés ne peuvent bénéficier que d’une seule remise de peines pour leur condamnation en cours.

 

Tchad-Covid19 : le G5 Sahel offre des matériels techniques et de protection contre le virus

Des matériels médicotechniques et des équipements de protection contre la covid19 ont été remis au ministère de la Santé publique le 30 juin 2021. C’est un don du projet d’appui en faveur des pays membres du G5 Sahel

Le projet d’appui en faveur des pays membres du G5 Sahel dans la lutte contre la pandémie a coronavirus et financé par le groupe de la Banque Africaine du Développement, mis en œuvre par le Haut-commissariat des réfugiés qui a remis au Tchad,  des matériels destinés aux structures impliquées dans la lutte contre la pandémie. La représente adjointe chargée de protection au HCR Mme Iris Blom fait savoir que l’objectif de ce projet est de : « renforcer le système de santé des pays membres du G5 Sahel à réduire et stopper la propagation de la pandémie covid19, d’appuyer non seulement la résilience des communautés vulnérables mais aussi celles des personnes touchées par le déplacement forcé qu’elles soient déplacées internes, refugiées ou celles issues des communautés d’accueil ».

« Ce premier lot d’équipements médicaux et matériels de protection contre la covid19 qui vient à point nommé puisque selon les dernières nouvelles, la pandémie continue à faire des victimes en Afrique et dans le monde et notre pays ne fait pas exception même si les cas enregistrés par nos services sont en baisse ces derniers jours »,  a fait remarquer Dr Djiddi Ali Sougoudi.

Le Secrétaire d’État à l’économie Abderahim Younous a rassuré les donateurs des dispositions nécessaires prises pour la gestion rationnelle des matériels reçus. Il a ensuite reconnu les efforts des partenaires qui soutiennent la politique du Tchad en matière de développement.

Tchad : le ministre des Affaires étrangères reçoit les diplômés de l’IRIC

Les diplômés de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun (IRIC), en instance d’intégration  à la Fonction publique ont été entendus sur la question de leur insertion professionnelle le 30 juin

 

Le Ministre des affaires étrangères Amb. Chérif Mahamat Zène a reçu en audience, le Collectif des Lauréats de l’Institut des Relations Internationales du Cameroun en instance d’intégration à la fonction publique. Les représentants de ces lauréats ont échangé avec le ministre sur la question de leur : « insertion professionnelle ». Après avoir écouté leurs doléances, le patron de la diplomatie, Chérif Mahamat Zène a donné des orientations à ces lauréats. Il leur a également assuré son soutien et sa disponibilité pour faire entendre leurs voix.

Après la rencontre le président du collectif des diplômés de l’IRIC, Alnodji aimé, laisse entendre qu’un pas est franchi. « Nous sommes réconfortés à la suite de ces échanges francs et productifs avec Son Excellence. Le Ministre nous a écouté, orienté et nous sommes satisfaits » a-t-il expliqué. Pour lui, cet acte du ministre témoigne de l’attention et de l’importance qu’il leur accorde

D’un autre côté, les lauréats des écoles professionnelles de l’éducation ont entamé une grève de la faim. Ils  se sont réunis à la Bourse de travail ce jour. Cette grève de la faim est selon eux, un moyen efficace pour se faire entendre.

Tchad : 40 partis politiques loyaux au MPS, soutiennent le CMT

Une alliance de 40 partis politiques de l’ancienne majorité présidentielle décide de rester souder et apporte son soutien au Conseil militaire de transition

 

A l’issue d’un point de presse organisé le 29 juin 2021, à la Maison nationale de la femme de N’Djaména, un groupement de quarante partis politiques, a décidé de garder le lien avec le Mouvement patriotique du salut (MPS), ancien parti au pouvoir. Ces organisations politiques annoncent également un soutien sans faille au Conseil militaire de transition.

Le porte-parole de ce regroupement, Malloum Yoboyde Djeraki laisse entendre que : « les partis politiques légalement constitués ont toujours évolué dans deux grands ensembles. Cette réalité a été toujours observée dans les institutions de l’État telles que l’Assemblée nationale, le Cadre national de dialogue politique (CNDP) ». Il invite tous les autres partis qui ne se sont pas encore manifestés à rejoindre la team.

Malloum Yoboyde Djeraki fait savoir que : « Après la disparition tragique du Maréchal du Tchad et en même temps chef de la majorité présidentielle, les partis politiques alliés ont vu la nécessité de soutenir le Conseil militaire de transition (CMT). Dans les démarches ayant abouti à la mise en place du Gouvernement de transition »

C’est à l’issue des pourparlers du 18 juin 2021, que les 40 partis politiques ont décidé de rester unis pour affronter les échéances avenirs.

