Tchad : militaire tué dans un bureau de vote, un cadre la coalition pour un Tchad Uni explique les circonstances

Un militaire chargé d’assurer la sécurité dans un bureau de vote a été mortellement poignardé le 6 mai 2024, à Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddai.

 

L’incident s’est produit dans bureau de vote du septième arrondissement de la ville d’Abéché. La victime, Hamza Tahir Abdallah, militaire de la Direction Générale de la Réserve Stratégique (DGRS) a été mortellement poignardée à trois reprises par un électeur. Notamment à l’épaule et à la tête. Il va rendre l’âme à l’hôpital dans lequel il a immédiatement été conduit pour les soins médicaux.

La version du chef de mission provinciale pour la coalition pour un Tchad Uni. « Alors qu’un individu s’est présenté en retard et a voulu éviter les files d’attente, un membre des forces de l’ordre a voulu le rappeler au respect des rangs, cet individu a sorti une arme blanche par laquelle il a administré plusieurs coups de couteau à l’agent de sécurité qui a succombé de suite de ses blessures. », explique Abderahim Bireme Hamid. Il ajoute qu’il n’y a eu aucune dispute ni altercation entre les forces de sécurité et la population à propos de cet incident.

Le Procureur de la République a été saisi et le présumé auteur du crime est arrêté et remis à la police judiciaire pour plus d’enquête.

Tchad : les populations d’Abéché  se plaignent de la cherté de vie

Les habitants de la ville d’Abéché dans la province du Ouaddaï en ont marre de la hausse vertigineuse des denrées alimentaires et des produits pétroliers.

A travers un communiqué de presse produit le 22 novembre 2023, La plateforme des Organisations de la Société Civile de la province du Ouaddaï (POSOC/PO), exprime son désarroi. Elle se plaint de la hausse de prix des denrées alimentaires qui augmente de jour en jour. Ainsi que celui du carburant qui n’a pas baissé depuis plus d’un an. Le litre d’essence qui se vendait à moins de 600 FCFA est vendu à 1000 FCFA chez les vendeurs ambulants, et 750 FCFA ou plus dans les stations-services.

Parmi les raisons des prix élevés du carburant, l’on cite entre autres, l’insuffisance d’approvisionnement de la ville d’Abéché en carburant, à partir de la capital, et à la répartition inéquitable entre les différentes provinces et entre les différentes stations. « Nous estimons que la part du carburant de la ville d’Abéché n’est pas suffisante pour satisfaire les besoins des usagers, vu la démographie grandissante de la ville. »

Face à cette situation, la POSOC dit condamner le silence des responsables concernés par cette affaire injustifiée. Et interpelle les autorités locales et le ministère concerné à intervenir afin de trouver des solutions urgentes.

Tchad : l’OMS remet des kits sanitaires aux formations sanitaires d’Abéché

C’est une information du ministère de la Santé publique. Le13 septembre 2023, l’OMS a fait  un don des médicaments aux formations sanitaires urbaines du district sanitaire d’Abéché.

C’était en présence du Secrétaire Général de la province du Ouaddaï Abakar Hissein Didigui.

Composé des antalgiques, des antibiotiques, des solutés, des vitamines et de quelques consommables, ce don permet à prendre en charge gratuitement les patients souffrant de la dengue.

Les structures bénéficiaires sont le CHU d’Abéché, l’infirmerie de la Maison d’arrêt et les 11 centres de santé urbains du district sanitaire d’Abéché.

Le délégué provincial de la Santé et de la Prévention du Ouaddaï, Dr Abdel Mahmoud Chene a déclaré à cette occasion que depuis la notification des premiers cas de l’épidémie de la dengue à Abéché le 15 Août dernier, 731 cas suspect ont été enregistrés dont 27 positifs. Le délégué appelle la population à veiller au respect des mesures de prévention contre la dengue, surtout l’assainissement du milieu et l’utilisation des moustiquaires imprégnées. Il demande également à la population de se rendre à la structure sanitaire la plus proche en cas de fièvre, maux de tête ou douleur articulaire.

Tchad : le gouvernement au secours des communautés agropastorales affectés par la crise du soudan

Le ministre de la production et de la transformation agricole Laoukein Kourayo Medard lance le projet, ‘’Réponse d’urgence aux besoins humanitaires des communautés agropastorales affectés par la crise du soudan’’ à Abéché.

Le projet réponse d’urgence aux besoins humanitaires agro-pastoraux affectés par la crise du soudan est financé par le fond des Nations-Unies pour les réponses aux urgences à travers l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture FAO.

Dans son mot de circonstance, le gouverneur de la province du Ouaddaï Bachar Ali Souleymane a relevé que ce projet mis en œuvre vient Corroborer les attentes des populations de la province qui ont accueilli et accueillent leurs frères et sœurs du soudan, avant d’adresser ses sincères remerciement à la FAO pour le financement de cet important projet.

