Tchad : Mahamat Idriss Deby, candidat du MPS à la prochaine élection présidentielle

L’ancien parti au pouvoir a désigné le président de transition, Mahamat Idriss Deby Itno, comme candidat de la formation politique à la prochaine élection présidentielle.

 

Alors que l’on s’interrogeait sur l’avenir du Mouvement patriotique du Salut (MPS) après la mort du Maréchal du Tchad, le parti politique fait une surprise à l’ensemble de l’opinion. La formation fondée par l’ancien président tchadien, Idriss Deby Itno, a désigné Mahamat Idriss Deby Itno, pour être son candidat aux futures élections présidentielles. Le choix a été opéré à l’unanimité à l’issue d’un congrès extraordinaire du MPS organisé le 13 janvier 2024 à N’Djaména.

« En ce jour historique, Nous, militantes et militants du Mouvement Patriotique du Salut (MPS) avons désigné unanimement Son Excellence, le Général Mahamat Idriss Deby Itno, Président d’honneur et Candidat du Parti à la future échéance électorale. J’adresse mes félicitations les plus chaleureuses à notre candidat et lui réitère nos soutiens indéfectibles jusqu’à son élection et à son investiture présidentielle. » Ainsi s’exprime, le secrétaire général sortant, Haroun Kabadi. Il est Par ailleurs, président du Conseil national de transition.

 

Il explique que la désignation de Mahamat Idriss Deby, ici, fait suite à la victoire éclatante du ‘’OUI’’ au référendum du 17 décembre, « nous avons tous assisté à une accélération des événements, avec la promulgation de la nouvelle Constitution, la nomination d’un nouveau Premier ministre ainsi que la formation d’un nouveau Gouvernement d’Union nationale. Tout cela montre que la transition amorce sa dernière vitesse de croisière avec pour point de mire, les futures échéances électorales. » « Notre parti doit se mettre en condition et en ordre de bataille pour affronter cette dernière phase hautement cruciale. », Poursuit Haroun Kabadi.

« La vision de la refondation prônée par le Président de Transition apparaît comme une chance que les Tchadiens doivent saisir pour opérer les transformations politiques, économiques et sociales nécessaires. Partant de ce constat, le MPS veut être dans l’avenir, le moteur de la mise en œuvre de cette vision. A cet effet, sa vision stratégique pour le Tchad à l’ère de la refondation, part du postulat selon lequel, après avoir remarquablement contribué, sous le leadership du Maréchal du Tchad, à la construction du Tchad moderne, il y a lieu pour lui de parachever l’œuvre de transformation engagée en s’appropriant la vision de la refondation. » Haroun Kabadi

Tchad-présidentielle : la Commission ad-hoc favorable à la candidature de Mahamat Idriss Deby

D’après la Commission ad hoc mise en place par le présidium, aucune disposition n’empêche le président de la junte, Mahamat Idriss Deby à se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Le rapport de la Commission ad hoc a été proposé ce 28 septembre au Dialogue national inclusif et souverain. Il est clairement expliqué que rien n’empêche les gestionnaires de la transition de se présenter à des postes électifs après la transition.

Aucune disposition légale n’interdit aux autorités de transition de jouir de leurs droits civiques et politiques d’après ladite commission. « Toute autorité de transition qui désire faire acte de candidature aux fonctions électives doit simplement remplir les conditions fixées par la loi », déclare le rapporteur de ladite commission, Dr Robenate Jean Calvin

Quant à l’autre question qui agite la toile, la commission ad hoc propose un référendum pour permettre au peuple de choisir la forme de l’État

Le rapport demande le prolongement de la durée de la transition pour 24 mois. Elle propose également le changement de l’appellation, président du Conseil militaire de transition pour président de la transition. Ce qui implique la suppression du Conseil militaire de transition.

Le rapport de la Commission ad hoc demande d’augmenter le nombre de conseillers nationaux de à 187.