Tchad : en fin de mission, le Commandant de la force barkhane élevé au grade d’Officier de l’Ordre national

Le Commandant de la force barkhane, le Général de division Marc Conruyt a été élevé élevé au grade, d’Officier de l’Ordre national du Tchad, par le président de la transition, Mahamat Idriss Deby

 

Nommé le 31 juillet 2020 à la tête de la plus grosse opération extérieure des armées françaises, la force Barkhane dont le centre opérationnel est à N’Djaména, le Général de division Marc Conruyt est arrivé en fin de mission. Ce mardi 29 juin 2021, à un mois de son départ du Tchad et pour avoir contribué de manière substantielle à la coopération militaire entre les forces armées tchadiennes et la force Barkhane et contribué à affaiblir les capacités militaires des djihadistes au Sahel, il a été élevé au rang d’Officier de l’Ordre national du Tchad, par le président du Conseil militaire de transition.

Le Général de division Marc Conruyt déclare : « C’est une grande fierté, un grand honneur pour moi d’avoir été décoré aujourd’hui par le président de la transition. Je crois qu’à travers cette déclaration, c’est avant tout la reconnaissance de la grande qualité du partenariat militaire entre Barkhane, les forces françaises plus généralement et les forces armées tchadiennes…Cette collaboration, coopération sur le terrain s’est toujours montrée d’une très très grande efficacité », confie-t-il.

Le Général de division Marc Conruyt est rappelé à l’Etat-major des armées françaises, où il servira au sein de l’armée de terre, son corps d’origine.

Tchad : un montant additionnel de 3,575 milliards de FCA pour le programme d’appui au développement local

Les députés ont examiné et adopté le mardi 29 juin 2021, le Projet de loi additionnel  d’un prêt  relatif au programme d’appui au développement local et à la finance inclusive au Tchad

 

Ce projet de loi a été défendu au Palais de la démocratie par le ministre de l’Economie  du Plan, Issa Doubragne. Au cours de la plénière coordonnée par le président de l’Assemblée nationale, Haroun Kabadi. Le membre du gouvernement a été interpellé sur plusieurs questions relatives au projet de loi additionnel  d’un prêt  relatif au programme d’appui au développement local et à la finance inclusive.

Il a tour à tour été questionné sur la lisibilité de ce nouveau projet, de son impact réel et bénéfique pour les populations du Tchad et de sa gestion en réponse aux préoccupations.

Le ministre de l’Economie et du Plan explique que, cet examen de prêt additionnel phase pilote de 3,575 milliards pour le Projet de loi additionnel  d’un prêt  relatif au programme d’appui au développement local et à la finance inclusive au Tchad intervient parce que : « qui est engagé pour la première phase ne suffisait pas pour achever le projet et en même temps dupliqué dans les 23 provinces ».

Par ces mots, il essaye d’apporter des éclaircissements aux sollicitations des élus du peuple, sur le délai d’exécution du projet, son impact et la justification du 1er fonds engrangé qui ne reflète pas la première maquette. Issa Doubragne assure que c’est un projet prometteur.

Tchad : grève des magistrats après l’assassinat du procureur

Au Tchad, la grève de trois jours des magistrats après l’assassinat d’un procureur de la République, se transforme en grève illimitée.L’assassinat d’Oum-Hadjer dans le centre pays, le mercredi 24 juin 2021, par un justiciable, a déclenché la colère du monde judiciaire. Les magistrats indignés par un « acte ignoble » ont boudé les salles d’audience et exigent désormais plus de sécurité dans l’exercice de leurs fonctions.

« Au Tchad, quand on fait un procès, on estime que ce n’est pas à la loi qu’on doit s’en prendre, mais on s’en prend au juge. Nous avons attiré l’attention du gouvernement sur ces phénomènes. Nous avons demandé de mettre dans toutes les juridictions du pays des agents de sécurité pour assurer la sécurité des tribunaux. Les tribunaux ne sont pas protégés » a déploré Djonga Arafi, secrétaire général du syndicat de la magistrature du Tchad.

Dans leurs doléances, les juges exigent des changements profonds dans la haute administration du pays. Au sortir d’une assemblée générale houleuse le lundi 28 juin, ils ont dénoncé l’attitude des hommes politiques qui se sont illustrés par des « outrages » envers des magistrats sans jamais avoir été inquiétés.