Pour sa part, le représentant de la FAO au Tchad, Mark Mankoussou a signifié que l’intervention de ce projet permettra d’atténuer l’impact de la crise avec l’afflux des réfugiés sur les moyens d’existence et aura des retombés positives immédiates au sein des communautés hôtes sur la malnutrition et la sécurité alimentaire des enfants et des femmes aussi sur l’amélioration de leurs conditions socio-économique.

Lançant le projet, le ministre d’État, ministre de la production et de la transformation agricole Laoukein Kourayo Medard a loué la volonté des autorités tchadiennes qui se traduit par la mise en place des outils de coordination.

Signalons que les actions de ce projet permettront d’améliorer et de diversifier la production et la productivité agro-pastorale de manière durable à travers la fourniture d’intrants agropastoraux adaptés pour renforcer la résilience des communautés vulnérables.

Tchad : lancement des opérations de révision du fichier électoral à Abéché

Le ministre  Limane Mahamat par ailleurs président national de la CONOREC a lancé le 28 août à Abéché les opérations de la révision du fichier électoral dans la zone septentrionale.

Les opérations des révisions des listes électorales constituées en 2021 ont officiellement démarré le 28 août dans la zone septentrionale du pays et particulièrement dans le Ouaddaï. Le coup d’envoi a été donné par le ministre de l’Administration du Territoire, Limane Mahamat.

Le gouverneur de la province du Ouaddaï Bachar Ali Souleymane par ailleurs, invite tous les chefs des unités administratives à faire large sensibilisation afin que tous les tchadiens de deux sexes ayant l’âge de voter puissent se faire enrôler.

S’adressant aux femmes, la chef de division logistique de la CONOREC nationale Amsadene Maide Hangata a demandé à ses sœurs n’ayant pas pu se faire enregistrés lors de précédentes opérations, celles ayant perdu leurs cartes et celles ayant changé de domicile à sortir massivement se faire enrôler pour l’épanouissement de la femme tchadienne.

Dans son adresse au corps électoral de la zone septentrionale et plus particulièrement du Ouaddaï, le ministre de l’Administration du Territoire de la décentralisation et de la bonne Gouvernance, Limane Mahamat par ailleurs président national de la CONOREC exhorte tous les citoyens en âge de voter à s’assurer chacun de sa présence sur la liste électorale nationale qui serviront aux prochaines élections qui vont s’organiser au Tchad.

Tchad : l’ambassadeur d’Allemagne suit les projets financés par son pays à Abéché

L’ambassadeur de la république fédéral d’Allemagne au Tchad Dr GORDON Kricke s’est rendu le 7 décembre 2022, à Abéché chef-lieu de la Province du Ouaddaï.

Dans le cadre de sa visite de travail consistant à faire le suivi et évolution des projets financé par la république fédérale d’Allemagne dans la province du Ouaddaï, le diplomate a rencontré les autorités civiles et militaires de la place.

Le secrétaire Général de la Province du Ouaddaï Abakar Hissein Didigui pense que cette visite va réconforter la population puisqu’il s’agit de suivi et évolution des projets. Il s’agit également de  de recenser les besoins à fin de financer d’autres projets pour le bien-être des habitants.

Intervenant à son tour, l’ambassadeur Dr Gordon Kricke a salué la coopération tchado-Allemagne avant de réitéré l’engagement et la disponibilité de son pays d’œuvrer d’avantage au profit de la population.

Signalons que l’agenda de l’ambassadeur de la république fédéral d’Allemagne prévoit des visites et des rencontres avec les responsables des agences humanitaires.

Tchad : le concours d’entrée à l’ENS d’Abéché lancé

Le concours d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure d’Abéché se tiendra le 09 octobre 2022. Le dépôt des dossiers de candidatures démarre ce jeudi 08 septembre 2022.

L’Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) annonce qu’il est organisé, au titre de l’année académique 2022-2023, un concours d’entrée en 1ère année à l’Ecole Normale Supérieure d’Abéché (ENS/A). Ce concours est ouvert aux candidats des deux sexes, titulaires du baccalauréat de l’enseignement secondaire général et technique et âgés de vingt-quatre (24) ans au plus à la date de dépôt du dossier.

Les trois centres retenus pour le déroulement des épreuves sont, N’Djamena, Moundou et Abéché. Les dossiers de candidature sont reçus du 08 septembre au 05 octobre dans les centres d’examen.

Les filières disponibles sont, le Français, l’Arabe, Histoire, Sciences de la vie et de la terre, Mathématiques et Chimie.

Tchad : le maire d’Abéché interdit la consommation de la chicha dans sa ville

Pour des raisons de sécurité, le maire de la ville d’Abéché, Mahamat Saleh Ahmat, a interdit la consommation publique de la chicha  dans sa circonscription.