Tchad : présidentielle du 11 avril, Saleh Kebzabo se retire du processus

Indigné de l’attaque meurtrière au domicile de Yaya Dillo, le président de l’UNDR, Saleh Kebzabo a annoncé ce lundi 1er mars 2021 la suspension de sa participation au processus électoral en cours

« En mon âme et conscience, j’ai décidé de suspendre ma participation au processus électoral. Nous avons des dirigeants indignes du peuple tchadien dont ils ont confisqué la souveraineté », a déclaré le président du parti Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), Saleh Kebzabo.

L’homme politique rapporte les raisons de son retrait : « hier j’ai été au domicile de Yaya Dillo pour constater les dégâts. Ce qui s’est passé c’est de la barbarie pure et simple. J’ai été terrifié, dégoûté. Le Tchad ne mérite pas le titre d’un État. J’ai toujours dit que c’est un État informel et le martyre d’une vieille dame de 80 ans et de son petit-fils de 11 ans viennent me renforcer dans cette conviction. ».

Invité à Electron Tv ce dimanche, Saleh Kebzabo avait d’ores et déjà exhorté les candidats à la présidentielle de se mobiliser pour saisir l’organe en charge de l’organisation des élections pour proposer des exigences. Il dénonce la militarisation du pouvoir politique au Tchad.

Précisons le domicile de l’opposant Yaya Dillo est jusqu’ici encerclé par les forces de l’ordre.

Tchad : les candidats à la présidentielles peuvent déposer la caution de 10 millions au Trésor public

Les candidats à l’élection présidentielle du 11 avril 2021 peuvent commencer à déposer leur caution de dix millions. L’appel a été lancé ce mercredi 24 février 2021 par le directeur général des Services du trésor et de la comptabilité publique

A travers un communiqué du DG des Services du trésor et de la comptabilité publique de la Prairie générale publié ce jour, il est porté à la connaissance des candidats aux élections présidentielles, que conformément à l’article 131 (nouveau) de la loi n° 045/PR/2019 du 31 décembre 2019 portant modification de la loi  n° 033/PR/2019 portant Code électoral : «  la caution de dix millions (10 000 000) FCFA est versée au Trésor public sur l’intitulé « Etat-Recettes Administratives » auprès des banques primaires de la place contre un bordereau de versement »

Ce bordereau doit être ensuite remis à la Division Recettes de la Trésorerie Paierie générale en vue de la délivrance d’une déclaration de recette pour le dépôt de candidature à la Cour suprême.

Par ailleurs, le directeur général des Services du trésor et de la comptabilité publique les informe qu’au dernier jour de dépôt, le guichet du Trésor public restera exceptionnellement ouvert jusqu’à minuit pour encaisser les cautions des candidats retardataires n’ayant pas effectué le versement dans les banques

Tchad : les tchadiens de l’étranger sont exclus de la présidentielle du 11 avril 2021

Les tchadiens de la diaspora ne pourront pas se rendre aux urnes le 11 avril 2021 pour élire le prochain président de la république. Ils ont été mis à l’écart par le Cadre national du dialogue politique (CNDP)

Le président du Cadre national du dialogue politique (CNDP), Mahamat Zene Bada, par ailleurs, secrétaire général du Mouvement patriotique du Salut (MPS), fait savoir que la résolution n°01 du 18 février du Code électoral modifié n’autorise pas les tchadiens de l’étranger à voter du 11 avril 2021. Cette résolution modifie le Code électoral en ramenant l’âge de candidature au poste de président à 40 ans au lieu de 45 ans.

Le président du CNDP note qu’il a été saisi par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) le 17 février. A l’issue de la saisine, le cadre s’est réuni le jour d’après. Après cette rencontre du 18 février, il a été décidé que :

  • la modification du Code électoral en son article 128 pour le mettre en conformité avec l’article 67 de la Constitution. Cependant, pour tenir compte du facteur “temps”, il est demandé à la Cour suprême et à la CENI d’enregistrer les candidatures à l’élection présidentielle en tenant compte de cet article 67 de la Constitution.
  • La CENI est autorisée, pour la seule élection présidentielle en cours, de permettre, dans les bureaux de vote où le nombre d’électeurs exigé par l’article 37 du Code électoral (400, Ndlr) ne peut pas être respecté, le vote jusqu’à 430 électeurs dans lesdits bureaux de vote.
  • Jusqu’à ce qu’il soit possible de procéder à la révision du fichier électoral et de mettre en place les démembrements de la CENI dans les représentations diplomatiques du Tchad à l’étranger, le vote des Tchadiens de l’étranger est suspendu.