Pour les syndicats des magistrats, « il est hors de question de reprendre le travail tant que chaque juge n’a pas été équipé d’une arme de poing et que les tribunaux n’ont pas été renforcés par des hommes en armes bien équipés ». Cette grève illimitée a paralysé le secteur judiciaire.

Tchad : vers la construction du premier centre de cancérologie à N’Djamena

Dans l’optique de la prise en charge et  l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes du cancer, un projet de construction et d’équipements du centre de prise en charge et lutte contre le cancer a été adopté

 

Le projet de loi portant approbation de l’accord de prêt relatif au financement du projet de construction et d’équipements du centre de prise en charge et lutte contre le cancer à N’Djamena signé le 04 janvier 2021 entre le Tchad et le Fonds Koweitien pour le développement économique arabe a été adopté à l’unanimité par les députés. C’était au cours d’une plénière présidée par le président de l’Assemblée Nationale Dr Haroun Kabadi au Palais de la démocratie, au quartier Gassi. En présence du Ministre du plan et de l’économie Issa Doubragne et du Secrétaire d’État à la Santé publique et de la Solidarité Dr Djiddi Ali Sougoudi.

Ce projet de loi a été défendu par le Secrétaire d’État à la Santé publique et à la Solidarité Nationale Dr Djiddi Ali Sougoudi. Il vise à soutenir le développement du secteur de la santé au Tchad en contribuant à la prise en charge et à l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes du cancer. Ceci permettra de doter le pays du premier centre de cancérologie dans la capitale Ndjamena couvrant ainsi une superficie de 13 000 m2 et accueillant environ 50lits.

Tchad : une grève d’avertissement de 3 jours observée à l’ATPE

Dès ce mardi 29 juin 2021, les agents de l’Agence tchadienne de presse et d’édition (ATPE) observent une grève d’avertissement de trois jours. Ils revendiquent les meilleures conditions de travail

 

A l’issue d’une Assemblée générale organisée le 28 juin 2021, le personnel de l’Agence tchadienne de presse et d’édition a décidé d’observer une grève d’avertissement du 29 juin au 1er juillet 2021, soit trois jours. Cette trêve fait suite à deux préavis non pris en compte.

Les agents de l’ATPE revendiquent, le paiement de leurs primes et indemnités restés impayés depuis la tenue des deux conseils administration; la dotation en matériels de travail dont l’équipement de la rédaction et de la documentation; la nomination des responsables de la rédaction et autres chefs de service administratifs et techniques, entre autres.

Dans leurs préavis de grève, ils ont revendiqué les points suscités. C’est alors que le ministre en charge de la communication avait demandé de suspendre ledit préavis pour besoin de dialogue : « Malheureusement, depuis cette date, le dialogue tant souhaité se passe tant bien que mal sans concession aucune du coté de notre partenaire », regrette le personnel.

Tchad : les magistrats entament une grève illimitée

A l’issue de leur assemblée générale du 28 juin 2021, les magistrats du Tchad ont décidé d’entamer une grève illimitée. Ceci pour s’indigner contre l’insécurité dans les juridictions et sur les magistrats

 

« Nous avons décidé cette fois-ci d’entrer en grève illimitée en attendant que la plus haute autorité nous trouve une solution définitive à cette question d’insécurité dans les juridictions. Puis que pour rendre justice, il faut avoir une tranquillité d’esprit et tant que les juges ne sont pas en sécurité, ils ne pourront pas rendra justice », déclare le président du Syndicat de Magistrats du Tchad (SMT), Moussa Wadé Djibrine.

Il a fait l’annonce à l’issue  de l’assemblée générale de ce jour au palais de justice de N’Djamena. Cette rencontre a été initiée suite à l’assassinat du procureur du Tribunal de Grande instance, d’Oum Hadjer, la semaine dernière. Ainsi, pendant l’Assemblée générale, les magistrats ont une fois de plus demandé, le renforcement des mécanismes de sécurité dans les juridictions, l’affectation des agents de sécurité aux magistrats, juges de paix, présidents des tribunaux et aux greffiers entre autres.

Tchad-assassinat du procureur d’Oum Hadjer : les huissiers suspendent les activités

Le président du Syndicat Autonome des Magistrat du Tchad, Taoka Bruno laisse entendre que : « cette grève est le résultat de frustration des magistrats soldés par la mort du procureur de la République près du Tribunal de Grande Instance d’Oum-Hadjer ».