A travers un communiqué de presse publié ce vendredi 9 juin 2022, le maire d’Abéché a pris deux grandes décisions, pour lutter contre la sécurité dans sa ville.

Dans un premier temps, le patron de la ville interpelle les conducteurs de motos taxis et « Rakchas », sur les heures de circulation. Mahamat Saleh Ahmat informe ces derniers que désormais, ils ne sont autorisés à circuler qu’entre 3heures du matin et 24 heures.

Toutefois, il prévoit des dérogations, « une autorisation spéciale sera accordée à quelques rakchamens pour répondre à certaines urgences signalées çà et là dans les quartiers». Le maire met en garde tout rakchaman et clandoman qui ne respectera pas la nouvelle règlementation. Tout contrevenant s’exposera à des amendes allant jusqu’à 100.000 FCFA.

La deuxième décision est relative aux lieux de consommation de la chicha. Le maire d’Abéché, Mahamat Saleh Ahmat, a exigé la fermeture pure et simple de tous les lieux de consommation, à compter de la date de signature du communiqué.

Tchad : une délégation interministérielle est arrivée à Abéché

Au moins cinq membres du gouvernement ont foulé la terre du Ouaddaï, ce mardi 22 février 2022. Ils ont arrivés à Abéché dans le cadre d’’une visite de travail.

La délégation interministérielle est pilotée par le ministre en charge de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Mahamat Bechir Cherif. Les cinq membres du gouvernement ont été accueilli à leur descente de l’avion, à l’aéroport d’Abéché par, le de la province du le gouverneur de la province du Ouaddaï, Ahmat Dari Bazine.

On plus du chef d’équipe, nottamment le ministre de l’Administration du territoire, les autres membres du gouvernement sont entre autres, le ministre en charge de l’Economie, Dr Issa Doubragne ; le ministre de l’Administration du Territoire, Mahamat Bechir chérif Daoussa ; la ministre de la Femme, Amina Priscille Longhoh ; la ministre du Développement agricole, Mme Kamougue née Déné-Assoum et le secrétaire d’Etat à la Santé, Djidd Ali Sougoudi.

Après leur accueil à l’aéroport, ils ont été orientés pour le patron de la circonscription.

Tchad : A Abéché, la CTDDH condamne les bavures policières sur les manifestants

L’accord tchadien des droits de l’homme exprime sa profonde préoccupation face à la brutalité des forces de sécurité contre les manifestants à Absha, manifestation organisée pour protester contre l’investiture d’un chef d’autorité traditionnelle

Des incendies de gaz lacrymogènes et de munitions réelles ont fait des manifestants grièvement blessés.

La Convention tchadienne pour la défense des droits de l’homme (CTDDH) condamne ces actes irresponsables contre les manifestants pacifiques à la quarantaine.

Les actions irresponsables se multiplient, alors que les autorités de sécurité ont averti des violences imminentes aux conséquences inattendues.

L’accord tchadien pour la défense des droits de l’homme tient le gouvernement de transition responsable des conséquences éventuelles.

Elle condamne donc dans les termes les plus énergiques cette négligence injustifiée des autorités centrales.

Tchad : une grève sèche et illimitée déclenche à la Faculté de médecine d’Abéché

A la faculté de médecine de l’Université Adam Barka d’Abéché, les étudiants ont déclenché une grève sèche et illimitée depuis le 04 janvier 2021.

Les élèves médecins ont annoncé l’arrêt des cours et toutes autres activités à travers un point de presse. Pour cause, les sanctions portant annulation du semestre 2 infligées à quatre de leurs camarades. Les personnes sanctionnées par l’administration de l’université auraient manifesté en soutien aux étudiants arrêtés à l’université de N’Djamena. L’autre motif est l’agression d’un cadre de l’institution universitaire par un étudiant.

Les étudiants ont nié tous ces faits au cours du point de presse. Pour eux, les quatre camarades subis des sanctions injustes. Ils disent avoir, à travers une note adressée à l’administration, de résoudre la situation de leurs camarades. Ils regrettent que les autorités universitaires n’aient pas donné de suite.

Les étudiants en médecine ont donc décidé de faire recours au gouverneur de la province du Ouaddaï et au délégué sanitaire.  Les apprenants sont catégoriques, les cours ne reprendront pas avant la réhabilitation des quatre sanctionnés.

Tchad : 100 jeunes formés à Abéché sur l’installation de système solaire

Cent jeunes ont été recensés à Abéché, province du Ouaddaï, pour participer à une formation sur l’installation solaire. Allant du 19 au 22 août 2021

Cette formation qui vise à outiller les jeunes de la ville d’Abéché sur les mécanismes de l’installation solaire. Notamment, l’installation du système solaire et le dimensionnement des équipements des panneaux solaires, batteries et onduleurs.  C’est une initiative de, l’association des jeunes leaders pour le développement de l’emploi et de la formation, en collaboration avec ses partenaires de l’Agence nationale des investissements et des exportations (ANIE), l’Office national pour la promotion de l’emploi (ONAPE) et le Centre de développement des énergies renouvelables. Les travaux se déroulent dans l’enceinte de l’ADETIC.