Le CNDP ajoute que le fichier électoral des tchadiens de l’étranger n’a pas été révisé. Aussi la le décalage entre les projections de la cartographie électorale et le nombre de bureaux de vote. Enfin la pandémie à coronavirus qui n’a pas été favorable à la mise sur pied des démembrements de la CENI dans les services diplomatiques du Tchad à l’étranger.

Le Cadre informe qu’il soumettra le document au président de la république : « un décret d’application du Code électoral » pour entériner cette résolution.

Tchad : la HAMA présente aux médias 3 décisions à respecter pendant la présidentielle

La Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA) a convoqué les responsables de médias de 18 février pour présenter les textes de loi relatives à l’organisation de l’élection présidentielle du 11 avril

Le président de la HAMA, Dieudonné Djonabaye a convoqué ce jour, hommes de médias et acteurs de la société civile pour donner les instructions préalables à la couverture de la campagne électorale et de l’élection présidentielle qui se pointe à l’horizon. Le patron de l’organe de régulation des médias s’est appuyé la loi 32 de 2018, portant attribution, organisation et fonctionnement de la HAMA. Précisément la loi 45 de 2019, portant code électoral

Les trois décisions évoquées par le président de la HAMA sont entre autres :

  • Le respect des principes d’équité, de pluralisme et d’équilibre de l’information ;
  • La réglementation du temps d’antenne et de l’espace rédactionnel réservés ou accordés dans les médias privés aux candidats en lice ;
  • La réglementation du temps d’antenne et de l’espace rédactionnel dans les médias écrits et audiovisuels publics aux candidats à l’élection présidentielle.

Le président de la Haute Autorité des Média et de l’Audiovisuels, a indiqué que son institution veille à l’application de ces trois décisions par tous les médias et à son respect pour tous les candidats en lice pour les élections présidentielles. Il invite également les responsables des organes de presse à la cérémonie d’adoption et de la signature de la charte des média au Tchad en période électorale, qui aura lieu la semaine prochaine.

Tchad-présidentielle 2021 : Idriss Deby appelé à se représenter

Un collectif a organisé un point de presse ce 4 novembre 2020 à N’Djamena, pour demander au président de la République de déposer sa candidature pour les élections présidentielles de 2021

Une équipe d’hommes politiques, d’artistes et quelques associations, estime qu’Idriss Deby est le seul tchadien capable de réunir ses compatriotes. C’est ainsi qu’il demande au patron du MPS de se présenter aux prochaines présidentielles dans le cadre d’une : « alliance harmonisée et représentative de tous les tchadiens. Le collectif déclare que c’est grâce à l’actuel chef d’Etat que : « le Tchad s’est hissé en pays respecté et respectable dans le monde avec une diplomatie florissante et dynamique ».

«  Depuis l’année 1990, depuis la tenue de la Conférence Nationale Souveraine qui a débouché sur les premières élections libres et transparentes, les notions de libertés publiques et des droits fondamentaux des citoyens sont devenus des acquis irréversibles pour les Tchadiens. Ainsi, les Tchadiens de tout bord et de tous horizons ont regagné leur pays depuis plus de deux décennies pour répondre à la politique de la main tendue prônée par le Président de la République », poursuit le collectif. Il indique que les élections présidentielles de 2021 seront l’occasion de mettre en œuvre les réformes institutionnelles adoptées au deuxième Forum national inclusif.

Pour le collectif, le Maréchal du Tchad devrait présenter sa candidature pour poursuivre sa mission sur : « Le dialogue interreligieux, le dialogue politique, le dialogue intercommunautaire, l’éducation de base, dialogue constructif, restent la clef de notre unité : l’unité nationale, le vivre-ensemble et le progrès du Tchad sont désormais des réalités construites au prix des durs labeurs et sacrifices. Les Tchadiens dans leur majorité du Nord au Sud, d’Est en Ouest partagent des valeurs communes de la République ».