Le président l’association des jeunes leaders pour le développement de l’emploi et de la formation, Mahayadine Mahamat Hassan a laissé entendre que l’objectif est d’aider les jeunes sur le processus du développement socioprofessionnel. A l’issue de l’apprentissage, les bénéficiaires auront les connaissances nécessaires pour se lancer dans la vie professionnelle.

Mahayadine Mahamat Hassan invite toute personne qui veut se faire former en installation sanitaire à se rapprocher de leur corporation, pour prendre part aux prochaines échéances.

Tchad : la fontaine tchado-turque d’Abéché a été livrée

C’est un don de l’Association internationale pour l’aide humanitaire et éducative (IDEA), pour approvisionner une grande couche de la population de la ville d’Abéché en eau potable

 

La fontaine inaugurée le 10 juin 2021 à la Place l’indépendance d’Abéché de a été construite à hauteur de 10 millions de Fcfa. Les donateurs expliquent que cette réalisation permettra de d’approvisionner les usagers et les commerçants du marché moderne en eau de qualité. Ledit projet répond aux cahiers de charges initialement fixés, rassure la responsable de l’entreprise Alamana, maitre d’œuvre.

Le directeur de cabinet du gouverneur de la province du Ouaddaï, Madjiyambaye Djasra a souligné que la question d’eau potable fait partie intégrante des plus hautes autorités du pays. Il représentait le numéro 1 de la province à cette cérémonie. Il a rassuré quant à la bonne gestion de cet ouvrage.

Il est important de préciser que la ville d’Abéché est confronté à un problème de manque d’eau depuis quelques semaines. La construction d’un point de distribution d’eau de cette taille va concourir à réduire davantage le problème d’hydratation et bien encore.

 

Tchad : la DG de la STE s’exprime au sujet de la rareté d’eau

Un phénomène de coupure récurrente d’eau est observé dans plusieurs localités, de plus les usagers se plaignent d’une surfacturation. La directrice générale de la Société tchadienne des eaux (STE) a fait une communication à cet effet pour lever les points d’ombre

 

En ce moment à Abéché un problème crucial de manque d’eau est observé. Les frais de consommation par mois oscillent désormais 90 000 à 150 000FCFA par ménage. S’expliquant sur cette situation, la directrice générale de la Société tchadienne des eaux (STE), Koubra Hissein Itno fait savoir que le manque d’eau à N’Djamena est dû au fait que : « que les sous-sols ont des couches d’eau qui ne permettent pas d’assouvir les problèmes des populations de ces coins reculés ». Il s’agit entre autre d’Abéché, Biltine et Amdjarass.

Entre temps, des personnes et les animaux sont déshydratés. Une image d’un enfant assis sur des bidons vides à côté  d’un âne est devenue virale sur la toile depuis quelques jours.

Au sujet de la situation à N’Djamena  la patronne de la STE indique le problème est causé par : la : « vétusté des réseaux de la STE qui datent de longtemps ». Aussi, la population a considérablement augmenté pendant que les équipements de la STE ne se sont pas adaptés aux besoins en eau qui ne cesse de croître malgré les interventions techniques, a-t-elle ajouté. Elle entend travailler en collaboration avec les populations pour remédier à ce problème.

Tchad : 88,23milliard pour bitumer 95 kilomètres de route à Abéché

Au cours de son passage ce 26 janvier 2021 à Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddai, le Maréchal du Tchad a lancé des chantiers de bitumage de la  route Abeché-bougoulem long de 95 km

Longtemps bloqué pour faute de moyens financiers, la route abeché –abougoulem sera enfin bitumée. La première pierre a été posée ce jour par le chef de l’Etat. Ce corridor sera long de 95Km. Le projet est financé par la Banque islamique  pour le développement  à hauteur de 88,23milliard de FCFA. Ce tronçon aura pour but de contribuer à l’ouverture et au développement des régions du centre et nord-est en améliorant le niveau du service routier entre Abéché et la frontière soudanaise d’une part et développer les échanges commerciaux entre le Tchad, le Soudan et la Djibouti  d’autre part.  La durée pour la finalisation du projet est estimée à 36 mois

« Je suis très heureux que  ce projet qui a trop duré et qui a eu du mal à démarrer pour la simple raison que nous avons eu des difficultés à trouver les financements. Je voudrais saluer le responsable du groupe de la Banque islamique qui nous a porté main forte en finançant cette portion», a déclaré Idriss Deby Itno. Le chantier doit être livré dans 36 mois.

« Il reste 65 Km, nous allons certainement avoir les ressources pour terminer Abougoulem frontière du Soudan par Adré », poursuit le numéro 1 tchadien. Il invite les ministres en charge de ce projet de faire des voiries de 15 km à Adré liées à ce projet.

Tchad : l’ONAPE incite les jeunes diplômés d’Abéché à l’auto-emploi

A travers son programme auto-emploi, l’Office nationale pour la promotion de l’emploi (ONAPE), forme une centaine de jeunes du 14 au 19 décembre 2020 à Abéché, dans la province du Ouaddaï

Auto-emploi: Les jeunes diplômés sans-emplois d’Abéché bénéficient d’une formation professionnalisant en technique de création et gestion de micro-projet.  A l’issue de cette séance, un appui technique et financier leur sera apporté pour une insertion professionnelle sociale. Les modules sont les éléments clés de la protection sociale et leur interconnexion, l’analyse de la vulnérabilité et de la pauvreté, les enjeux du financement des micro-projets et la stratégie nationale de protection sociale révisée.

Le secrétaire général de la province du Ouaddaï, Mahmoud Mahamat Saleh explique que cette initiative entre en droite ligne de la politique de formation du gouvernement pour garantir un emploi décent à chaque jeune. D’après lui, l’entrepreneuriat est une situation non négligeable dans la lutte contre le chômage, le sous-emploi et la pauvreté.

Pour le chef de bureau ONAPE, Hamid Hissein Kadou, ledit programme vise à donner aux jeunes diplômés sans-emplois un appui technique et financier au vue d’une meilleure insertion dans la vie active.

Tchad : la STE remet à niveau les stations de pompage d’eau d’Abéché

La ministre de l’hydraulique urbaine et rurale, Tahani Mahamat Hassan a présidé ce dimanche 15 novembre la cérémonie de remise à niveau des installations de pompage d’eau de Bithéa II à Abéché.

Ce projet vient résoudre le problème criard en eau potable observé dans la province du Ouaddaï, estimée à 200 000 habitants. Il permettra d’augment la production journalière de 4000 m3 à 6000 m3. Cette précision a été donnée par Koubra Hissein Itno directrice générale de la Société tchadienne des eaux (STE). Elle ajoute que 10 unités de production d’eau sous forme de bornes fontaines seront construits dans les quartiers périphériques pour assouvir aux besoins des populations.

Il est également prévu la réalisation à Bithéa II un projet de construction de deux châteaux d’eau de 200 m3. Des entreprises seront déployées sur les sites à cet effet, informe la ministre l’hydraulique urbaine et rurale, Tahani Mahamat Hassan. Pour faire fonctionner ces équipements, des panneaux solaires feront une production d’un demi-mégawatt.

Le projet de remise à niveau des installations de pompage d’Abéché est majoritairement financé par la société Abou Simbil. Elle a doté la société tchadienne des eaux de 1476  panneaux scolaires et des matériels estimés à plus de 500 millions de FCFA.

 

 

Tchad-football : l’équipe d’Abéché s’empare du 1er trophée des U15

Les rideaux se sont refermés ce dimanche 13 septembre sur la première édition du championnat des U15.  L’équipe Abassia d’Abéché s’est imposée contre celle de Djasrabé Sarh sur le score de 1-0

Deux semaines après le lancement de la 1ère édition du tournoi des U15 au Tchad, la finale s’est jouée ce 13 septembre. Elle opposait les jeunes de Sarh à ceux d’Abéché. La rencontre a eu lieu sur le stade Academie de Farcha et a connu la présence de nombreux spectateurs. Sortis de différents quartier  de la capital pour assister à cette première finale des U15.

Les jeunes d’Abéché ont remporté le trophée en gagnant leur adversaire sur le plus petit des scores 1-0. Ils repartent vainqueurs et emportent la coupe.

Le meilleur entraineur a également été primé, le meilleur joueur, et l’équipe la plus fair-play ont également été récompensés. Toutes ces distinctions reviennent à la sélection abéchoise.

Pour rappel, le tournoi a débuté le 1er septembre et a connu la participation de 6 équipes réparties en deux poules. Il a pour objectif de faire participer cette catégorie à une compétition pour peaufiner la formation reçue dans leurs centres de formations respectifs.

 

 

 

Tchad : plus de 9000 cas de chikungunya recensés à Abéché

Le ministre d’Etat, ministre secrétaire général à la présidence, Kalzeubé Payimi Deubet a présidé une réunion relative à l’amplification des mesures de lutte contre le chikungunya ce lundi 31 août

La réunion consacrée à la situation liée à l’épidémie du chikungunya était élargie à plusieurs membres du gouvernement. Il a été rapporté que des mesures supplémentaires ont été prises pour contenir l’épidémie qui sévit à Abéché, dans la partie Est du pays. 9000 cas ont déjà été recensés.

Les membres du gouvernement font savoir que la lutte contre cette maladie entre dans une nouvelle phase. Le ministre d’Etat, ministre secrétaire général à la présidence a défini au cours de la rencontre de ce jour, les contours et la riposte version renforcée.

Au cours de sa dernière descente sur le site, le ministre de la santé publique et de la solidarité nationale, Abdoulaye Sabre Fadoul dit avoir fait l’état des lieux. Le secrétaire d’Etat à la santé et à la solidarité nationale s’y trouve encore pour un travail de proximité.

Le ministre en charge de la santé appelle à la retenue. Il a souligné que sur les 9000 cas recensés, aucun décès n’a été enregistré, et donc : « il n’ya aucune raison de s’alarmer, la situation est sous contrôle », notifie Abdoulaye Sabre Fadoul.

Tchad : lutte contre le chikungunya, des experts déployés à Abéché

Plus de 7000 malades du chikungunya ont été recensé à Abéché. La maladie circule dans la circonscription depuis quelques semaines et se manifeste par de fortes fièvres semblables au paludisme

Dans le souci de stopper la circulation de cette maladie dans la province du Ouaddaï et au Tchad, le ministère de la santé fait savoir qu’elle a pris une batterie de mesures, parmi lesquelles, le déploiement des experts dans la localité touchée. Une délégation conduite par le secrétaire d’Etat à la Santé, Dr Djiddi Ali Sougoudi séjourne à Abéché, chef –lieu de la province du Ouaddaï depuis le 29 août 2020.

Djiddi Ali Sougoudi s’est entretenu avec l’équipe cadre de la délégation sanitaire provinciale du Ouaddaï, sur les questions relatives aux effets et à l’évolution de ladite maladie. Il a été édifié sur les activités que mènent les équipes médicales sur le terrain. Il a également visité les hôpitaux et centres de santé dans lesquels sont pris en charge les malades.

Le secrétaire d’Etat à la Santé publique et à la solidarité nationale a indiqué que la maladie chikungunya ne doit pas semer la panique, car le gouvernement a pris toutes les dispositions et a mis à disposition les médicaments nécessaires. Des experts ont également été déployés par le ministère de la santé.

 

Tchad-covid-19 : la population d’Abéché vit dans la psychose

Depuis la découverte du premier cas de coronavirus à Abéché, la situation a changé, la peur a surgi au sein des familles. Les personnes qui s’opposaient à l’application des mesures prescrites par le gouvernement, observent un auto-confinement.

La peur a envahi l’esprit des populations, le cas enregistré dans la province est un religieux (marabout). Un homme de nationalité tchadienne âgé de 59 ans, il a été confirmé positif le 8 avril 2020, par les autorités sanitaires. Depuis la confirmation de ce cas, la peur est née au sein de la province, les populations ont mesuré l’ampleur de la pandémie et commence à prendre conscience en s’auto-confinant.

En sa qualité de religieux, le sujet a été en contact avec plusieurs personnes. Il a assisté à l’installation du nouveau gouverneur de la province Brahim Seid Majamat le 3 avril. La cérémonie avait regroupé de nombreuses personnes notamment des membres du gouvernement. De son retour du Pakistan, le patient a invité plusieurs de ses amis à prendre part à un repas qu’il offrait chez lui. Plusieurs autres fidèles ont été reçus par ce dernier à la mosquée.

Autant de choses qui suscitent la psychose. Les populations déplorent le fait que les autorités n’ont entamé aucune procédure d’identification des personnes avec lesquelles le 11e détecté positif au covid-19 aurait été en contact.

Tchad : une formation sur les droits et la protection de l’enfant

Ledit atelier de formation est une initiative du gouverneur sortant de la province du Ouaddaï et concerne les militaires.

Les éléments des forces mixtes Tchad-Soudan et les militaires en opération dans les provinces de l’Est sont en formation depuis mardi 24 mars 2020, à Abéché. Cet atelier porte sur les droits et la protection de l’enfant. C’est du gouverneur sortant de la province du Ouaddaï, Ramadan Erdebou qui a présidé la cérémonie de lancement.

L’objectif est de sensibiliser les forces de défense et de sécurité sur les droits et la protection des droits de l’enfant dans les situations de conflits armés, avant, pendant et après.

L’atelier va durer six jours et c’est organisé par le ministère délégué à la Présidence de la République, chargé de la défense nationale, de la sécurité, des anciens combattants et victimes de guerre, en collaboration avec l’Unicef.

Tchad : une vingtaine de présumés malfrats aux arrêts

Les forces de sécurité ont arrêtés une vingtaine de présumés malfrats qui ont été présenté à la presse lundi 09 mars 2020.

Des armes de différents calibres, des munitions, des substances prohibées, de l’argent, des documents et du matériel de communication, c’est ce que possédaient ces présumés malfaiteurs au moment où ils ont été arrêtés par les forces de sécurités.

Une vingtaine, qui opérait dans la province d’Ouaddaï. C’est au cours de plusieurs opérations menés par la police qu’ils ont été appréhendés par les forces de sécurité. Ils ont été présentés lundi à la presse à Abéché, en présence du gouverneur de la province Ramadan Erdebou.

Il faut noter que parmi ces personnes interpellées, figure les quatre présumés assassins d’un clandomen en janvier dernier. Ils seront traduits en justice pour être jugés.

Abéché : la mairie adopte le budget de l’année 2020

Il a fallu deux jours pour que le conseil municipal de la mairie d’Abéché adopte le budget de l’année 2020.

Mardi 11 février, le conseil municipal de la mairie d’Abéché a adopté le budget pour l’exercice de l’année 2020. Deux jours d’échange ont permis aux conseillers à se mettre d’accord. C’était au cours d’une session que présidait le préfet de département de Ouara, Mahamat Adam Mahamat, et étaient présents le maire de la ville d’Abéché Mahamat Saleh Ahmat Adam, des chefs de quartiers et de l’équipe communale.

Il s’est agi au cours de ladite session d’examiner les besoin de la population avant de prendre la décision finale.

Il faut le dire, le budget 2020 prévoit entre autres des investissements pour l’entretien des lampadaires, l’achat de panneaux de signalisation, la construction de ronds-points, la réalisation de dalles, ainsi que des aménagements.

Pour rappel, ledit s’élève à 802 773 372 Fcfa. Il est en hausse par rapport à celui de 2019 qui était de 780 millions Fcfa.

Etat d’urgence levé à Abeché : la classe politique divisée

Un état d’urgence mis en place le 20 août et renouvelé par vote de l’Assemblée nationale pour faire face aux conflits intercommunautaires dans l’est et le nord du pays.

A Abéché, l’état d’urgence a été officiellement levé par les autorités lors d’une cérémonie, samedi, 25 janvier, dans l’est du Tchad. Du côté de la classe politique, la majorité présidentielle salue ce retour au calme dans les trois provinces concernées alors qu’une partie de l’opposition dénonce toujours des exactions.

Cela faisait cinq mois que les habitants du Ouaddaï, du Sila, et du Tibesti vivaient sous état d’urgence. L’un des objectifs était notamment le désarmement des civils et le bilan est positif pour Jean-Bernard Padaré, porte-parole du MPS, le parti au pouvoir.

« Il y a eu plus de 10 000 armes à feu récupérées et la sécurité est totalement rétablie. Je crois que le comité qui a été mis en place doit continuer, appuyé par les autorités administratives et traditionnelles, pour continuer le travail de façon à ce que l’insécurité ne revienne plus ».

Le comité de désarmement poursuivra ses opérations et sera renforcé en hommes. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Défense, Mahamat Abali Salah, sans préciser le nombre de militaires déployés sur le terrain.

Mais pour l’opposant Mahamat Ahmat Alhabo, président du Parti pour les libertés et le développement, le désarmement est sélectif.

« Le désarmement, tout simplement, a ciblé essentiellement deux communautés. Plusieurs autres communautés qui habitent dans ces régions-là n’ont pas été désarmées et on a peur que les mêmes causes vont reproduire les mêmes effets ».

De son côté, la société civile parle d’une levée fictive de l’état d’urgence à l’approche des élections législatives et dénonce des exactions commises envers les populations. Des accusations démenties par les autorités.

Tchad : le propriétaire d’une clinique interpellé par la police

Cette interpellation fait suite à la mort successif de deux coréens dans son établissement à Abéché.

Deux coréens ont trouvé la mort mercredi 04 décembre 2019, dans une clinique d’Abéché au sein de laquelle ils travaillaient. Les causes de la mort restent encore inconnues, mais les deux hommes sont successivement morts à deux heures d’intervalle.

La cause de leur mort demeure mystérieuse pour plusieurs personnes. « Ils étaient malades mais on ne sait pas si c’est à cause de la nourriture ou d’un empoisonnement », indique ce jeudi une source sécuritaire.

Une enquête est en cours et le propriétaire de la clinique a été arrêté par la police.

Abéché : un Imam s’oppose à l’ouverture d’un bar près d’une mosquée

Cheikh Ali Ahmat Aïch, Imam au quartier Maguinier dans le deuxième arrondissement de la ville d’Abéché a dénoncé ce dimanche 20 octobre, la réouverture d’un débit de boissons non loin de mosquée.

A Abéché, deux camps s’opposent au sujet de la réouverture d’un bar à côté d’une mosquée. Ahmat Aïch, iman au quartier Maguinier est catégorique sur sa position. Pour lui, la location d’un espace de 13 m2 abritant un bar, juste en face d’une mosquée construite il y a près de 36 ans, n’est pas du tout acceptable. Pourtant, la loi impose une distance d’au moins 100 mètres.

« On a une mosquée qui a près de 36 ans et des gens veulent louer une concession voisine d’une superficie de 13m2, pour en faire en faire un bar. Nous avons refusé. Nous avons fait un courrier à la mairie le 9 juin 2019. Un courrier que j’ai remis au 3ème adjoint au maire en mains propres Je suis parti aussi en ville donner le courrier en mains propres au maire 3ème adjoint », explique Cheikh Ali Ahmat Aïch.

Une démarche qui semble ne pas avoir marchée. « Les éléments de la mairie sont arrivés sur les lieux et ont refusé de vérifier les faits. Ils ne les ont pas stoppés, ils n’ont rien fait et le problème s’est aggravé. Ces gens m’ont traîné en justice. J’y suis allé », ajoute-t-il.

Rappelons qu’il y a quelques années à cet endroit, il y avait un bar qui selon l’Imam avait été une scène de crime. On aurait enregistré la mort d’au moins six personnes.

Notons que cette mosquée comprend une Khalwa avec près de 270 enfants qui étudient la religion.

Tchad : un jeune homme égorge son demi-frère

Le corps sans vie d’un petit garçon a été retrouvé dans la cour d’une mosquée à Abéché.

Le meurtrier qui n’est d’autre que son frère, a avoué aux autorités avoir égorgé son demi-frère. Il a aussi ajouté qu’il a agi sous la demande de sa mère.

« C’est ma mère, deuxième femme du colonel Hamdan qui m’a demandé d’égorger l’enfant », a-t-il confié aux autorités.

Selon des sources judiciaires, la deuxième femme du colonel est en ce moment dans les filets de la police.

Tchad : 201 prisonniers quittent Abéché pour Mongo

Ils sont environ 201 prisonniers qui ont été transférés de la prison d’Abéché pour celle de Mongo, mardi 08 octobre 2019.

Ces prisonniers transférés sont accusés d’avoir posés des « actes graves », et pour possession d’armes à feu pendant leur séjour à la prison d’Abéché. Des responsables de la province du Ouaddaï ont fait une déclaration à la presse locale mardi, pour annoncer le transfèrement de ces prisonniers.

Cette décision est arrivée à la suite de la mutinerie qui a eu lieu dans cette prison. C’est dans un gros porteur que ces 201 détenus ont quitté la ville d’Abéché avec un peu de retard car le débarquement de certains prisonniers n’avait pas encore été terminé. Il faut le dire, jusqu’à présent, l’accès à la maison d’arrêt d’Abéché reste impossible.

Dans un communiqué officiel du procureur de la République près le Tribunal de grande instance d’Abéché, le bilan de la mutinerie fait état d’au moins un mort et 16 blessés. Mais d’autres sources parlent de 6 détenus tués et 23 autres blessés.

Tchad: le gouvernement règlement la pratique de la diya

Une circulaire interministérielle a été signée, le 4 octobre à Abéché, pour réglementer la pratique de la diya, compensation financière versée par l’auteur d’un crime à la famille de la victime.

Cette décision des autorités a été prise lors de la conférence des gouverneurs. Si les autorités entendent lutter contre l’impunité qu’engendre cette pratique, le milieu judiciaire évoque plutôt un effet d’annonce.

« La diya ne doit pas remplacer les poursuites pénales », stipule la circulaire cosignée par trois ministres, qui fait office de rappel à l’ordre pour Djimet Arabi, ministre de la Justice. Car selon lui, cette compensation financière a entraîné ces dernières années une hausse de l’impunité au Tchad.

« Les gens comptabilisent les morts de part et d’autre, ils paient la diya. Ils entravent toute poursuite pénale contre l’auteur de ces meurtres. C’est une situation inacceptable, qui se fait contre les textes de la République. Et cette situation doit absolument cesser. »

Mise en application

De son côté, le milieu judiciaire salue cette décision. Mais questionne sa mise en application. Explications de maître Athanase Mbaigangnon, président de l’ordre des avocats du Tchad.

« La coutume est plus forte que la justice au Tchad. Pour un assassinat, on vous impose 100 chameaux, et que sais-je encore. Il est temps que l’exécutif cesse de s’immiscer dans le judiciaire et mette à la disposition des juges les ressources nécessaires, tant matérielles que financières, pour faire échec à cette pratique de la diya. »

Au Tchad, la diya représente souvent plusieurs millions de francs CFA. Des sommes considérables qui, selon les autorités, ont provoqué ces derniers mois une augmentation des représailles pour non-paiement de la compensation.